Bitcoin : les frères Winklevoss veulent créer "un pont vers la monnaie du futur"

 |   |  477  mots
Tyler et Cameron Winklevoss ont annoncé le 23 janvier le lancement prochain d'une place d'échange de Bitcoin sécurisée.
Tyler et Cameron Winklevoss ont annoncé le 23 janvier le lancement prochain d'une place d'échange de Bitcoin sécurisée. (Crédits : Reuters)
Connue pour avoir revendiqué l'invention du réseau social en ligne Facebook, cette fratrie s'est fait un nom dans l'écosystème du Bitcoin et devrait ouvrir sa propre place d'échange régulée du Bitcoin aux États-Unis. Une idée qui va à l'encontre même de l'identité de la monnaie virtuelle.

"Gemini". C'est le nom qu'ont donné les jumeaux Winklevoss à la première "place d'échange de Bitcoin nouvelle génération". Nouvelle génération, parce que Gemini se veut plus fiable et sécurisée que les plateformes d'échange développées jusqu'ici, explique dans un communiqué le duo, connu du grand public pour avoir revendiqué l'invention de Facebook.

En février 2014, plusieurs centaines de millions de dollars ont été piratés sur la plateforme japonaise MtGox. Début janvier 2015, après plusieurs autres cas de piratage, c'est la plateforme Bitstamp qui a été attaquée à son tour, participant à une chute des cours de la monnaie de plus de 40%. Tyler et Cameron Winklevoss, se sont donc entourés d'une douzaine d'ingénieurs financiers, spécialistes des questions de sécurité, pour construire Gemini de A à Z. Une façon de s'assurer contre de nouveaux déboires.

Des échanges aussi bien protégés que dans une banque

Le duo d'entrepreneurs est également parvenu à convaincre une banque d'investissement new-yorkaise de s'associer au projet, un soutien rare alors que le monde de la finance reste habituellement prudent à l'égard du Bitcoin. "Les dollars placés sur Gemini seront aussi bien protégés que dans un compte en banque", expliquent les frères Winklevoss. "Et ils ne quitteront jamais le pays", précisent-ils.

Jusqu'à l'ouverture de la première plateforme d'échange américaine agréée, Coinbase, le 26 janvier, les placements en provenance des États-Unis devaient en effet transiter par des places étrangères.

À l'encontre de l'identité même du Bitcoin

Pour ouvrir une telle place d'échange, l'approbation des autorités financières de l'État de New-York, est nécessaire. Si celle-ci est très attachée à la régulation des échanges en Bitcoin, une telle aventure représente néanmoins un pari risqué pour les frères Winklevoss

Alors que le Bitcoin a été conçu comme une monnaie virtuelle totalement indépendante des interventions bancaires ou étatiques, les deux entrepreneurs souhaitent au contraire la rattacher à des régulateurs. Selon eux, le Bitcoin doit respecter les règles de l'industrie financière, seule condition pour qu'elle devienne "un pont vers la monnaie du futur".

Des acteurs importants du Bitcoin

Ce n'est pas la première fois que les frères Winklevoss, dont le propre capital investi en Bitcoin atteindrait plusieurs millions de dollars, s'intéressent à la monnaie virtuelle. En 2012, ils avaient en effet investi 1,5 millions de dollars dans la startup BitInstant, un an avant que son fondateur ne soit arrêté pour blanchiment d'argent via sa plateforme.

Depuis 2013, ils travaillent également à la création du premier fonds ETF (Exchange trading fund) fonctionnant avec des Bitcoins. L'entrée au Nasdaq de ce fonds baptisé Winklevoss Bitcoin Trust devrait avoir lieu dès l'obtention du feu vert des autorités américaines. Tout comme pour Gemini.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2015 à 3:01 :
en gros ils aimeraient bien rentabiliser leur investissement et le rendre liquide... au bon prix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :