Facebook empiète sur les plates-bandes de LinkedIn

 |   |  590  mots
Cette option payante ressemble peu ou prou au modèle de LinkedIn. Or, celui-ci détient 467 millions de membres, contre près de 1,8 milliard pour Facebook.
Cette option payante ressemble peu ou prou au modèle de LinkedIn. Or, celui-ci détient 467 millions de membres, contre près de 1,8 milliard pour Facebook. (Crédits : © Stephen Lam / Reuters)
Le réseau social de Mark Zuckerberg a annoncé mercredi le lancement d'un service permettant aux entreprises d'optimiser la visibilité de leurs offres d'emploi et de trouver le candidat idéal.

Article publié le 08/11/2016 à 16h14, mis à jour le 16/02/2017 à 10h11

Chez Microsoft, la nouvelle a dû être accueillie difficilement. Le géant de l'Internet, qui a racheté LinkedIn pour 26 milliards de dollars, voit émerger un nouveau concurrent au réseau social professionnel, et pas des moindres, puisqu'il s'agit de Facebook. Ce dernier va commencer à autoriser les entreprises à publier des offres d'emplois et les internautes à déposer leurs candidatures directement sur son réseau, a-t-il annoncé mercredi.

Observant un nombre important d'offres publiées, par les TPE et PME notamment, le réseau social a décidé de se pencher sur la question d'un service dédié. "Nous testons une option pour les administrateurs des pages entreprises, afin de créer des posts d'offres d'emploi et de recevoir des candidatures", confiait un porte-parole de Facebook à Tech Crunch en novembre dernier.

Des posts avec un bouton "Candidater"

Concrètement, sur sa page Facebook une entreprise disposera d'un onglet "Emploi", où elle pourra publier l'ensemble de ses offres. À termes, le réseau social prévoirait même la création d'une page entreprise standard dédiée aux posts d'offres d'emploi.

Chacune de ces publications sera dotée d'un bouton "Candidater", permettant aux intéressés d'envoyer instantanément une candidature, pré-remplies des informations publiques disponibles sur leur profil. Les entreprises pourraient la recevoir sur Facebook Messenger, les poussant à utiliser toujours plus la plateforme de chat du réseau social.

Or, celle-ci est aussi très utilisée pour la relation client et pourrait rendre le travail des administrateurs plus compliqué. Ainsi, "l'option potentielle de transférer les candidatures sur l'adresse e-mail du recruteur devrait mieux fonctionner", notait Tech Crunch.

1,8 milliard de membres Facebook contre 467 millions sur LinkedIn

Facebook a déjà réfléchi à la monétisation de son nouvel outil. À la manière des posts sponsorisés, il compte proposer aux entreprises de trouver plus facilement un candidat, en publiant les offres sur les fils d'actualité des profils les plus adéquats.

Cette option payante ressemble peu ou prou au modèle de LinkedIn. Or les deux réseaux sociaux n'ont pas la même force de frappe. La nouvelle filiale de Microsoft détient 467 millions de membres, contre près de 1,8 milliard pour Facebook.

Certes LinkedIn est spécialisé sur le marché du travail, mais les utilisateurs s'y rendent surtout lorsqu'ils actualisent leur profil ou lorsqu'ils sont en recherche d'emploi. À l'inverse, Facebook peut atteindre des personnes qui ne sont pas sur le marché, mais qui pourraient être intéressées par d'autres opportunités.

La principale barrière de Facebook sera de convaincre les utilisateurs de candidater. La plateforme de Mark Zuckerberg est avant tout utilisée pour partager des éléments de sa vie privée, comme des photos de soirées ou de vacances. À moins de se créer une page Facebook spécialement pour sa recherche d'emploi.

Le BtoB pour monétiser les services de Facebook

Alors que Microsoft fait l'acquisition de LinkedIn pour renforcer son offre BtoB, en liant le réseau social au pack Office, la future option de Facebook prouve que lui aussi veut être présent sur ce segment. Une stratégie déjà entamée en octobre dernier, avec le lancement du réseau social d'entreprise Facebook Worketplace.

De manière générale, cette nouvelle offre s'inscrit dans la stratégie de Facebook de monétisation de ses services. Celle-ci devrait permettre d'augmenter ses revenus publicitaires.

>> Lire aussi : Facebook : les secrets de Mark Zuckerberg pour rentabiliser Whatsapp, Messenger et Instagram

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2017 à 10:51 :
Un peu limité la logique économique de facebook, on les voit investir dans la télé, là ils concurrencent directement une activité proche de la leur. On a l'impression que les géants du net sont plus illuminés qu'éclairés en fait.

"La puissance abêtit"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :