Polémique sur l'appli d'appels entre amis Facebook d'Orange

 |   |  706  mots
DR.
DR. (Crédits : DR)
Deux start-ups, une française et une californienne, affirment avoir été en discussions avec l'opérateur pour l'utilisation sous licence de leur solution permettant de s'appeler entre amis du réseau social sans échanger de numéros de téléphone. Orange prétend avoir développé Party Call en interne.

Annoncé en grande pompe par le PDG, Stéphane Richard, lui-même, le 21 novembre, lors de son show à l'américaine sur l'innovation, avec une intervention enregistrée de Sheryl Sandberg, la numéro deux de Facebook, un nouveau service de « conversation téléphonique sociale » d'Orange devait permettre dès l'été 2013 de s'appeler entre amis du réseau social sans échanger de numéros de téléphone à deux ou à plusieurs. « Une fonctionnalité majeure issue d'un partenariat stratégique entre Orange et Facebook » selon l'opérateur, qui la baptise Party Call. Mais quelques jours plus tard, le site spécialisé Tech Crunch révèle qu'une startup de San Francisco, Telesocial, a inventé ce concept et présenté à l'été 2012 à Orange son projet, sur la base d'une application Facebook « Call Friends » : plusieurs noms étaient alors à l'étude, dont celui de Party Call. Les discussions sur un contrat de licence auraient cependant achoppé sur une demande d'exclusivité de la part d'Orange. Telesocial a adressé un courrier de mise en demeure à l'opérateur français, mais n'aurait pas encore intenté d'action en justice, tout en menaçant d'aller plus loin, en faisant valoir qu'elle dispose de documents (accord de confidentialité, brevets, etc).

Une start-up française revendique « des mois de pourparlers » avec Orange
Ce lundi, une autre start-up affirme avoir été également en discussion avec Orange depuis le début de l'année 2012, la française MobileGlobe, pour distribuer sous licence sa solution « KipCall », qui existe déjà sous forme d'application iPhone et Android. « Nous avons appris le lancement de Party Call par voix de presse et avons été consternés. Nous avons travaillé des mois sur ce partenariat et avions fait parvenir à Orange toutes les informations nécessaires à la création et à l'exploitation d'un tel produit » déplore Yoann Valensi, dirigeant de MobileGlobe, qui évoque « un rapport de confiance » et un « accord de confidentialité » signé avec l'opérateur. « Nous espérons obtenir prochainement des explications d'Orange » indique le directeur de MobileGlobe qui fait savoir qu'il étudie « les options qui s'offrent à nous avec nos conseils. » A nos confrères du « Journal du Net » qui ont révélé l'information, il affirme « le concept, le pitch et même la démonstration vidéo... On n'est pas loin du copier-coller. »

Pour Orange, 9 centimes d'euro par participant à l'appel groupé
De son côté, Orange se dit « serein » et affirme avoir développé le service en interne, dans ses centres de R&D Orange Labs, à Issy-les-Moulineaux et à Rennes. Stéphane Richard avait indiqué le 21 novembre (revoir le show en replay) que « des clients Orange et des utilisateurs seront recrutés à partir de demain pour tester, développer, en un mot créer ensemble ce nouveau service qui devrait être disponible à l'été 2013. » Même pas lancé, déjà contesté juridiquement !  «Nous avons commencé à discuter avec Facebook en octobre 2011 sur le principe de l?intégration de la voix dans Facebook et abouti assez vite à l?idée de la conférence téléphonique, et pas seulement aux appels « one-to-one ». Nous avons rencontré un certain nombre de start-ups, dont Telesocial et KipCall, mais ni l?une ni l?autre solution ne convenait : la première posait un problème de plateforme, l?autre ne proposait pas les appels groupés » explique Xavier Perret, le vice-président en charge des partenariats stratégiques chez Orange. L?opérateur affirme avoir informé les deux sociétés qu?ils ne feraient pas affaire ensemble. Dans une lettre à Telesocial citée par TechCrunch, Orange revendique la paternité de la marque Party Call, qui aurait été déposée le 30 octobre. Le site montre aussi une présentation avec les logos de Telesocial et d'Orange qui explique le service et l'intérêt pour l'opérateur : 9 centimes d'euro à chaque fois qu'un utilisateur clique sur l'invitation envoyée par mail pour accepter l'appel, et ce pour chaque participant à l'appel groupé, selon les estimations de Telesocial. Soit 36 centimes si c'est un appel à quatre, dont il faut éventuellement retirer un léger coût de terminaison d'appels si ce ne sont pas des abonnés Orange (1 centime). De substantiels revenus complémentaires en perspective : on comprend mieux l'intérêt d'Orange pour les réseaux sociaux.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2012 à 18:39 :
Et il faudrait payer pour un service DEJA EXISTANT?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :