Facebook, Google, Twitter : la pub sur mobile progresse chez tous les géants américains

 |  | 418 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'institut eMarketer a quasiment doublé sa prévision de recettes aux Etats-Unis pour 2012. Toutes les grandes plateformes Internet profitent de cette manne. Mais sur le mobile, les tarifs sont beaucoup moins élevés que sur le web.

D?abord, y voir une bonne nouvelle. La publicité sur mobile décolle (enfin). Aux Etats-Unis du moins. L?institut eMarketer a révisé sensiblement à la hausse ses prévisions pour l?année 2012. Finalement, le marché publicitaire sur mobile devrait faire un bond de 180% pour atteindre 4 milliards de dollars, soit presque le double de ce qui était attendu jusqu'alors. En 2013, les recettes de publicité sur mobile devraient ressortir à 7,19 milliards de dollars, et arriver jusqu?à 21 milliards en 2016.

Pourquoi cette révision à la hausse? D?abord, parce que Facebook (et dans une moindre mesure Twitter) a lancé de nouveaux formats mieux adaptés au mobile. Ainsi, le réseau social, qui propose désormais des fils sponsorisés intégrés dans les applications mobile, devrait générer en 2012, 339,3 millions de dollars, un chiffre bien au-delà des prévisions des analystes qui tablaient entre 45 et 100 millions de dollars. Au troisième trimestre, le mobile représentait 14% des recettes de Facebook.

Google capte 56% des recettes, soit 2,17 milliards de dollars. Le géant devrait parvenir à maintenir ce taux l?an prochain et l?année d?après, suivant ainsi la croissance du marché, selon eMarketer. Mais comme Internet, Google génère d?abord ses recettes grâce aux liens sponsorisés, issus des recherches effectuées par les mobinautes, s?arrogeant 93% de ce marché.

Sur le « display », Facebook est devant Google

Sur le mobile, les liens sponsorisés représentent un peu plus de la moitié du chiffre d?affaires (1,99 milliard de dollars en 2012). Le reste ?c?est-à-dire le display- est réparti entre les autres grandes plateformes Internet. Sur ce format publicitaire classique, dont les marques se servent pour travailler leur image, Facebook est plus performant que Google. Le réseau social au milliard d?utilisateurs s?arroge 18,4% de part de marché, devant Google (17%) et Pandora (12,2%). Twitter a encore des progrès à faire avec seulement 7%. EMarketer ne le voit d?ailleurs pas progresser en part de marché ces prochaines années.

Remplacer la pub Internet ?

Interrogation centrale : la croissance du mobile vient-elle se faire au détriment du Net? Autrement dit, les annonceurs ont-ils choisi de suivre les internautes qui passent de plus en plus de temps sur leurs smartphones quitte à délaisser leur ordinateur? Si tel était le cas, cela pourrait augurer d?un transfert de la valeur d?un support vers un autre. Avec un problème, le prix de la publicité sur mobile est beaucoup moins élevé que la publicité sur le Web.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :