Svenia Busson, l'exploratrice de l'EdTech

 |   |  552  mots
Svenia Busson, fondatrice de l'accélérateur de startups LearnSpace.
Svenia Busson, fondatrice de l'accélérateur de startups LearnSpace. (Crédits : DR)
PORTRAIT. Partie à travers le monde afin d'observer les écoles les plus innovantes, Svenia Busson y a découvert comment le numérique permettait de transformer les pratiques éducatives. Une expérience qui lui a permis de créer LearnSpace, un accélérateur de startups, et d'aider les entreprises à développer la formation en interne.

Comment convaincre les jeunes de devenir acteurs du changement ? Telle est la question qui guide Svenia Busson depuis ses études à HEC où elle ne se sentait « pas impliquée dans [son] apprentissage pour devenir une future leader du changement ». Elle se lance alors dans un tour du monde des innovations dans le domaine de l'éducation. De la Nouvelle-Zélande au Chili, en passant par la Finlande, l'Inde et l'Afrique du Sud, et bientôt à travers l'ensemble du continent africain, la jeune femme rencontre « les écoles les plus innovantes du monde. Elles ont une intégration du numérique intéressante et innovante, parfois invisible parce qu'utilisé non pas comme un but, mais mis au service d'une pédagogie qui permet une vraie transformation des pratiques du système éducatif. Lorsqu'il n'y a pas de changement de paradigme, il n'y a pas d'innovation ».

Afin d'inspirer d'autres initiatives, l'étudiante a rédigé un rapport, L'EdTechWorldTour, et vient d'éditer son livre Exploring The Future of Education.

Pour Svenia Busson, l'éducation « doit créer des citoyens responsables, bien dans leur peau, qui trouvent leur place dans la société. »

« Pour cela, elle doit permettre d'acquérir des compétences extrêmement importantes, telle que savoir lire, écrire et compter correctement. Mais aussi savoir collaborer, prendre la parole en public, développer un esprit critique, être créatif, savoir résoudre des problèmes. Toutes ces compétences plus comportementales et humaines sont nécessaires dans notre société ».

De multiples solutions

Les solutions existantes sont nombreuses. Svenia Busson est intarissable lorsqu'il est question de les partager. « Il faut développer l'apprentissage de la robotique, du code, expliquer le fonctionnement d'Internet pour ne plus être consommateur mais producteur. Il faut valoriser les apprentissages par projets, mettre les enfants en action afin de leur montrer qu'ils peuvent avoir un impact sur la société. Il faut personnaliser l'apprentissage théorique. » La jeune femme de 24 ans s'est donné un objectif : « Montrer et soutenir les innovations pour faire avancer les mentalités. »

Pour ce faire, associer le secteur public et le secteur privé lui paraît nécessaire.

« J'ai rencontré de jeunes entrepreneurs de l'EdTech inspirants et ambitieux qui souhaitent contribuer au changement éducatif. Mais en France on ne peut même pas lancer un projet pilote sans l'aval du ministère. En Finlande et en Nouvelle-Zélande, la décentralisation permet de faciliter les expérimentations. Tant que l'éducation restera avant tout politique, rien ne changera. »

Elle a donc créé LearnSpace, un accélérateur de startups. Depuis avril 2018, elle les aide à développer leurs solutions, les met en contact avec des clients potentiels « pour qu'ils testent avec eux, qu'ils aient un retour concret. »

« Un entrepreneur doit être accompagné d'acteurs du terrain. Nous les accompagnerons ensuite dans leur croissance afin d'avoir un impact fort. Car le rôle d'une startup est de créer du changement pour le plus grand nombre de personnes possible ».

Svenia a aussi développé une activité d'accompagnement des entreprises qui souhaitent développer des formations en interne grâce à « des applications comme Teach on Mars, des jeux sur mobiles, des MOOC comme ceux de la Coorpacademy ou grâce à la formation par les pairs via l'application WAP (We Are Pairs). L'éducation ne doit pas toucher que les jeunes »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :