Mark Zuckerberg, un mélange de Steve Jobs et de Wozniak ?

 |   |  461  mots
Steve Wozniak lors d'une allocution à Sydney le 14 mai dernier. Copyright AFP.
Steve Wozniak lors d'une allocution à Sydney le 14 mai dernier. Copyright AFP. (Crédits : AFP)
Selon l'ingénieur de génie qui créa le premier ordinateur Apple, le jeune patron de Facebook allie ses propres compétences techniques au sens des affaires de l'ex-gourou de la firme à la pomme.

Chère, trop chère l'action Facebook ? Pas aux yeux de tous. Le réseau social vient de rehausser le prix demandé : ce sera au minimum 34 dollars, 21% de plus que prévu, et jusqu'à 38 dollars (contre 35 auparavant), ce qui le valoriserait 104,2 milliards de dollars et lui permettrait de lever jusqu'à 16 milliards. Steve Wozniak, le cofondateur d'Apple avec Steve Jobs, fait partie des fans de Facebook et de son jeune patron. « J'investirai dans Facebook, peu importe le prix à l'ouverture » de la séance boursière, a-t-il confié lors d'une interview à Bloomberg TV.

Zuck plus âgé que Jobs à l'intro d'Apple et beaucoup plus riche
Selon « Woz », l'ingénieur de génie qui créa le premier ordinateur Apple mais quitta la firme à la pomme en 1987, le fondateur de Facebook est « un businessman d'une grande acuité », qui allie ses propres qualités de technicien et le sens des affaires de son ancien associé. « J'ai eu la chance d'avoir un partenaire comme Steve Jobs et je vois Mark Zuckerberg un peu comme un mélange de nous deux » estime-t-il, observant que Zuck parle « avec beaucoup d'idéalisme » quand il s'adresse aux utilisateurs mais qu'il a aussi « beaucoup de bonnes idées pour le produit de manière générale. » Elu personnalité de l'année par le magazine « Time » en 2010, un honneur que n'a jamais eu Jobs, Mark Zuckerberg, qui vient de fêter ses 28 ans, est cependant plus âgé que Steve Jobs au moment de l'introduction en Bourse d'Apple en 1980, mais moins que Wozniak. Jobs, qui avait alors 25 ans, ne pesait « que » 217 millions de dollars, quand la fortune de Zuck dépasse 17 milliards de dollars ! Sans commune mesure même retraitée de l'inflation sur trente ans. L'entrée en Bourse d'Apple avait toutefois créé elle aussi beaucoup de buzz dans la Silicon Valley à l'époque ainsi que 300 millionnaires du jour au lendemain - on parle d'au moins un millier chez Facebook.

Le scénariste du « Social Network » choisi pour le « biopic » de Jobs
Steve Jobs avait tissé des liens avec Mark Zuckerberg. Celui-ci lui avait rendu hommage, le jour de son décès, le 5 octobre dernier, le remerciant « d'avoir été un mentor et un ami. Merci de m'avoir montré que ce que l'on construit peut changer le monde. Tu me manqueras » avait-il publié sur son propre profil Facebook. Ironie de l'histoire, c'est Aaron Sorkin, le scénariste du film « The Social Network », un portrait acide de Zuck aux débuts de Facebook, qui réalisera le « biopic » de Jobs, l'adaptation pour Sony Pictures de la biographie autorisée de Steve Jobs signée Walter Isaacson. Ce best-seller écoulé à plus de 2,2 millions d'exemplaires à la gloire de "Steve" ne cache pas le mauvais caractère et les manières parfois détestables de l'ex-gourou.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :