En Russie, pas d'Internet si l'on ne décline pas son identité

 |   |  483  mots
Identifier toutes les personnes se connectant à Internet via le Wi-Fi est très difficile selon Ramblers and co, une entreprise spécialisée dans l'informatique.
Identifier toutes les personnes se connectant à Internet via le Wi-Fi est très difficile selon Ramblers and co, une entreprise spécialisée dans l'informatique. (Crédits : Reuters)
Dmitri Medvedev a signé un décret obligeant les utilisateurs du Wi-Fi public à fournir leurs données personnelles. Celles-ci seront ensuite conservées pendant 6 mois par les fournisseurs d'accès.

Les utilisateurs du Wi-Fi public en Russie ne pourront plus se connecter anonymement à Internet, rapporte le journal Izvestia. Dans un décret signé cette semaine par le Premier ministre Dmitri Medvedev, le gouvernement russe oblige les utilisateurs du Wi-Fi public à présenter leur passeport ou leur carte d'identité afin de pouvoir l'utiliser.

Stockage des données personnelles

Les données personnelles des utilisateurs seront ensuite enregistrées et stockées par les fournisseurs d'accès à Internet, au même titre que les informations des appareils, comme l'adresse IP. Ces données seront conservées pendant 6 mois, et les fournisseurs d'accès devront être en mesure de les transmettre au gouvernement si celui-ci les exige.

D'autre part, le décret oblige les lieux (librairies, cafés, bars...) disposant d'une borne Wi-Fi à communiquer à leurs fournisseurs d'accès la liste des personnes utilisant leur connexions publiques. Les données à transmettre sont le nom, l'adresse et l'équivalent du numéro de sécurité sociale. Il est enfin stipulé que les établissements doivent régulièrement actualiser cette liste.

L'espace Wi-Fi de Moscou trop vaste ?

Cependant, mettre en place un tel système ne semble pas être une mince affaire d'un point de vue technique au vu de l'immense espace Wi-Fi de Moscou, récemment étendu.Matvey Alekseev, directeur des relations avec le gouvernement de l'entreprise Ramblers and co, spécialisée dans l'informatique, a déclaré:

"Identifier des utilisateurs d'Internet via une connexion publique Wi-Fi est impossible. A Moscou, l'espace Wi-Fi couvre à lui seul tous les parcs et les lieux publics. Je ne crois pas que toutes les personnes qui vont au parc Gorky montreront leur passeport."

Mener "une guerre d'information"

Ce resserrement du contrôle de l'Etat russe sur Internet et la vie privée se fait au nom d'une "guerre d'information" qui aurait lieu avec les États-Unis :

"C'est une mesure de sécurité. Une guerre d'information a lieu actuellement. La connexion anonyme en public favorise l'impunité et l'illégalité et rend difficile la traque de celui qui en est à l'origine. Les Américains ont peur de la guerre, en ce moment c'est mieux pour eux de mener une guerre via les informations. Ils ont renforcé leur holding La Voix de l'Amérique. Ceux que la déstabilisation intéresse essaient de saturer le web avec des escrocs, des fascistes et des extrémistes. Tout ce qui est connecté à Internet doit être identifiable", a justifié Vadim Dengin, premier député de la Commission d'information du parlement russe, au journal Izvestia.

Internet: lieu de contestation lors de la réélection de Poutine

La Russie imite donc certains de ses voisins comme l'Ouzbékistan, ancien membre de l'URSS, où l'identification pour l'accès à Internet est déjà requise.

Le Kremlin semble craindre toutes les possibilités qu'offre le web, d'autant qu'Internet était un lieu privilégié de la contestation de la réélection de Vladimir Poutine en 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2014 à 8:32 :
Ayez recours à la télépathie, vous-même vu(e) facilement médium, et vous verrez que cela marche mieux, même au delà de l'espace et du temps (à condition de cesser de douter de soi...) que toute quincaillerie électronique
a écrit le 10/08/2014 à 17:27 :
La seule grande nation a lutter contre l'anarchie numérique... chapeau l'artiste!
a écrit le 10/08/2014 à 8:05 :
Poutine est comme tout le monde, il n'a pas que des défauts !
Toujours est-il que cette idée de rendre obligatoire l'authentification des personnes sur internet mérite d'être creusée pour éviter l'essentiel des abus actuels où les malfrats sont les seuls gagnants.
Réponse de le 10/08/2014 à 9:14 :
Oui mais ses défauts ne sont pas ceux de tout le monde non plus. Des envahisseurs qui s'installent définitivement chez vous, ce n'est heureusement pas partout tout le temps. Chez Poutine c'est un trouble compulsif (TOC)
a écrit le 09/08/2014 à 21:24 :
On dira ce que l'on voudra de lui, mais cet homme possède une maitrise de soi remarquable !!
Réponse de le 10/08/2014 à 5:50 :
Méthode russe bien connue pour camoufler ses errances, erreurs et désirs d'invasions !
a écrit le 09/08/2014 à 12:16 :
Mais cela fait longtemps qu'en France l'identification des utilisateurs de WiFi et le stockage des données de navigation par les fournisseurs d'accès est une obligation. Il est possible que certains ne la respectent pas, à leurs risques et périls. Mais dans ce cas, il reste, pour le tout venant, la possibilité d'identification l'utilisateur par l'adresse MAC de l'interface réseau.
Réponse de le 09/08/2014 à 12:56 :
@Georges: L'adresse MAC est une identification matériel unique et ne permet pas de savoir qui l'utilise.
La récolter ne sert à rien (hormis connaitre le nombre de connexion, quand, combien de temps), vous ne pourrez jamais faire le lien avec le tout venant. sinon pourquoi Medvedev demande à connaitre l'identité de la personne.
Réponse de le 09/08/2014 à 16:35 :
hmmm... l'adresse mac d'une machine c'est sa carte d'id, elle est sur toutes les boites de toutes les machines possédant une adresse réseau elle est donc liée a la personne qui a effectué l'achat de la dite machine... et a l'heure ou tout le monde paye en CB. L'anonymat n'existe plus...
a écrit le 09/08/2014 à 11:17 :
Le 26/07 Amsterdam, Agence Reuters:
La Cour permanente d'arbitrage de La Haye s'est prononcée lundi en faveur des actionnaires de la défunte compagnie pétrolière russe Loukos, ordonnant à Moscou de leur verser une cinquantaine de milliards de dollars (37 milliards d'euros) de dédommagements.
La cour a émis des jugements touchant trois plaintes différentes pour lesquelles le montant total des dédommagements réclamés pour une expropriation jugée illégale étaient de 100 milliards de dollars.
L'information avait été révélée par le journal russe Kommersant et a fait baisser la Bourse de Moscou en ouverture. L'indice RTS en dollar cédait 1,8% en matinée et l'indice Micex 1%. L'action du pétrolier Rosneft avait elle nettement réduit ses pertes et ne perdait plus que 0,33%.
La Russie devrait faire appel du jugement, estime Kommersant, qui ne précisait pas ses sources.
A l'époque de son expropriation, Ioukos, alors première compagnie pétrolière russe, était contrôlée par l'oligarque Mikhaïl Khodorkovski, naguère l'homme le plus riche de Russie avant d'être incarcéré.
Arrêté en octobre 2003 et condamné à dix ans de prison pour détournement de fonds et fraude, Mikhaïl Khodorkovski, qui avait nié les faits qui lui étaient reprochés, avait bénéficié en décembre dernier d'une libération anticipée, sortant de prison huit mois avant d'avoir purgé la totalité de sa peine.
Ioukos, qui pesait jadis 40 milliards de dollars, avait été démantelé et la majeure partie de ses avoirs avaient été transmis à Rosneft, compagnie pétrolière dirigée par Igor Setchine, un ancien collaborateur du président Vladimir Poutine.
Rosneft a réagi à la décision de La Haye en déclarant que toutes les opérations d'acquisition des actifs de Ioukos étaient légales et qu'aucune plainte ne pourrait être portée contre lui sur la base de ce jugement.
Des filiales du groupe Menatep qui ont porté plainte auprès du tribunal de La Haye. Menatep, la holding par l'intermédiaire de laquelle Khodorkovski contrôlait Ioukos, est devenue GML et l'homme d'affaires russe n'est plus actionnaire de GML ni de Loukos.
Il semble que le principal bénéficiaire de ce dédommagement soit Léonid Nevzline, un associé qui a fui en Israël pour couper court aux poursuites et qui a une participation de l'ordre de 70%. Après avoir été emprisonné, Khodorkovski avait vendu le contrôle de Menatep, qui détenait 60% à 70% de Ioukos, à Nevzline.
D'autres actionnaires ont lancé d'autres procédures judiciaires.
Une porte-parole de Loukos a déclaré par ailleurs lundi que la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) devrait annoncer jeudi sa décision concernant une plainte déposée par l'ensemble des actionnaires du groupe pétrolier et distincte de celle de GML.
Un jugement provisoire de la cour de 2011 s'était prononcé en partie pour la fédération russe mais avait invité Ioukos à poursuivre la procédure en vue de réclamer une "satisfaction équitable".
a écrit le 09/08/2014 à 11:05 :
Vu ce que coûte la NSA, ils vont faire des sacrées économies...
Réponse de le 09/08/2014 à 11:23 :
Chuuuuttttt, ils seraient assez cons pour faire idem
a écrit le 09/08/2014 à 8:34 :
LA RAISON DE CETTE GUERRE EN UKRAINE:
La Voie de la Russie, le 15 février, juste avant l'intervention en Crimée.
Moins de 15 jours après, cet écrit, la Russie intervient.
Tout se planifie pendant les J.O. de Sotchi ( 07-23 fevrier )
L'urgence, l'armée russe masse ses troupes face à la frontière durant les jeux.

((L'industrie militaire ukrainienne menacée, la Russie et la Chine inquiètes))
((La crise en Ukraine illustre parfaitement la faiblesse de l'Etat ukrainien. Même si l’administration du président ukrainien actuel Viktor Ianoukovitch survit à cette crise, l’Ukraine n’en sortira pas renforcée.))

((Actuellement, le pays est confronté à des troubles qui risquent de dégénérer en une destruction des infrastructures et une redistribution des biens.
Cela soulève de nombreuses interrogations, notamment de la part des entreprises du complexe militaro-industriel russe et chinois qui ont des programmes de coopération avec l’Ukraine. Leur principal partenaire en Ukraine, l’usine Motor Sich, est le principal fabricant de moteurs pour les hélicoptères russes. L’usine fournit également les moteurs pour les avions de formation et de transport, ainsi que pour un certain nombre d’appareils sans pilote et des missiles de croisière.
Le président de cette société Viatcheslav Bogouslaev est une personnalité de premier plan au sein du parti des Régions, dirigé par Viktor Ianoukovitch. A Zaporojie, où est située la société, l’opposition n’a pas réussi à s’emparer de l’administration locale. Ceci est probablement lié au fait que Motor Sich soit orientée sur le marché russe. Mais qui sait ce qui peut arriver à l’usine en cas de changement de pouvoir et de changement de propriétaire ? Un scénario pessimiste est assez plausible : les cadres dirigeants pourraient bien être licenciés et l’usine deviendrait alors la propriété d’un entrepreneur fidèle à l’opposition. Des scénarios semblables avaient déjà eu lieu après la « révolution orange » en 2004. Mais à ce moment là, les contradictions entre les groupes politiques ukrainiens n’étaient pas aussi fortes qu’à l’heure actuelle.
L'influence croissante des États-Unis pourrait également conduire au blocage de l’exportation d’un certain nombre d’armements et de technologies vers la Chine, comme ce fut déjà le cas pour l’UE et Israël.
Outre les moteurs fabriqués à Motor Sich, utilisés notamment dans la fabrication des avions d'entraînement chinois L-15 et russes Yak-130, ainsi que des hélicoptères Mi-17, largement utilisés en Russie et en Chine, d’autres contrats de coopération pourraient être menacés. Par exemple les livraisons des moteurs diésel pour les chars chinois MBT-2000 destinés à l’exportation. Certains domaines de coopération, notamment en ce qui concerne la livraison des centrales électriques, les équipements radar, et les systèmes électroniques de la défense, pourraient également se retrouver gelés.
L'Ukraine était un bassin industriel important pour le complexe militaro-industriel à l’époque de l’URSS. Après l'effondrement de l'Union soviétique, tous les types d’armes stratégiques que fabriquait la Russie dépendaient des composantes ukrainiennes. Il a fallu plusieurs années à Moscou pour se doter d’une certaine indépendance par rapport aux livraisons d’Ukraine. En modifiant progressivement les modèles de coopération industrielle, l’industrie de la défense russe continue à l’heure actuelle à devenir moins dépendante de l’industrie militaro-industrielle ukrainienne, mais elle est encore très loin de son indépendance complète. Malgré le lancement d’une usine des moteurs pour hélicoptères près de Saint-Pétersbourg, le rôle de Motor Sich dans la demande russe reste très important.
La Chine cherche également à surmonter sa dépendance des livraisons ukrainiennes des moteurs diésel de 1200 CV de puissance pour ses chars destinés à l’exportation. Mais malgré les tests réussis du nouveau char MBT-3000, ce travail est loin d’être achevé.
La nouvelle crise politique à Kiev oblige donc la Russie et la Chine à réfléchir à nouveau aux risques éventuels qu’elle comporte. Et Moscou, tout comme Pékin, vont probablement redoubler leurs efforts pour surmonter la dépendance qu’ils ont par rapport au secteur militaro-industriel ukrainien.))
Réponse de le 09/08/2014 à 9:25 :
Putain, si c'est vraiment la raison, le continent est très mal barré!!!
Réponse de le 09/08/2014 à 10:53 :
Il n'y a que les zuniens et leurs potiches de Bruxelles qui croient encore qu'ils ne feront qu'une bouchée de la Russie. Maintenant on est en train de voir qui est qui sur le terrain. Attendons la suite, ce sera encore moins drôle.
Réponse de le 09/08/2014 à 11:04 :
Vous savez tout comme moi que les US rêvaient d'isoler tant la Chine que la Russie. Vouloir aller installer des missiles de l'otan en Ukraine était le pas de trop.
Réponse de le 09/08/2014 à 13:44 :
Evidement que l'armée russe, qui continue de masser des troupes à la frontière, va certainement s'engager en Ukraine. Elle y est déjà par les matériels russes et combattants russes sur le terrain. Kiev a annoncé plusieurs fois de tirs provenants de l'autre coté de la frontière. Trop de russes envoyés au combat et rapatriés morts. Maintenant reculer n'est plus possible.
On commémore partout les début des massacres de 14, et Poutine n'a pas hésité à déclencher une guerre. Trop de temps s'est écoulé, trop de saloperies ont du être perpétrées. L'Europe commence à comprendre, les démons l'ont rattrapé. Lâcheté ou inconscience, certainement les deux, les faits sont là, l'incendie est en marche, le pyromane est identifié, les pompiers sont absents depuis 5 mois. Chaque pays n'a pensé qu'à ses propres intérêts. Poutine en a profiter, maintenant il est certainement dépassé par le monstre qu'il a créé. La marche arrière est cassée.
Réponse de le 10/08/2014 à 0:26 :
Bah quoi?
Après la frontière ukrainienne, il y a?
Heu, je réfléchis. Bah la frontière européenne!
Ha oui quand même!
Tout va bien, je vais bien!
Restons zen?
a écrit le 09/08/2014 à 7:42 :
Pas mieux!
Courrier International, le 18/06: CHINE "Seule la critique autorisée sera admise"
L'administration en charge de la presse chinoise a diffusé une circulaire exigeant que les journalistes fassent désormais approuver leurs articles critiques.
Il est interdit aux entreprises de presse et journalistes de diffuser de manière individuelle des informations à caractère critique sans autorisation du Bureau national de la presse, de l'édition et de la radio-diffusion. Il leur est interdit également de mener des activités connexes à la profession, et de mener des enquêtes hors de leur domaine. Toute publication individuelle de supplément papier ou de site internet sans visa de censure leur est interdite, de même que s'occuper de questions de diffusion ou de publicité.
Tel est le message diffusé le 18 juin par le site de l'agence officielle Xinhua, repris par le microblog du quotidien Nanfang Dushibao, et immédiatement gaussé par des internautes : "Dorénavant, la critique sera uniformisée par le Bureau de la presse et de l'édition !".
Depuis une quinzaine d'années, la presse chinoise a constamment repoussé les limites de ce qu'il était possible de publier dans une presse contrôlée par la censure, en jouant sur l'absence d'interdiction explicite et sur les déclarations officielles invitant à la "critique constructive".
Qui se ressemble s'assemble!
Réponse de le 09/08/2014 à 10:54 :
CHINE "Seule la critique autorisée sera admise"

Eh ! si l'on remplace le mot CHINE par USA ou par UNION EUROPÉENNE ça revient au même n'est ce pas ?
a écrit le 09/08/2014 à 7:29 :
La même chose est demandée en France lorsqu'on veut se connecter dans un Starbucks ou autre donc inutile de faire passer les russes pour des affreux...
a écrit le 08/08/2014 à 20:57 :
Les USA essaient d’isoler la Russie mais ça marche pas très bien ce coup d’isoler la Russie. Renforcement du groupe de Shanghaï, collaboration renforcée avec toute l’Amérique du Sud + Cuba (+1 pays d’Am Centrale), coopération renforcée entre les BRICS, nouveau partenariat avec l’Iran, la Corée du Nord, méga-contrat gazier avec la Chine, l’espace commun Eurasiatique prend forme, la Turquie (et le Kazakhstan et le Belarus) sont ravis des restrictions sur les produits alimentaires européens, toujours autant de divisions en Europe, l’hiver s’approche… non, ça marche pas comme prévue cette idée d’isoler la Russie. Il aurait fallu regarder une carte en fait, avant de croire qu’on peut isoler la Russie.
Réponse de le 08/08/2014 à 21:41 :
la Russie est un vaste hôpital psychiatrique, dirigé par des psychopathes. Cela ce voit chaque jour en plus.
Réponse de le 09/08/2014 à 5:36 :
Quoi, on m'aurait menti?
"La Voix de la Russie" serait "la Voix duTsar"?
Réponse de le 09/08/2014 à 7:47 :
LOL.
Premierement 99,99% des francais accedent a internet via FAI(mobile/maison) et donc leur addresse personnelle est connue.
Deuxiemement il n y a pas d access via un internet publique en France, il y a de l internet gratuit fournit par par exemple des chaines de restaurant. Dans ce cas soit l internet est limite(vitesse), soit un minimum de renseignement est demande.
On n oubliera pas Hadopi, le fait que la France est le pays qui demande le plus a Goole de retire des liens vers des Pages quelles consideres comme inapropriee.
Pour finir dans le serieux on oubliera pas le projet de Loi du gouvernement de surveillance d internet.
Si la Russie est un vaste hopital psychiatrique, eux au moins ont la chance d avoir un hopital.
Réponse de le 09/08/2014 à 10:25 :
vous confondez droits d'auteurs et surveillence policée.
Réponse de le 09/08/2014 à 10:58 :
Laurent, c'est samedi, allez faire une petite promenade, l'ordi ça fatigue vous savez ?
a écrit le 08/08/2014 à 19:49 :
Poutine a un passé de KGBiste... confronté à une opposition politique citoyenne massive, son réflexe pavlovien est de tenter de controler l'ensemble du pays, notamment les média et les circuits de communication, comme du temps de Brejnev.

Ca ne marchera pas, personne ne peut contrôler ce qui s'écrit sur les réseaux sociaux.
Réponse de le 08/08/2014 à 20:05 :
@Normal: vanat de faire de l'anti-russe systématique, renseigne-toi ! Dans les aéroports occidentaux par exemple, on te demande ton adresse courriel...donc on t'espionne déjà :-) en Russie, l'internet est gratuit et accessible pratiquement partout sans qu'on te demande quoi que ce soit. De là à dire que tout va bien en Russie, non, mais il faut arrêter de parler sans savoir n'est-ce pas :-)
Réponse de le 08/08/2014 à 20:26 :
Tu balances toujours de messages de cette même teneur d'incohérence ? c'est prodigieux !
Réponse de le 09/08/2014 à 5:50 :
Oui, "Normal" à raison.
Des pays évoluent difficilement, à leur rythme vers la démocratie, l'Afrique du Sud, la Birmanie, L'Indonésie, etc...... D'autres régressent et sont de véritables hontes, les dirigeants russes sont au top niveau.
Réponse de le 09/08/2014 à 10:56 :
C'est quoi "la démocratie" pour toi ? donnes-en nous un exemple.
Réponse de le 09/08/2014 à 20:42 :
@ à ce troll...: tu m'as devancé pour la question ? Y en a qui regardent trop la télé et qui sont intoxiqués par le bourrage de crâne :-) on est pas les meilleurs et ceux qui ont un peu voyagé savent qu'il y a des gens brilalnts partout dans le monde :-)
a écrit le 08/08/2014 à 19:31 :
Moi ça me paraitrait une forte atteinte à ma liberté si j'habitait un pays appliquant une telle mesure. Je lutterais pour que la loi soit abbrogée ou le parti à l'origine évincé aux prochaines elections.
Réponse de le 09/08/2014 à 7:50 :
Vous etes pourtant soumis a ces contraintes en France, auriez vous oublie Hadopi? Auriez vous oublie le prochain projet de loi de surveillance d internet?
a écrit le 08/08/2014 à 18:26 :
France culture, dans son journal de 8h, a donné la parole à "un habitant de Donetsk qui a fui la ville et qui s’est réfugié devinez où ?.. à Kiev !" où il s’est immédiatement rendu sur la place Maidan, pour allumer des bougies pour les victimes du Boeing mitraillé par le chasseur … Par miracle, ô merveille ! il parlait français, ce qui lui permis de se plaindre, dans la langue de Molière, des hommes méchants en armes qui sillonnent Donetsk.

C’est leur manière de nous informer sur France “machin”, dommage que la plupart des Français se laissent encore entraîner par ce journalisme bidon.
a écrit le 08/08/2014 à 17:28 :
Ce matin j'ai voulu ouvrir un compte sur Amazon.fr pour tenter de vendre quelques de mes livres anciens et j'étais surpris des exigences du portail nord-américain. À part mon identité, e-mail, adresse postale, numéro de ma carte de crédit et téléphone, Amazon exige aussi le numéro de mon compte bancaire ! nous sommes en France, où je suis dument établi, nous ne sommes pas dans un pays en guerre (en tout cas jusqu'à l'heure actuelle) et même pas pour acheter une voiture on ne m'a jamais demandé le numéro de mon compte bancaire. Or en sachant que Amazon est américain et que se trouve vraisemblablement lié à des connexions proches (sinon directes) à NSA (National Security Agency) j'ai donc décidé de ne pas ouvrir mon compte dans ce portail.
Du coup, je trouve tout à fait normal que Poutine exige l'identité sur internet en Russie. Le pays se trouve la cible d'une prochaine guerre avec les américains et les européens et il y a plusieurs ONGs occidentales préparées pour faire encore une "révolution orange" et déstabiliser son régime. Si c'était en France, après force débats on finirait pour comprendre et accepter une telle mesure. Aux Etats-Unis la société aurait accepté sans même y poser des questions, tellement qu'ils sont "brainwashed". Il a raison Poutine, la Russie se prépare elle aussi a entrer dans une logique de guerre et tant pis pour mes futures sorties pêches les dimanches en été.
Réponse de le 08/08/2014 à 19:51 :
Soyez logique, si vous voulez vendre, il faut bien que Amazon aie un compte à créditer. Quand vous achetez, un N° de carte bancaire suffit.
a écrit le 08/08/2014 à 17:13 :
Le problème c'est que les américains veulent prendre une participation (un euphémisme) au gaz et aux richesses russes et n'accèptent pas que l'Ukraine reste à moitié russe. Les américains veulent installer l'Otan et ses missiles en territoire russe et Poutine ne va pas permettre une telle ingérence. Si l'Union Européenne n'était pas un fief de ploutocrates soudoyés par Washington, l'Europe serait plutôt du côté de la Russie qui reste tout de même un pays européen, chrétien et avec qui nous avons une longue histoire commune. Les américains s'en fichent de tout cela car leur histoire commune est avec les amerindiens et les mexicains, pas avec la Russie. Une partie des ukrainiens veut son indépendance et rejoindre la Russie. Alors que le gouvernement ukrainien accepte et le conflit s'arrêtera de lui même. Ensuite que les pro russes se débrouillent tout seuls sans attendre une aide que de Mr Poutine, et surtout pas de l'Europe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :