La start-up française Wikio valorisée 100 millions d'euros

 |   |  552  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La start-up française est valorisée 100 millions d'euros, le double d'il y a un an. La marque Wikio va disparaître au profit d'eBuzzing, régie publicitaire spécialisée dans les réseaux sociaux, devenue sa principale activité.

L'avenir du Web est aux réseaux sociaux. Sur cet argument, l'agrégateur de contenus, Wikio, a réussi cet été à boucler une levée de fonds de 17 millions d'euros. L'opération valorise la start-up française à environ 100 millions d'euros, un montant qui a doublé en un an. « Au moment de la fusion avec la plateforme de blogs Overblog l'an passé, le groupe était estimé à 50 millions d'euros », se félicite le fondateur de Wikio, Pierre Chappaz.

Le fonds d'investissement d'origine belge GIMV, qui a investi en France dans EasyVoyage, fait son entrée au capital apportant 10 millions d'euros pour une participation de 9,34 %. TF1 n'a pas remis au pot, et voit sa participation passer de 13,2 % fin 2010 à 10 %. Le premier actionnaire reste Pierre Chappaz avec 13 % du capital. Les fonds Lightspeed, Gemini et Solorun ont également réinvesti. En décembre 2010, Pierre Chappaz qui espérait récolter entre 20 et 30 millions d'euros, assure aujourd'hui ne pas avoir besoin d'une telle somme.

Cette levée de fonds intervient au moment où Wikio, lancé en 2006, opère un virage statégique. À l'origine, Pierre Chappaz, qui avait créé puis cédé le comparateur de prix Kelkoo à Yahoo en 2004, souhaitait faire émerger un concurrent à Google News. Las, Wikio, qui devait faire ressortir du Web le meilleur des sites d'information et des blogs n'a pas réussi à se tailler une place équivalente, et surtout à trouver de quoi vivre. « On s'est rendu compte qu'il n'y avait pas vraiment de marché. Nous allons donc arrêter Wikio News », indique Pierre Chappaz.

Le credo d'eBuzzing

L'avenir de Wikio s'appelle désormais eBuzzing. La start up portera le nom de la régie publicitaire vidéo rachetée en décembre 2009. « L'activité est en plein boom et elle pèse déjà deux tiers de notre chiffre d'affaires », confirme Frédéric Montagnon, co-fondateur du groupe. L'autre tiers est essentiellement généré par Overblog. Le credo d'eBuzzing : aider les marques à faire le buzz sur la Toile. « Le problème quand on a une vidéo sur le Net, c'est de la faire connaître. Notre rôle, c'est d'être le zip qui allume le barbecue », explique Pierre Chappaz. eBuzzing propose aux annonceurs de placer sur les réseaux sociaux et sur les blogs les plus influents leurs vidéos publicitaires, afin qu'elles circulent rapidement sur la Toile. Ensuite, eBuzzing trace leurs parcours, indexe les conversations générées, et transmet au client la façon dont elles sont perçues. eBuzzing se rémunère en fonction du nombre de vidéos visualisés par les internautes, et partage une partie des revenus avec les blogueurs qu'elle a sélectionnés et qui ont mis en avant les vidéos sur leurs blogs. Le savoir-faire de Wikio dans l'analyse d'influence des bloggeurs est mis au service d'eBuzzing. Si la marque Wikio News disparaît, le classement des bloggeurs, assez prisé sur la Toile, est conservé, et réintégré dans eBuzzing. Dans ce nouveau paysage, Overblog sert aussi de laboratoire à eBuzzing, qui étudie ainsi les comportements des internautes.

En 2011, Wikio, qui emploie 160 personnes, espère doubler son chiffre d'affaires à 20 millions d'euros, « Jusque là, nous avons acquis huit sociétés uniquement par échange d'actions. Nous allons désormais pouvoir faire des opérations en cash, notamment en Europe », espère Pierre Chappaz.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :