Trop de vies perdues, Lifeaz démocratise le défibrillateur

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
Logé dans une mallette transportable de vingt centimètres sur vingt, le Clark pèse un peu plus d'un kilo et fonctionne de façon autonome.
Logé dans une mallette transportable de vingt centimètres sur vingt, le Clark pèse un peu plus d'un kilo et fonctionne de façon autonome. (Crédits : Lifeaz)
La medtech parisienne Lifeaz vient de lancer, chez Alliansys à Honfleur, la fabrication en grande série du premier défibrillateur conçu pour les particuliers. Simple d’utilisation, il est adossé à une plateforme de formation aux gestes qui sauvent.

Le lit est l'endroit le plus dangereux du monde, professait Mark Twain en son temps. Il n'avait pas  tort. L'adage se révèle vrai s'agissant des arrêts cardiaques dont 80 % surviennent à domicile avec, malheureusement, une issue fatale à la clef dans la majorité des cas. "En France, le taux de survie ne dépasse pas 5 %", rappelle Johann Klachmann, un centralien formé à l'ingénierie biomédicale par ailleurs président et co-fondateur de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2020 à 14:10 :
Bien, car avec le confinement il en faudra bientôt un par maison.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :