Netflix augmente ses tarifs pour s'étendre à l'international

 |   |  472  mots
En un an le chiffre d'affaires de Netflix a progressé de 24% à 1,27 milliard de dollars, et son bénéfice net été multiplié par 20 à 53 millions. (Photo : Netflix)
En un an le chiffre d'affaires de Netflix a progressé de 24% à 1,27 milliard de dollars, et son bénéfice net été multiplié par 20 à 53 millions. (Photo : Netflix) (Crédits : DR)
L'augmentation des prix chez le service de vidéo en ligne américain se limitera aux nouveaux abonnés. Cela devrait lui permettre de surenchérir sur l'acquisition de programmes face à la concurrence de plus en plus rude.

A l'heure où la France s'impatiente de son arrivée, l'américain Netflix, lui, s'apprête à relever ses tarifs. L'un des services les plus populaires de vidéo en ligne à la demande, qui prépare d'ailleurs aussi son arrivée en Allemagne, en plus de la France, a annoncé lundi "une augmentation (de son tarif mensuel) d'un dollar ou deux selon les pays" d'ici fin juin, alors qu'il est facturé 7,99 dollars (environ 6 euros) aux Etats-Unis depuis son lancement en 2010.

Pour se justifier, le directeur général Reed Hastings explique:

"Si nous voulons continuer à nous étendre, faire plus de contenus originaux, plus de séries, plus de films, nous devons augmenter un peu les prix"

L'augmentation chez Netflix se limitera aux nouveaux abonnés et aura donc un impact "modeste" sur le chiffre d'affaires, mais cela permettra "d'obtenir des droits pour plus de contenus et les fournir en vidéo de très haute qualité", a fait valoir Reed Hastings.

Forte concurrence

Une telle augmentation est surtout un signe du coût croissant des contenus sur le marché où la concurrence s'exacerbe. Amazon a ainsi déjà relevé de 79 à 99 dollars par an le prix aux Etats-Unis de son service "Prime", qui donne accès à un service concurrent de vidéo à la demande en streaming. De son côté, Yahoo! se prépare également à diffuser des séries sur sa propre plateforme pour concurrencer Netflix, après les tentatives de rachat ratées des service de vidéo Hulu et DailyMotion.

La présence de ces nouveaux acteurs de la distribution oblige Netflix à faire monter les enchères pour décrocher des droits de rediffusion exclusifs pour des séries télévisées. Et certains analystes craignent que la tension n'augmente avec l'éventuelle arrivée d'Apple sur le marché. 

Stratégie payante

Pour l'instant, cette stratégie semble payer: Netflix a gagné près de 4 millions d'abonnés au premier trimestre: ils étaient 48,35 millions fin mars dont 35,67 millions aux Etats-Unis. En un an son chiffre d'affaires a progressé de 24% à 1,27 milliard de dollars, et son bénéfice net été multiplié par 20 à 53 millions. Les analystes de BMO Capital Markets évoquent "un cercle vertueux", les meilleurs contenus suscitant de nouveaux abonnements, qui à leur tour financent davantage de contenus.

Les gains nets d'abonnés se montent à 2,25 millions aux Etats-Unis et à 1,75 million à l'international, où Netflix espère devenir rentable cette année, même si ses bénéfices resteront modestes en raison des investissements nécessaires pour entrer sur de nouveaux marchés.

Même si cette expansion internationale coûte cher, le directeur des contenus, Ted Sarandos, a reconnu lundi que négocier des droits en même temps pour plusieurs pays apportait "un certain avantage économique".

>> LIRE AUSSI : Netflix va diffuser en France depuis Luxembourg à cause de la "réglementation"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :