Larry Page fête ses un an à la tête de Google

 |   |  626  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le fondateur du moteur de recherche expose sa vision de l'avenir pour le moteur de recherche, attaqué par Facebook. Une profession qui intervient la veille de la publication des résultats de Google.

Larry Page souffle ce 11 avril les bougies de son premier anniversaire de présidence à la tête de Google. Pour l'occasion, le co-fondateur du moteur de recherche, qui s'est assis l'an dernier dans le fauteuil d'Eric Schmidt, s'est fendu d'une lettre ouverte en forme de programme intitulée « 2012 Update from a CEO » (« 2012 Mise à jour de la part d'un PDG»), où il donne sa vision de Google. Cette première année a été riche en rebondissements pour le géant de l'Internet, qui par exemple annoncé le rachat de Motorola Mobility pour 12,5 milliards de dollars. Pas seulement. En juin 2011, la Federal Trade Commission a lancé, en parallèle de l'enquête menée par Bruxelles, une investigation sur la position dominante dans la publicité en ligne.

La recherche doit devenir personnalisée

Concurrencé par Facebook, et aussi Twitter, que doit être Google aujourd'hui ? C'est à cette question difficile que Larry Page s'est efforcé de répondre. « Les gens ne doivent pas avoir à naviguer dans Google pour faire des choses. Cela doit arriver, c'est tout. Aujourd'hui, la plupart des résultats de recherche sont génériques. Pourtant, chaque expérience de vie est unique. Imaginez combien la recherche serait meilleure si nous y ajoutons... vous. Si vous cherchez quelques chose pour quelqu'un en particulier, vous voulez des résultats pour cette personne », indique Larry Page. Et pour aider à personnaliser les recherches, le fondateur évoque Google+, le réseau social lancé il y a un peu moins de un an, censé lui faire regagner du terrain face à Facebook. Google+ « permet à Google de comprendre les gens et leurs connections. Cette nouvelle génération de recherche selon laquelle Google comprend la réalité des choses, aidera à améliorer les résultats de façon beaucoup plus excitante ». Et de rappeler que Google+ est intégré à 120 applications, comme YouTube, Android, ou Google Search... Tentant de démentir les estimations selon lesquelles 80% des inscrits sur Google+ seraient des visiteurs fantômes, Larry Page assure aussi que « plus de 100 millions d'utilisateurs sont actifs sur Google+, et nous commençons à percevoir un impact positif sur le Web, de plus en plus d'utilisateurs étant capables de recommander des résultats de recherche ou des vidéos qu'ils aiment, un objectif que nous avons toujours poursuivi depuis que nous avons démarré l'entreprise ».

Android et la pub sur mobile cités comme relais de croissance potentiels

Mentionnant le succès d'applications comme la messagerie Gmail, le navigateur Web Chrome, ou YouTube, Larry Page est revenu sur la principale interrogation des investisseurs aujourd'hui : les relais de croissance. « Avec raison, les gens se demandent comment nous allons générer de l'argent sur ces gros paris. Nous comprenons le besoin d'équilibrer à moyen ou à long terme ce besoin dans la mesure où le chiffre d'affaires est issu du moteur, qui irrigue le reste de l'innovation ». Et de citer comme relais de croissance potentiel, le système d'exploitation pour mobile Android. « Plus de 850.000 appareils [dotés d'Android] sont activés chaque jour à travers 55 constructeurs et chez plus de 300 opérateurs. [...] Nous voyons un impact positif de la publicité sur mobile, qui a crû à un rythme de 2,5 milliards de dollars au troisième trimestre 2011 ».

Cette profession de foi arrive à la veille de la publication des résultats du premier trimestre du groupe. Les niveaux de croissance des revenus, attendus en hausse de 25% sur un an, seront scrutés à la loupe par les investisseurs. Sur le trimestre précédent, le moteur avait déçu les analystes, en n'atteignant pas les prévisions du marché, phénomène rare pour le géant de Mountain View. C'est surtout la baisse du coût au clic, autrement dit le prix unitaire payé par les annonceurs, qui a fait peur à Wall Street.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2012 à 20:02 :
"fête ses un an " ? sérieusement ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :