Facebook a-t-il violé la loi sur la vie privée ? Les Britanniques enquêtent...

 |   |  249  mots
Citant un porte-parole de l'ICO, le Financial Tilmes explique qu'il est difficile de dire à ce stade quel chapitre de la loi Facebook aurait pu enfreindre.(Photo : Reuters)
Citant un porte-parole de l'ICO, le Financial Tilmes explique qu'il est difficile de dire à ce stade quel chapitre de la loi Facebook aurait pu enfreindre.(Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Une étude menée par Facebook à l'insu de près de 700.000 utilisateurs a poussé le régulateur britannique chargé de la protection des données personnelles à lancer une enquête.

Facebook a-t-il violé la loi protégeant les données personnelles ? C'est la question à laquelle essaient de répondre les autorités britanniques alors que le réseau social en ligne a a autorisé des chercheurs à se livrer à une enquête psychologique sur ses utilisateurs, rapporte le Financial Times.

Le régulateur, l'Information Commissioner's Office (ICO) (équivalent de la Cnil) passe en revue l'expérience et entend poser des questions à Facebook sur ce sujet, poursuit le quotidien. Citant un porte-parole de l'ICO, le quotidien britannique ajoute qu'il est difficile de dire à ce stade quel chapitre de la loi Facebook aurait pu enfreindre.

Capacité d'influer sur l'état psychologie des utilisateurs

L'enquête psychologique menée à l'insu de près de 700.000 utilisateurs du site de Mark Zuckerberg en 2012 avait donné lieu à une vive réaction sur les réseaux sociaux. Son but visait à déterminer si Facebook était susceptible d'influer sur l'état psychologique de ses utilisateurs.

>> Lire : Facebook a manipulé les informations de ses utilisateurs, sans les prévenir

Un porte-parole de l'entreprise a fait part de sa confiance à l'égard de la situation:

"Il est évident qu'on a mal accepté cette étude et nous en assumons la responsabilité. Nous voulons faire mieux à l'avenir et améliorons nos procédures à partir de ces réactions. L'étude a été réalisée avec toutes les protections adaptées pour les informations personnelles et nous sommes heureux de répondre à toute question que les régulateurs pourrait formuler"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2014 à 15:50 :
"qu'il est difficile de dire à ce stade quel chapitre de la loi Facebook aurait pu enfreindre.", déjà, tu vois le problème. Car il ne faut pas oublier que la GB incite à la dénonciation. Soit, la sphère individuelle est-elle irrespectable. Les US, idem. Mais ne pas oublier qu'en France, nous pouvons être puni pour "non-assistance à personne en danger". Et lorsque tu restes tétanisé face à une situation horrible, tu fais quoi..?? (je parle de vécu...)
"Nous voulons faire mieux à l'avenir". Outch.. Déjà que je n'ai pas besoin de "compte" facebook et préfère l'IRC..
Foncez, les gars. Le mur est en face book.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :