Palmarès : Facebook est seulement la 8è plus grosse IPO mondiale

 |   |  793  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
L'introduction de Facebook en bourse est un évènement qui fera date pour le réseau social. L'opération est estimée à au moins 16,02 milliards de dollars, mais pourrait dépasser les 18 milliards de dollars avec les surallocations. D'autres entreprises mondiales ont réussi des introductions en bourse plus spectaculaire encore. Retour sur les IPO mondiales les plus importantes.

L'action Facebook a été introduite ce vendredi sur le Nasdaq au prix de 38 dollars, valorisant le réseau social sur Internet à 104 milliards de dollars. L'entreprise, née il y a huit ans dans une chambre d'étudiants à Harvard, récolte 6,84 milliards de dollars pour son propre compte sur une opération totale de quelque 16,02 milliards de dollars, sans compter les options de surallocation qui pourraient gonfler l'opération à plus de 18 milliards de dollars.

Néamoins, cette entrée tonitruante n'est pas la plus spectaculaire. Facebook se classe même 8è dans le palmarès des plus grosse IPO ("initial public offering") mondiales, et troisième pour les entreprises américaines, derrière General Motors et Visa.

1. General Motors - 23,1 milliards de dollars

C'est le géant américain de l'automobile qui détient le record de l'introduction en bourse la plus importante, lors de son retour sur les marchés en novembre 2010. General Motors réalise alors une opération juteuse de 23,1 milliards de dollars (17,4 milliards d'euros). Son offre initiale s'élevait à 20,1 milliards de dollars, avec une option de surallocation de 3 milliards, à mettre principalement au crédit des banques souscriptrices (Morgan Stanley, JPMorgan Chase, Bank of America, Merrill Lynch et Citigroup).

2. Agricultural Bank of China - 22,1 milliards de dollars

Six mois plus tôt, en juillet 2011, c'est la banque chinoise dont le sigle reprend les trois premières lettres de l'alphabet qui s'emparait du record. L'ABC (Agricultural Bank of China) avait levé 22,1 milliards de dollars. Dernière des quatre grandes banques d'État à être cotée, l'Agricultural Bank of China est un peu l'équivalent local du Crédit agricole? mais avec une clientèle de 320 millions de personnes ! Les investisseurs étrangers ont souscrit massivement à l'opération, y voyant l'opportunité de mettre un pied sur un marché collossal.

3. Industrial & Commercial Bank of China - 21,9 milliards de dollars

En octobre 2006, la plus grande banque chinoise a réalisé une opération d'envergure pour son entrée en Bourse : 21,9 milliards de dollars, à la fois sur les places de Hong Kong et de Shanghaï. Créée en 1984 et majoritairement détenue par l'Etat, ICBC s'impose rapidement et sans peine comme l'une des plus grandes banques mondiales.

4. Visa - 19,6 milliards de dollars

En pleine crise financière, au mois de mars 2008, l'émetteur de la carte de crédit Visa fait le pari de l'entrée en bourse, à New York. Le succès est au rendez-vous. Devant l'engouement des investisseurs, Visa a relevé le prix initial de son action à 44 dollars, alors qu'il l'estimait entre 37 et 42 dollars. Au total 19,6 milliards de dollars ont été levés. Une aubaine pour ses grands actionnaires, dont Citigroup et JPMorgan. Ces banques, lourdement affectées par la crise des subprimes, auraient récolté 3,17 milliards de dollars, selon Bloomberg.

5. NTT Mobile Communications Network (Japon) - 18,4 milliards de dollars

La Bourse de Tokyo est en phase critique, en octobre 1998, lorsque le gouvernement met sur le marché la filiale de téléphonie mobile de Nippon Telegraph and Telephone. Un pari risqué, mais payant : grâce, notamment, aux investisseurs étrangers, l'opération d'entrée en bourse est un grand succès : 18,4 milliards de dollars ont été levés. 

6. Asian Life Insurance (AIA) - 17,9 milliards de dollars

En octobre 2010, AIA, la filiale d'assurance-vie asiatique d'American International Group (AIG), réussit à lever 17,9 milliards de dollars en introduisant son titre à la Bourse de Hong-Kong. AIG cherche alors à remplir ses caisses pour rembourser les 182,3 milliards de dollars d'aide publique reçus de l'Etat américain.

7. ENEL (Italie) - 17,4 milliards de dollars

Au mois de novembre 1999, la privatisation -partielle- de l'entreprise décrite comme l'équivalent d'EDF en Italie, recueille 17,4 milliards de dollars. Les demandes anticipées d'actions sont si nombreuses et élevées que le gouvernement mettra sur le marché 34,5% du capital de l'électricien, alors qu'il prévoyait de n'en céder que 15%.

8. Facebook - 16 milliards de dollars

L'entreprise, née il y a huit ans dans une chambre d'étudiants à Harvard, récolte 6,84 milliards de dollars pour son propre compte sur une opération totale de quelque 16,02 milliards de dollars, sans compter les options de surallocations qui pourraient gonfler l'opération à plus de 18 milliards de dollars.

9. Nippon Telegraph - 13,7 milliards de dollars en 1986

Un an après la privatisation de l'opérateur historique de télécoms japonais, la deuxième tranche placée en Bourse rapporta l'équivalent de 13,7 milliards de dollars, soit à l'époque la plus grosse levée de fonds jamais réalisée dans le monde.

10. Deutsche Telekom (Allemagne) - 13 milliards de dollars

A la suite d'une campagne marketting sans précédent pour convaincre les Allemands d'investir dans la plus grande compagnie de téléphone européenne du moment, l'introduction en bourse, en novembre 1996, de Deutsche Telekom rapporte 13 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :