Avec Instant Games, vous ne jouerez plus que par Facebook

Disponible dans trente pays dont la France, Instant Games permet aux utilisateurs de Facebook et de Messenger d’accéder à un catalogue de 17 jeux en ligne, pour l’instant, sans avoir à les télécharger. Une initiative de plus pour pousser ses 1,79 milliard d’amis à rester le plus longtemps possible sous son emprise.
Sylvain Rolland
Facebook lance Instant Games. Pour l'heure, 17 titres composent le catalogue -essentiellement des jeux d'arcade et d'action-, dont des classiques comme Pac-Man, Space Invader, Puzzle Booble, Galaga ou encore Brick pop.
Facebook lance Instant Games. Pour l'heure, 17 titres composent le catalogue -essentiellement des jeux d'arcade et d'action-, dont des classiques comme Pac-Man, Space Invader, Puzzle Booble, Galaga ou encore Brick pop. (Crédits : Facebook)

Pourquoi devriez-vous télécharger des applications, qui prennent de l'espace sur votre téléphone, pour jouer à des jeux vidéo, alors que vous pourriez le faire directement sur Facebook et Messenger ? Bienvenue dans l'ère post-application. Mardi 29 novembre au soir, Facebook a lancé aux Etats-Unis et dans 29 autres pays, dont la France, son nouveau service : Instant Games.

Disponible à la fois sur PC et sur mobile, sur le fil d'actualités de Facebook et sur la messagerie instantanée Messenger, cette nouvelle fonctionnalité permet aux utilisateurs d'accéder à un catalogue de jeux en ligne, sans les télécharger, et d'y jouer avec ses amis. Pour l'heure, 17 titres composent le catalogue - essentiellement des jeux d'arcade et d'action -, dont des classiques comme Pac-Man, Space Invader, Puzzle Booble, Galaga ou encore Brick pop... Codés en HTML 5, les jeux sont directement intégrés au service. Aucun téléchargement n'est donc nécessaire. Comme Instant Articles, l'initiative de Facebook dans la presse en ligne, Instant Games permet donc d'accéder à des services qui, auparavant, nécessitaient l'installation de plusieurs applications.

Un écosystème ouvert

Pour profiter d'Instant Games sur Messenger, il suffit de choisir un ami avec lequel vous discutez et de cliquer sur l'icône de la forme d'une manette. Celle-ci se situe au bas de l'écran, à côté des autres icônes comme les photos, les vidéos, les smiley ou les GIF. Vous pouvez ensuite choisir un jeu dans le catalogue, qui se charge de manière quasi-instantanée, puis un écran apparaît pour vous encourager à défier votre ami en l'incitant à battre votre score.

Les premiers jeux proviennent de développeurs triés sur le volet. Pour eux, il s'agit d'une opportunité en or de toucher une partie des 1,79 milliard d'utilisateurs de Facebook et du milliard d'utilisateurs de Messenger. Une audience potentielle inatteignable avec une application indépendante. Pour rendre Instant Games plus attractif, le catalogue devrait s'étoffer très vite, car Facebook  a décidé d'ouvrir sa plateforme à la communauté des développeurs.

Retenir les internautes dans l'écosystème Facebook

Avec Instant Games, Facebook réaffirme son ambition de devenir « la » porte d'entrée du web pour ses utilisateurs. Sa messagerie instantanée Messenger joue un rôle-clé dans ce dispositif, à l'heure où le mobile supplante le PC pour surfer sur Internet. Mark Zuckerberg voudrait transformer Messenger en véritable plateforme de services, comme le font déjà les chinois WeChat (développé par Tencent) et le japonais Line.

L'objectif est clair : retenir l'internaute - et surtout le mobinaute - le plus longtemps possible dans l'écosystème Facebook. Et ainsi récupérer toujours plus de données personnelles sur l'utilisateur, connaître encore mieux ses habitudes et ses goûts, pour valoriser la publicité, qui représente le cœur du modèle économique de Facebook (6,82 milliards de dollars sur le seul troisième trimestre 2016, soit 98% des revenus du groupe).

Ainsi, depuis le début de l'année, Facebook a entrepris une réforme en profondeur de Messenger, notamment en l'ouvrant aux développeurs de bots conversationnels, ces robots qui permettent d'interagir directement avec les marques. Plus de 33.000 sont vu le jour en seulement six mois. Si vous pouvez communiquer avec vos amis, lire la presse, regarder des vidéos, jouer, faire vos emplettes ou encore réserver un taxi et un restaurant de manière simple, instinctive et rapide, pourquoi auriez-vous besoin d'autres applications ?

Sylvain Rolland

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.