Santé : Implicity lève 4 millions d'euros pour mieux exploiter les données cardiaques

 |   |  827  mots
Créée en 2016, la jeune pousse parisienne Implicity a déployé sa plateforme d'optimisation de traitements de données issues des pacemakers et défibrillateurs en 2018.
Créée en 2016, la jeune pousse parisienne Implicity a déployé sa plateforme d'optimisation de traitements de données issues des pacemakers et défibrillateurs en 2018. (Crédits : DR)
Créée en 2016, Implicity développe une plateforme universelle permettant de simplifier le traitement des données issues des pacemakers et des défibrillateurs. La startup parisienne annonce ce jeudi une série A de 4 millions d'euros pour se déployer en Europe et aux Etats-Unis courant 2019.

Suivre les patients implantés de pacemakers et défibrillateurs est aujourd'hui plus difficile qu'il n'y paraît. En France, environ 500.000 personnes vivent avec des implants de prothèses cardiaques. Celles-ci fournissent quotidiennement une quantité impressionnante de données aux cinq fabricants mondiaux (Abbott, Biotronik, Boston Scientific, Medtronic et Microport), mais leur traitement n'est pas forcément optimisé :

« Généralement, les cardiologues voient les patients tous les six mois pour récupérer l'intégralité des données générées par les appareils. En 2013, un patient est devenu hémiplégique suite à un AVC », se souvient Arnaud Rosier, fondateur d'Implicity, également cardiologue et chercheur en intelligence artificielle. « Lors de l'analyse des données de son pacemaker, je me suis aperçu que le trouble cardiaque aurait pu être détecté. Mais le patient n'était pas équipé de télésurveillance, donc nous sommes passés à côté. »

Depuis une dizaine d'année, les principaux fabricants développent des dispositifs de télésurveillance. Concrètement, le domicile du patient est équipé avec une box permettant de communiquer sans fil avec l'appareil du malade pour récupérer les données et les transmettre directement aux serveurs des fabricants. En cas de signes anormaux, les cardiologues sont alertés dans les 24 heures... Ce qui permet potentiellement de baisser la mortalité des patients.

Problème : « Il y a énormément de fausses alertes de la part des fabricants car ils ne connaissent pas les spécificités de chaque patient, comme leurs antécédents ou leurs traitements », affirme le cardiologue. Environ 10% des malades bénéficient de télésurveillance en Europe, selon les estimations d'Arnaud Rosier. « Cela correspond à un nouveau métier pour les médecins, qui doivent s'organiser pour gérer quotidiennement le flux de données des milliers de patients. »

Un outil de suivi personnalisé

C'est pourquoi Implicity vise à optimiser le traitement des données via une plateforme universelle, compatible avec les implants de tous les fabricants. « Avant, les médecins étaient obligés d'aller sur cinq plateformes différentes, qui semblaient dater des années 90... Avoir une interface unique permet de faire gagner du temps aux équipes médicales, tout en améliorant le suivi quotidien des alertes », détaille Arnaud Rosier.

Dopée à l'intelligence artificielle, Implicity est capable de gérer des « centaines de données différentes : fréquence cardiaque, respiration, insuffisance cardiaque, apnées du sommeil, activité physique du patient... », liste le fondateur. La solution intègre également les éléments propres à chaque patient, comme ses traitements en cours ou ses antécédents. Autant d'informations qui permettent d'automatiser une partie du filtrage des alertes grâce à des algorithmes pour un suivi personnalisé. L'outil permet en outre de réaliser des taches administratives, comme la communication sur le dossier médical et la gestion de la facturation.

« La télésurveillance permet de diminuer les effets indésirables sur certains dispositifs, car nous pouvons repérer plus rapidement des signes avant-coureur. Cela permet d'apporter une réponse médicale plus tôt et donc, de réduire la mortalité des patients », estime Arnaud Rosier.

4 millions d'euros pour se déployer en Europe et aux États-Unis

Créée en 2016, la jeune pousse a déployé sa solution en France depuis un an. Elle revendique 8.000 patients suivi, « soit 10% du marché français de la télésurveillance », chiffre Arnaud Rosier. Implicity est utilisé dans une vingtaine d'hôpitaux et cliniques. Pour accélérer son développement, la startup parisienne annonce ce jeudi le succès d'une série A de 4 millions d'euros. Le tour de table a été effectué par Serena, XAnge et CapDecisif Management. Implicity avait déjà levé 800.000 euros en octobre 2017 auprès de business angels. Grâce à cette levée de fonds, la startup de 13 salariés a recruté neuf personnes ce mois-ci. La jeune pousse espère atteindre un effectif de 25 à 30 personnes courant 2019.

Implicity souhaite ainsi initier son déploiement en Europe, à commencer par le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Allemagne et l'Italie d'ici 2020. Environ 10 millions de patients sont dotés d'implants de prothèses cardiaques en Europe, selon le fondateur. La startup est également en train de construire un premier data center aux États-Unis.

« Les États-Unis représentent un marché énorme, avec environ 4 millions de patients potentiels. Ils ont des problèmes importants de ressources médicales et de coût pour gérer la télésurveillance. C'est pourquoi beaucoup d'hôpitaux externalisent cette tache à des centres de diagnostics, spécialisés dans la lecture de ce type de données. Potentiellement, cela nous permettrait de toucher des milliers de patients en passant un seul contrat avec ce type d'établissements, ce qui est très stratégique pour notre croissance », souligne Arnaud Rosier.

La startup facture aux praticiens 30 euros hors taxe par an et par patient pour l'utilisation de sa plateforme. Elle revendique un chiffre d'affaires de 200.000 euros en 2018 et n'est pas encore rentable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :