La lutte contre les pirates tourne à la guérilla judiciaire

 |  | 596 mots
Infographie La Tribune
Infographie La Tribune
Les Etats-Unis ont décidé d'employer la manière forte pour combattre le piratage sur Internet, en lançant le FBI contre MegaUpload. Depuis dix-huit mois, 350 sites ont également été saisis.

Plus de 10 ans après l'affaire Napster, la guerre contre le piratage sur Internet prend une tournure judiciaire violente. En 2000, le premier site de téléchargement illégal, qui passait par les réseaux peer-to-peer (entre ordinateurs) avait été bloqué par une décision de justice américaine. À l'époque, il n'y avait pas eu de descente de police et le créateur de Napster, un étudiant de 19 ans, Shawn Fanning, n'avait pas été traité comme un grand criminel. Après une décennie plutôt coulante vis-à-vis du piratage sur Internet, les États-Unis ont décidé d'employer la manière forte. Ils ont lancé il y a 18 mois une campagne contre les sites illégaux, en faisant fermer plus de 350 sites et pleuvoir les condamnations, qui jusque-là, s'étaient limité à quelques mois de prison.

Cette fois, le département américain de la Justice des États-Unis et le FBI ont carrément sorti l'artillerie lourde. Dans le viseur : MegaUpload, et un ensemble de déclinaisons de sites de téléchargement et de streaming, pilotés par sept individus formant la « Mega Conspiracy », selon l'acte d'accusation. Cette « organisation criminelle internationale » est responsable de violation massive du droit d'auteur au niveau mondial, une activité dont elle aurait tiré 175 millions de dollars de bénéfices et causé 500 millions de dollars de dommages aux ayants droit. Lors d'une opération spectaculaire, la police néo-zélandaise a arrêté jeudi, sur la base de mandats d'arrêt lancés aux États-Unis, le cerveau de l'affaire Kim Dotcom, un ressortissant allemand et finlandais de 38 ans, au lourd passé judiciaire. D'autres complices, comme Finn Batato, 38 ans, le responsable marketing, Mathias Ortmann, 40 ans, le cofondateur et un Néerlandais de 29 ans, Bram van der Kolk ont également été interpellés. Des millions de dollars et plusieurs voitures de luxe ont été saisis. Tous risquent jusqu'à 20 ans de prison pour racket, violation de droit d'auteur et blanchiment d'argent.

En parallèle, le FBI a saisi le nom de domaine MegaUpload.com, géré par l'Icann aux États-Unis, et réussi à bloquer ses serveurs aux États-Unis, empêchant définivitement l'accès au site Internet. En représaille, le collectif de hackers Anonymous a lancé une kyrielle d'attaques mettant hors service pendant plusieurs heures des sites comme celui du FBI, insérant des messages dans les adresses IP de l'Élysée, et bloquant des sites internet du gouvernement du District Fédéral de Brasilia et celui de la chanteuse brésilienne Paula Fernandes.

Levée de boucliers

Cette opération coup de poing largement médiatisée par les autorités américaines arrive alors que le débat politique contre le piratage bat son plein aux États-Unis. La semaine dernière, le Sénat a annoncé qu'il reportait l'examen de la loi Pipa sur la propriété intellectuelle, à l'origine prévu le 24 janvier, et censé reprendre les dispositifs de la loi Sopa (Stop Online Piracy Act) enterrée à la champbre des représentants. Ces deux textes qui prévoient notamment des mesures de filtrage, ont suscité une levée de boucliers aux États-Unis, soutenue par les géants du Net comme Google ou Wikipedia.

Alors que la campagne électorale a commencé, l'administration Obama a tenté de calmer le jeu ces jours derniers. Ménageant la chèvre et le chou, la Maison Blanche a assuré qu'elle ne soutiendrait pas une législation contre la liberté d'expression. Tout en se disant favorable à un renforcement « des outils légaux pour lutter contre le piratage au delà des frontières ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2012 à 12:46 :
Pas d'avis sur le fond du problème, par contre la méthode employée me rappelle curieusement celle utilisée il y a quelques temps contre les faucheurs d'OGM en France et me mets légèrement mal à l'aise ! A quand ces mêmes méthodes contre les Paradis Fiscaux, les spéculateurs de la finances, les Iraniens qui montent la bombe atomique dans leur coin, les cambrioleurs qui commencent à pulluler en France, les pêcheurs de thon rouge qui se tapent éperdument des quotas etc ... ah pardon, on peut pas, c'est moins facile et y'a trop d'intérêts en jeu !
Réponse de le 24/01/2012 à 13:52 :
+100 : vous avez tres bien résumé l'hypocrisie de ce systeme biaisé defendant uniquement les interets de la minorite ultra dominante et cherchant a lobotom.iser et a asservir la majorite soumise
a écrit le 23/01/2012 à 17:01 :
Je ne connais pas l'affaire Megaupload, donc je n'en parlerais pas (sauf pour dire que l'activité d'hébergeur n'est pas illégal est qu'il existe d'autres sites qui proposent des services semblables eux aussi détournés avec plus ou moins de complaisance pour du piratage). Néanmoins, il existe un véritable problème à régler: définir la responsabilité juridique. Est-ce que l'hébergeur doit vérifier le contenu? Le Oui est très dangereux et concrètement il signifierait la fin des blogs, la fin de l'hébergement de sites (petites entreprises et associatifs), la fin du cloud, etc. En revanche, un indéliquat qui met à disposition du monde entier une copie numérique non autorisée devrait logiquement être poursuivi pour contrefaçon! Or aujourd'hui les politiques se concentrent sur les hébergeurs par volonté de filtrer le web en disposant des moyens techniques importants de ces derniers. Il faut sortir du cadre des affaires particulières. Inévitablement, chaque réponse constituera in fine un choix philosophique.
a écrit le 23/01/2012 à 14:43 :
je passe un livre de poche, une cassette audio un dvd, une clef usb avec un MP3 ou un Mpeg4 à un ami, pas de problème,
je lui met à disposition sur un site une vidéo ou une musique,un cd ou un dvd, on m'en empêche et on me taxe !!!!

cherchez l'erreur!

Réponse de le 23/01/2012 à 19:12 :
+1000 tout a fait d'accord, n'allez plus aux bourses aux livres, ces libraires sont de vrais dealers, un fléau pour la culture ! Ils dealent des livres d'occasion et ne paient pas de commissions aux auteurs.
Réponse de le 24/01/2012 à 11:15 :
passer = preter ou donner ?
Livre = support imprimé. Les libraires seraient des dealers s'ils vendaient des photocopies de bouquins. Si c'est un original, ils transmettent le droit d'usage qui y est attaché, l'objet ne sera plus dans leur main. Le fichier est encore chez vous, mais aussi chez l'autre personne. Il y a duplication d'un droit d'usage, sans rémunération du créateur de l'oeuvre.
Réponse de le 24/01/2012 à 13:51 :
J'achete un livre 10 euros, je le vends d'occasion 5 euros. Creation immediate d'un prejudice financier pour l'auteur : il manquera de fait une vente a 10 euros et ne touchera donc pas de droits d'auteurs sur cette vente d'occasion, l'auteur a fait une vente en moins a cause de ma vente d'occasion. Il faut aller au bout de cette logique de profitabilite et de gavage cher monsieur. Bientot, la taxation de l'air
a écrit le 23/01/2012 à 14:05 :
piratage ou pas ... je ne sais pas ! Mais on agit de façon démesurée FBI et cie ... comme il s'agit des majors qui puent le fric à plein nez !

des mesures simples par exemple l'extension " .sex" sur le web, pour les sites pornos... de façon à simplifier le non accès pour les enfants et pour ceux qui le souhaitent ... mais ça l'industrie n'en veut pas, ça rapporte des sous !

Alors on voit qu'il y a deux poids deux mesures !
Réponse de le 24/01/2012 à 16:27 :
Les personnes arrêtées sont quand même multi millionnaire. Et si le .sex n?existe pas, il y a depuis quelque mois le .xxx qui existe pour l?industrie du X.
a écrit le 23/01/2012 à 13:26 :
Y'en à marre d'être pris pour des cons! La plupart des films téléchargés sont déjà passés à la télé, nous avons donc le droit de les enregistrer, des appareils sont vendus pour ça. Alors, enregistrer le film ou le télécharger, où est la différence?? Concernant les films récents, ils sont vendus en moyenne 25? à leur sortie en DVD mais ne coûtent qu'à peine 1? à la fabrication....qui s'enrichir sur le dos de qui là??? (sachant qu'à partir d'un certain temps l'auteur ne touche plus rien sur les ventes, par contre les maisons de prod....). Qu'on arrête un peu de nous prendre pour des cons!!!!
a écrit le 23/01/2012 à 12:23 :
S'ils mettaient la même ardeur à combattre les inégalités partout dans le monde et à redistribuer les richesses...
Réponse de le 23/01/2012 à 14:06 :
je partage votre avis !
a écrit le 23/01/2012 à 11:46 :
on ferait mieu de s'occuper du train de vie de nos élus .députésqui ne selatives ront pas élus aux prochaines législatives percevront parait il leurs indemnitées parlementaires pendant 5 ans soit plus de 6000 euros mensuels
a écrit le 23/01/2012 à 11:44 :
Quand ils aurons fermer tout les sites interessants, ils se plaindront du manque d'attrait du web par les internautes!
a écrit le 23/01/2012 à 11:08 :
Il défendent les droits d'auteurs, paraît il,défendons nos droits,
boycottons les achats de cd dvd cinéma durant un où deux mois !!
a écrit le 23/01/2012 à 11:06 :
« au lourd passé judiciaire » : vous pouvez nous éclairer sur son lourd passé judiciaire ?
Réponse de le 23/01/2012 à 11:32 :
Il me semble que cet homme a déjà été condamné pour hacking.
Réponse de le 23/01/2012 à 12:39 :
Délit d'initié, aussi. Comme tout le monde, en gros.
a écrit le 23/01/2012 à 10:07 :
Pendant ce temps les sites "légaux" de téléchargement comme iTunes sont hébergés au Luxembourg, pour frauder le fisc français!
Réponse de le 23/01/2012 à 12:38 :
Bien vu, Ronan. Nous sommes bien pris pour des idiots. Pas de souci.
Réponse de le 23/01/2012 à 14:28 :
Ce n'est pas de la fraude, c'est légal
Par contre c'est sur c'est "con" ils ont qu'à mettre la TVA au même tôt voir plus bas sur ce genre de services délocalisable facilement, et ces entreprises viendront s'installer en France...
a écrit le 23/01/2012 à 9:53 :
Je suis plus choqué de voir que les Etats Unis font ce qu'ils veulent PARTOUT sur terre en terme de justice que par le probleme lui meme.
Réponse de le 24/01/2012 à 8:33 :
Plus pour longtemps, leur influence internationale va de mal en pis...
a écrit le 23/01/2012 à 9:32 :
Guérilla avec des dégâts collatéraux: toutes les personnes qui utilisaient le site Mega... pour stocker leurs données personnelles et professionnelles.
Réponse de le 23/01/2012 à 12:35 :
Et pendant ce temps nous est vanté le cloud. En effet, cherchons l'erreur...
Réponse de le 24/01/2012 à 6:03 :
Bonjour,
C?est quand même montrer bien peu de bon sens que de stocker ses données personnelles et pire, professionnelles, sur un site Notoirement connu, pour héberger des données Illicites?
Je me demande si ces mêmes personnes iraient déposer, chez un Receleur parfaitement identifié, leurs bien matériels honnêtement (et souvent durement) acquis? A moins d?être un doux Illuminé, je ne crois pas !
En ce qui concerne le Cloud, qui propose, entres autres, un espace de Stockage dématérialisé, accessible partout dans le monde via Internet, et avant de céder aux chants des sirènes, il serait peut être utile de se poser les Bonnes questions.
Le progrès OUI, mais gardons aussi un Peu de Jugeote, je n?ai rien contre le CLOUD, mais je ne le conçois que comme un moyen de Stockage SECONDAIRE des données vitales et importantes (style données professionnelles)? maintenant si certains sont assez naïfs pour se reposer entièrement sur le Cloud, je leur souhaite bien du plaisir en cas de panne de leur internet (ou déménagement)?
La base minimale de la sécurité pour ses données, reste quand même de les stocker sur des supports différents et redondants.
Bonne journée.
Laurent.
Réponse de le 24/01/2012 à 6:06 :
Bonjour,
C?est quand même montrer bien peu de bon sens que de stocker ses données personnelles et pire, professionnelles, sur un site Notoirement connu, pour héberger des données Illicites?
Je me demande si ces mêmes personnes iraient déposer, chez un Receleur parfaitement identifié, leurs bien matériels honnêtement (et souvent durement) acquis? A moins d?être un doux Illuminé, je ne crois pas !
En ce qui concerne le Cloud, qui propose, entres autres, un espace de Stockage dématérialisé, accessible partout dans le monde via Internet, et avant de céder aux chants des sirènes, il serait peut être utile de se poser les Bonnes questions.
Le progrès OUI, mais gardons aussi un Peu de Jugeote, je n?ai rien contre le CLOUD, mais je ne le conçois que comme un moyen de Stockage SECONDAIRE des données vitales et importantes (style données professionnelles)? maintenant si certains sont assez naïfs pour se reposer entièrement sur le Cloud, je leur souhaite bien du plaisir en cas de panne de leur internet (ou déménagement)?
La base minimale de la sécurité pour ses données, reste quand même de les stocker sur des supports différents et redondants.
Bonne journée.
Laurent.
a écrit le 23/01/2012 à 8:49 :
Et la lutte contre les mafieux de la finance et des paradis fiscaux : c'est pour quand ?
a écrit le 23/01/2012 à 8:45 :
Les bibliothèques violent les droits d'auteur, il faut interdire les prêts de livres, cd, dvd etc.
Réponse de le 23/01/2012 à 11:08 :
Non les bibliothèques ne violent pas le droit d'auteur. Beaucoup de commentateur de conversation de bistro ignorent la problématique DADVSI
Réponse de le 23/01/2012 à 12:22 :
on joue le sérieux pour mieux arnaquer !

Télécharger de la musique en Chine, ce serait du vol, mais faire venir de la main d'oeuvre immigrée pour dévaloriser le travail, c'est normal !

Combien de temps les jeunes vont-ils se laisser faire ? Les néo-esclavagistes méritent la mort, très honnêtement.
a écrit le 23/01/2012 à 7:56 :
On doit ça au prix Nobel de la paix Obama
Réponse de le 23/01/2012 à 13:28 :
En effet. La cyber-guerre faisait partie de la Science Fiction, il y a encore peu...
a écrit le 23/01/2012 à 7:42 :
Le souci est que la quasi-totalité des utilisateurs d'internet se sont rendus compte qu'il s'agissait en réalité de mieux contrôler l?accès à la Culture en général... et pas seulement rentabiliser les séries américaines au ras des pâquerettes.
Réponse de le 23/01/2012 à 12:22 :
"Il s'agissait en réalité de mieux contrôler l?accès à la Culture en général..."
En fait, il s'agit de filtrer le web pour contrôler cet espace de liberté, car plus personne ne croient les médias "officiels"
Réponse de le 23/01/2012 à 13:27 :
Cliquet. Trouves-moi sur le net du Victor Hugo, du Verlaine, du Machiavel, ... et TANT d'autres qui seraient ravis que l'on vienne leur apporter un chèque dans leur tombe et ceci, facilement..?????? Et je n'ose même pas parler de la numérisation de tout notre patrimoine par une société qui va en retirer des bénéfices juteux, car je risquerais de m'énerver.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :