Jour J pour l'IPO historique de Facebook

 |   |  576  mots
Le patron du Nasdaq était à Menlo Park au siège de Facebook avec Mark Zuckerberg qui a sonné la cloche. Copyright AFP.
Le patron du Nasdaq était à Menlo Park au siège de Facebook avec Mark Zuckerberg qui a sonné la cloche. Copyright AFP. (Crédits : AFP)
Le Nasdaq s'est déplacé pour l'occasion en Californie au siège du réseau social où Mark Zuckerberg a sonné la cloche d'ouverture de la séance. Les actions Facebook, qui ont ouvert en hausse de 10% à 42 dollars, devraient être recherchées pour leur première séance de cotation, y compris par les collectionneurs.

« Le Nasdaq souhaite la bienvenue à Facebook » clame une large banderole au siège du marché des actions technologiques à Times Square, à New York. La page Facebook du Nasdaq s'est aussi rhabillée aux couleurs du réseau social pour cette entrée en Bourse historique, la plus importante jamais réalisée par une société de high tech en montants levés (16 milliards de dollars), la troisième derrière General Motors (23,1 milliards) et Visa (19,6 milliards) et tous secteurs confondus aux Etats-Unis. Pour l'occasion, le Nasdaq s'était même déplacé ce vendredi sur la Côte Ouest, au siège de Facebook, à Menlo Park, où Mark Zuckerberg a sonné la cloche d'ouverture de la séance à 6 heures locales (15 heures de Paris). Le Nasdaq avait fait de même en décembre pour Zynga, le géant des jeux sur Facebook, à San Francisco. La cérémonie a été retransmise en direct (voir la vidéo sur le site de ABC). Zuck arborait son fameux sweat à capuche, qui a fait tant jaser lors d'une réunion avec les investisseurs pendant son « roadshow » sur la Côte Est. Le patron de Nasdaq, Bob Greifeld, avait laissé tomber le costume-cravate pour un t-shirt plus en harmonie avec le dress code de Facebook. Des centaines de salariés en liesse étaient venus pour l'occasion très tôt ce matin sur le campus, après une nuit blanche consacrée à un marathon de codage (le "Hackaton"). 

Un certificat d'action Facebook « collector » en souvenir
L'action Facebook, qui cote sous le sigle « FB », a ouvert en hausse de 10% à 42,05 dollars, avant de réduire son avance à 5% au bout de quelques minutes à 40 dollars. Il y a peu de risques qu'elle ne connaisse pas une première séance explosive, comme l'ont connu la plupart de ces introductions très médiatiques et recherchées (+32% en moyenne pour les IPO high tech). Même Groupon, dont le cours a beaucoup baissé depuis, avait bondi de 30% le premier jour de cotation. En revanche, Zynga avait baissé de 5%. En outre, les investisseurs particuliers, à l'exception de quelques très grandes fortunes, n'ayant pas ou peu été servis en actions, ils devraient probablement se ruer sur les titres du réseau social, malgré les mises en garde de certains analystes sur la valorisation élevée de la société. Autre phénomène : cette introduction historique fait de l'action elle-même un objet de collection. En raison de la notoriété du réseau social, de nombreux Américains veulent leur petit morceau de Facebook, sous la forme d'un certificat en papier, portant la signature de Zuckerberg. Les certificats d'actions de Disney ont longtemps été un cadeau populaire des parents américains pour leurs enfants. Ces certificats « collectors » peuvent se revendre des années plus tard avec une belle plus-value. Par exemple, un certificat Apple acheté à l'entrée en Bourse en 1980 (14 dollars à l'époque au prix d'introduction mais 22 dollars à l'ouverture) s'est vendu 1.300 dollars récemment, plus du double de la valeur actuelle de l'action Apple en Bourse (530 dollars). Certains sites spécialisés dans ces certificats papiers, comme GiveAShare, ont reçu des demandes de titres Facebook depuis un an ! Inutile d'ouvrir un compte chez un courtier pour cela, en revanche ils facturent des frais de 30 à 40 dollars. On peut y ajouter une plaque sur laquelle est gravé « Mark Zuckerberg travaille pour moi ! Actionnaire officiel de Facebook » ou bien « Enfin payé pour tout mon temps passé sur Facebook. »
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2012 à 19:29 :
Quelques milliards de dollars de chiffre d'affaires pour 900 millions d'inscrits, c'est peu et c'est un chiffre d'affaires liés à 80% à la pub. Les annonceurs vont bien finir par se rendre compte que l'investissement n'est pas à la hauteur.
FB va peut-être réussir à augmenter le CA hors pub pour une fraction des inscrits et alors ça ne se passera pas trop mal. Dans le cas contraire...
a écrit le 18/05/2012 à 18:19 :
Myspace, Friendster ... Bientot Facebook ... Les traders ont la memoire tres (trop ?) courte
a écrit le 18/05/2012 à 18:02 :
la plus grosse arnaque du siècle. Et on va en parler encore longtemps.
a écrit le 18/05/2012 à 17:32 :
Bon ok pour le nombre de clients et la capitalisation, mais Le CA c'est combien et le bénéfice... ?
a écrit le 18/05/2012 à 17:10 :
Dire qu'il y en a qui sont prêts à payer pour se faire espionner ! On s'arrêtera donc la connerie humaine !!!
a écrit le 18/05/2012 à 15:15 :
Google est un piège à pigeons car ce business modèle n'a aucune chance de subsister ! Il peut paraître surprenant d'émettre une telle sentence le jour de l'introduction en Bourse et pourtant, il est bien utile de prévenir. Pourquoi ? Parce que les télévisions mais de manière générales les ultra terminaux mobiles tablettes ou autres vont être distribués gratuitement par les opérateurs moyennant une petite hausse de l'abonnement qui correspondra à une sorte de crédit. Avec ses produits l'on pourra faires de achats et l'opérateur prendra comme Apple actuellement une marge de distributeur. Le matériel sera codé par un verrouillage dédié. C'est pourquoi il n'y aura plus de vente en boutique mais uniquement un éventuel dépôt à destination du client. Les vrais constructeurs comme Samsung seront les fabriquants mais les marques deviendront "Orange" ou "Vivendi" car la clé du matériel sera la disponibilité des programmes et services. Les opérateurs auront assez de moyens pour acheter des majors du cinéma ou des fichiers existants. Ainsi chaque foyer et chaque personne aura en base son mail, son site d'interim ou de placement, son site sociale avec plusieurs variantes permutables, etc. Plus besoin de cliquer "Google", nous serons connectés en base sans avoir à indiquer un identifiant ou un nom de mail. C'est pourquoi HP tente en panique de fermer tout ce qu'il peut, que Cisco se désespère.... et que Google procède à une IPO, une introduction qui permet déjà de sauver quelques meubles, on ne sait jamais. Mais justement : on sait !
a écrit le 18/05/2012 à 14:52 :
La valeur FB c'est du vent les mecs ..........vivement le crash
a écrit le 18/05/2012 à 12:47 :
la montagne de sucre (Zuckerberg) ... va vendre quoi ? du vent ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :