Black Friday : contestation inédite mais profits records en vue pour Amazon et le e-commerce

 |   |  1270  mots
Le Black Friday devient, pour une frange de plus en plus importante de la population, un symbole de l'ultra-libéralisme, de l'ubérisation de la société et, globalement, de l'impact négatif des géants de la tech comme Amazon.
Le Black Friday devient, pour une frange de plus en plus importante de la population, un symbole de l'ultra-libéralisme, de "l'ubérisation" de la société et, globalement, de l'impact négatif des géants de la tech comme Amazon. (Crédits : DRr)
Journée devenue semaine exceptionnelle de soldes en ligne, le Black Friday déclenche cette année une crispation inédite dans la société civile. Derrière les initiatives (appels au boycott, blocages d'entrepôts, "Noël des PME françaises", amendement de Delphine Batho...) se dessine la contestation du modèle de société incarné par Amazon, perçu comme consumériste, socialement irresponsable et destructeur pour l'environnement. Mais le géant américain devrait quand même battre des records de ventes.

La lune de miel entre les Français et le Black Friday, cette journée devenue semaine de soldes exceptionnelles, est-elle terminée ? Importée des Etats-Unis depuis 2013, l'initiative déclenche cette année en France une contestation sociale et politique d'une ampleur inédite. En cause : l'impact social, économique, urbanistique et environnemental du e-commerce, incarné par Amazon qui domine le secteur de la tête et des épaules puisqu'il cristallise à lui seul 20% des achats sur Internet en France. Grande fête de la sur-consommation à coups de promotions exceptionnelles et parfois trompeuses, le Black Friday devient, pour une frange de plus en plus importante de la population, un symbole de l'ultra-libéralisme, de "l'ubérisation" de la société et, globalement, de l'impact négatif des géants de la tech comme Amazon.

Lire aussi : Face au consumérisme, le "Green Friday" peut-il supplanter le "Black Friday" ?

Blocages d'entrepôts et appels au boycott contre "l'aberration écologique et économique" du Black Friday

Ainsi, depuis la semaine dernière, les appels au boycott du Black Friday se multiplient. Youth for Climate, Extinction Rebellion ou encore Attac ont notamment appelé à des marches ou blocages de protestation, ainsi qu'à des actions de "désobéissance civile" pour transformer le Black Friday en "Block Friday". Certaines entreprises affichant leur préoccupation environnementale -réelle ou opportuniste- ont également renoncé à y participer, rejoignant le mouvement du "Green Friday" encourageant à des actions éco-responsables de la part des consommateurs, promues entre autres par l'association Emmaus.

Des manifestations et des blocages d'entrepôts Amazon se sont également déroulés jeudi et vendredi. Entre 50 et 100 militants de mouvements écologistes (ANV-COP21 et Amis de la Terre) ont brièvement bloqué jeudi après-midi le centre de distribution de Brétigny-sur-Orge (Essonne), débouchant sur huit interpellations par la police pour "entrave à la circulation". Vendredi, des militants d'Attac, de Greenpeace et d'Extinction Rebellion ont manifesté devant le siège d'Amazon à Clichy (Hauts-de-Seine) et bloqué des entrepôts en région parisienne, près de Lille et près de Lyon, où des images relayées sur Twitter par Extinction Rebellion montrent des jeunes évacués sans ménagement par les forces de l'ordre.

"Aujourd'hui, Amazon a les émissions de gaz à effet de serre d'un Etat", a dénoncé à Saint-Priest (Rhône) Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France. "On a besoin plus que jamais d'actions de désobéissance civile car Amazon est un symbole d'impunité", notamment fiscale, a estimé l'eurodéputée LFI Manon Aubry, présente à ses côtés tout comme la députée LFI Clémentine Autain.

Lire aussi : Black Friday : gare aux promotions trompeuses et aux contrefaçons !

Contestation politique y compris dans les rangs LREM et contre-offensive économique de la CGPME

Si les actions dans la rue sont portées par les mouvements politiques d'extrême-gauche et des ONG écologistes, la contestation politique se diffuse aussi à l'Assemblée nationale, dans les rangs de la majorité LREM, et du côté de certains acteurs économiques. Lundi, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a alerté, "à titre personnel", contre la "frénésie de consommation" et la pollution générée par l'afflux des commandes en ligne du Black Friday, qui entraîne la congestion des villes à cause des livraisons. Son intervention a déclenché l'ire du président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale Eric Woerth (LR), qui a dénoncé une "polémique inutile", et du Conseil du commerce de France, qui réunit 31 fédérations de commerçants.

Mais si le gouvernement n'a pas soutenu les propos de la ministre, il est toutefois en phase avec les critiques portant sur l'impact négatif d'Amazon sur les emplois. Vendredi, la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher a appelé les Français à "voter" pour le "made in France" et à privilégier les commerces de proximité à l'occasion du Black Friday. "Consommer à la française, consommer du made in France, consommer chez les commerçants de proximité, c'est rendre service à l'économie et c'est se faire plaisir", a-t-elle déclaré.

Au sein de la majorité LREM, c'est l'ancien secrétaire d'Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, qui incarne le combat anti-Amazon. Le député de Paris a publié la semaine dernière une étude au vitriol contre le géant américain, l'accusant d'avoir causé la suppression de plus de 7.900 emplois en 2018 en France dans le commerce physique. Mounir Mahjoubi s'est également associé à la Confédération des PME (CGPME) pour lancer l'initiative "Le Noël des PME", qui encourage les consommateurs à "acheter français" pour les fêtes de Noël, et privilégier les commerces physiques. Pour séduire aussi les adeptes de plus en plus nombreux du e-commerce, une plateforme en ligne a été mise en service ce vendredi 29 novembre. On y trouve les produits de plus de 100 PME françaises.

Lire aussi : Mounir Mahjoubi accuse Amazon de détruire 7.900 emplois et appelle à acheter français

Coup d'épée dans l'eau ? Amazon et le e-commerce vont quand même battre des records à l'occasion du Black Friday

Ces initiatives vont-elles tuer ou affaiblir le Black Friday ? Rien n'est moins sûr. Porté par la croissance fulgurante du e-commerce en France (100 milliards d'euros de chiffre d'affaires prévus en ligne en 2019, le record de 2018 devrait être explosé), le Black Friday 2019 devrait être un immense succès pour Amazon et pour l'ensemble du commerce en ligne.

D'après la Fédération du e-commerce et de la vente en ligne (Fevad), les ventes sur Internet devraient atteindre 1,7 milliard d'euros sur les quatre jours allant du "Black Friday" de ce vendredi 29 novembre au "Cyber Monday" lundi 2 décembre. Sur l'ensemble des canaux de distribution, ce sont près de 6 milliards d'euros qui devraient être dépensés ce week-end selon une étude de RingCentral.

Quel impact, alors, de cette contestation sociale autour du Black Friday et du consumérisme de Noël ? Les études montrent que pour l'instant, il s'agit encore d'un épiphénomène. Malgré le fait qu'il existe une "fraction de la population", plutôt aisée financièrement et au capital culturel fort, plus "critique" envers le phénomène notamment en raison d'un "argument écologique", "l'hyper-consommation se porte très bien", explique l'économiste Philippe Moati, cofondateur de l'Observatoire société et consommation (Obsoco), dans un entretien à l'AFP. Selon lui, "l'incitation à consommer est permanente" grâce à des outils de plus en plus performants comme "la pression publicitaire, le marketing qui se fait davantage scientifique via l'utilisation des banques de données, ou encore l'intelligence artificielle qui se personnalise". D'où le dépôt, mercredi 27 novembre, d'un amendement à la loi anti-gaspillage par la députée PS Delphine Batho, visant à interdire les campagnes de promotion du Black Friday.

Par ailleurs, selon l'enquête Cofidis/Rakuten/CSA, plus d'un tiers des Français (36%) achètent leurs cadeaux lors de périodes promotionnelles comme le "Black Friday" afin d'optimiser leur budget. 40% des Français déclarent d'ailleurs faire leurs dépenses de Noël dès le mois de novembre (+3 points par rapport à 2018).

"Il n'est pas aisé de faire le lien entre un achat en trois clics sur Internet et les emplois que cela détruit dans le commerce physique et l'impact environnemental de plateformes comme Amazon. Mais c'est en le dénonçant et en proposant des alternatives que l'on va pousser les Français à avoir conscience de ces enjeux pour acheter en conscience", affirme Mounir Majhoubi à La Tribune.

En attendant, Amazon s'apprête à vendre plus de 2,5 millions d'articles par jour du Black Friday au Cyber Monday.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2019 à 8:13 :
Contestations de gens friqués !
a écrit le 30/11/2019 à 22:56 :
une polémique lancée par le lobby du commerce en france et relayé par les politiques pour leurs intérets personnels...

les médias ne cite qu´amazon mais ils oublient de mentionner que toutes les enseignes francaises font également de la livraison.... fnac, la grande distribution, darty, vente privée, la redoute, ... comme par hasard jamais cités mais font de la livraison à domicile comme amazon. et si on comptabilise toutes les enseines francaises, elles font certainement plus de livraison qu´amazon sur le territoire

apparement le seul coupable est amazon alors que tous les commerces le font...
bizarre, bizarre...
a écrit le 30/11/2019 à 13:22 :
Je regarde cette hystérie, la névrose politique et écologique avec humour. Les politiques qui montent au créneau eux qui se déplacent en masse lors d’évènements x ministres pour tel évènement x ministres pour un discours présidentiel etc en fait ceux qui polluent pour ne rien dire ou faire pied de grue. Les députés qui se promènent beaucoup pour souvent venir taper la main sur le marché qui parait il écoutent! un marché pour les futures élections au lieu de faire leur job être présent lors des votes à l’assemblée. Il y a les amis de l’écologie eux aussi très fort en gueule mais peu crédible surtout ceux qui portent des jeans le produit le plus polluant à la fabrication sans compter leur idée plus politique qu’écologique surtout lorsque l’on voit l’étiquette d’un ou une députée venir les soutenir. Pour ma part je trie, je composte, j’ai plus de voiture diesel, j’achète le plus possible local et pourtant j’ai consommé Black Friday. Ras le bol de toute cette médiocrité politique et associative médiocrité qui veut donner des leçons mais qui pour une majorité ne se l’applique pas. Je n’oublie que la ministre de l’écologie et les secrétaires d’état devenus des écolos politiques de circonstance. Je rappelle au président qui disait que tout lui remontait alors qu‘il fasse cesser tous ces politiques qui veulent nous imposer leur idée, souvent sortie d’un chapeau qu’ils n’ avaient jamais porté alors il pourra faire son job gouverner et non s’occuper de la petite cuisine lancée par son gouvernement . Mesdames et messieurs les ministres, députés et associations il faut supprimer pour la sur consommation Noël, premier de l’an, fête des mères, grands parents, Saint Valentin, Halloween et pourquoi pas le 14 juillet car les festivités polluent la terre et enfin FINI le 14 juillet dans les jardins de l’Elysée. Denier point interdiction à tous les élus et ministres de prendre l’avion pour se déplacer sur le territoire mais également en Europe cela vaut bien sur pour le Président.
Réponse de le 01/12/2019 à 9:45 :
" j’ai plus de voiture diesel"
Pourquoi ? Une voiture diesel moderne est de loin ce qu'il y a de moins polluant à tous égards.
Réponse de le 01/12/2019 à 9:47 :
Euh... la garden party du 14 juillet à l'Elysée a été supprimée en... 2010 par Sarkozy.
Réponse de le 01/12/2019 à 10:06 :
@bruno-bd bonjour, vous connaissez le politique pour cette "association" le mot suppression n'a pas la même définition que pour les gueux. La garden a été remplacée par une reception! à l'hotel de Brienne le fief du ministère de la défense. A ce sujet je note que la tête du ministère refuse d'intégrer le pentagone à la française construit sur la fameuse et fumeuse PPP dont une génération paiera cette encore dérive politique.
a écrit le 30/11/2019 à 9:34 :
Une nouvelle religion écolo-anticonsumériste... avec ses dogmes, son irrationalité, son moralisme à 2 balles, ses rites plus ou moins ridicules, comme les autres religions.
Réponse de le 01/12/2019 à 13:18 :
L'homme n'est pas né pour consommer ou tapoter un smartphone toute la journée.Il n'y a pas que la croassance infinie dans la vie.Les hommes doivent devenir moins matérialistes,plus solidaires et spirituels.
Réponse de le 02/12/2019 à 21:16 :
"Les hommes doivent devenir moins matérialistes,plus solidaires et spirituels. "
Qui êtes-vous pour formuler de telles injonctions ?
a écrit le 30/11/2019 à 9:30 :
Et si, plutôt que ce moralisme anti black friday à 2 balles, on se décidait à considérer les consommateurs comme des adultes, capables de juger par eux mêmes de l'intérêt d'une offre promotionnelle et si elle répond à leurs besoins ? Franchement je trouve le black friday moins indécent que les images qu'on voyait il y a quelques années de courses folles d'acheteurs dans les magasins lors de l'ouverture des soldes pour s'emparer des meilleures affaires (ou il y a quelques mois la ruée sur une célèbre pâte à tartiner bradée par une chaine de distributeurs, ou alors les files d'attente kilométriques à la sortie d'un nouveau smartphone -hors de prix bien que fabriqué en Chine- par la marque à la pomme). Le e-commerce a plutôt fait disparaître ces comportements quasi hystériques et c'est une bonne chose.
a écrit le 30/11/2019 à 8:43 :
Oui le black Friday peut être conteste mais pas annulé. La consommation est une bonne chose pour la croissance et pour l'emploi mais la surconsommation est une forme d'attaque antiecologique. Dans un monde où il faut préserver la planète il faut contrôler les effets néfastes du Black Friday mais difficile de tout contrôler. Donc oui au black Friday mais non et encore non à ces mauvais effets.
Réponse de le 30/11/2019 à 8:58 :
Donc, vous parlez pour ne rien dire... pour être d'accord avec tout le monde dans ce monde de "ouioui" où tout doit être considéré positif.
Cette course à la croissance est par définition ,physiquement, mécaniquement je dirais, responsable des dégats écologiques présents et à venir. Il faudra choisir entre vivre et consommer ...
a écrit le 30/11/2019 à 8:34 :
Il faut choisir entre une journée Black Friday et des semaines avec samedi gilets jaunes.
Qui a protesté contre les journées jaunes ?
a écrit le 29/11/2019 à 18:36 :
Cet vendredi fou favoriserait la consommation ? Ce qui est dépensé ce jour là ne le sera pas les autres jours, notamment à Noël . Cela rejoint l'affaire de l'ouverture non-stop des magasins, même le dimanche, comme si les salaires étaient extensibles . Le budget des ménages est contraint, et même sévèrement depuis quelques temps. Les plateformes en ligne sont les principales gagnantes, elles n'embauchent pour l'occasion que des intérimaires. Une régulation politique serait nécessaire en abandonnant la politique de l'offre au profit de la politique de la demande, avec des salaires suivant le coût de la vie.
a écrit le 29/11/2019 à 18:32 :
STOOOOP, raz le bol du black friday et de ous ces cretins numériques.
a écrit le 29/11/2019 à 18:27 :
Tout d'abord, selon l'insee il n'y a pas flambée générale du consumérisme (et ce n'est pas faute d'envie mais de moyens, 20% des français vivent sous le seuil de pauvreté).

Ensuite le black friday est une occasion d'acheter ses cadeaux de Noêl en espérant faire quelques économies, mais les français ne sont pas dûpes.

57% estiment que les annonces sont soit fausses, soit gonflées et ceux qui fréquentent déjà la commerce en ligne ont appris à comparer. Contrairement à Mme Borne, ils sont avertis.

Le black friday permet de lisser les achat de Noêl et c'est démontré par les études économiques. la "surconsommation" est anecdotique.

Pour ce qui est de l'aspect écologique, j'attends encore qu'on me démontre qu'une camionnette de livraison qui dessert 35 clients à partir d'un centre de livraison unique, pollue plus que 35 clients qui vont visiter plusieurs magasins.
J'habite à plus de 30 km d'un centre ville plus ou moins bien fourni en magasins et en une commande par internet je peux remplacer des demi-journées de shopping et des centaines de km dont des dizaines en centre ville. J'y gagne et la planète n'y perd pas.
a écrit le 29/11/2019 à 17:37 :
Les intellectuels de gauche qui savent mieux que quiconque ce que le citoyen lambda doit penser et faire sont de retour................mais chez les écologistes pour imposer la dictature de la minorité "qui sait". L'écologie c'est important, vital, et donc ne pas se réduire à un mouvement de bobo donneurs de leçons. Quant à nos députés, ils feraient mieux d'apprendre à gérer efficacement un pays endetté jusqu'au cou grâce à eux en ignorant les avis continuels de la cour des comptes sur cette gestion déplorable. Mais voila, s'habiller dans les verts habits de l'écologie responsable, c'est tellement plus facile et tendance ( surtout sur le plan électoral)..
a écrit le 29/11/2019 à 16:43 :
J'espère que "la" ministre en question va être virée, comme, d'ailleurs, devraient l'être ce président et son ministère, qui sont en poste pour gérer le pays en "bons pères de famille" et non pour appliquer un programme électoral.
Réponse de le 29/11/2019 à 17:37 :
"qui sont en poste pour gérer le pays en "bons pères de famille" et non pour appliquer un programme électoral. "

Pourtant, cela a l'air de satisfaire l’électorat LR voir les élections européennes. Loi travail , les prud'hommes , APL, privatisations ,IFI, CICE pérennisé , etc., déjà oublié Henri ?
Réponse de le 30/11/2019 à 9:48 :
@lachose: Si Marine Le PEN est élue face à Emmanuel MACRON, cela ne veut certainement pas dire que l'électorat souhaite l'application d'un programme que la susdite a déjà rectifié pour ratisser plus large; le problème de nos élus, c'est qu'ils s'imaginent que la Constitution leur accorde le droit de faire ce que bon leur semble pendant la durée de leur mandat. Seul, le Général de Gaulle a appliqué le principe démocratique de s'en aller quand il n'a plus été soutenu par l'électorat; ce principe est, d'ailleurs, appliqué dans les entreprises.
a écrit le 29/11/2019 à 16:13 :
Les bobos parisiens, 46 pour cent de cadres supérieurs contre 8 pour cent d'employés et d'ouvriers ,peuvent faire les âmes délicates avec Friday.
a écrit le 29/11/2019 à 16:11 :
Je regardais le site amazon voir si le toner était en promo pour mon imprimante. Ben NON. Juste des trucs dont je n'ai pas besoin. Les écolo peuvent broncher .... mais ça me fait beaucoup de kilomètres en moins, et du carburant taxer à 80 %, et CO2 qui va avec, radars etc ! Les écolos politiques veulent imposer leur truc, une forme de dictature. C'est NON !
a écrit le 29/11/2019 à 16:07 :
Youth for Climate, Extinction Rebellion, Attac...en voilà des réfèrences !! Des écolo extrêmistes. En tant que consommateur avisé, je suis heureux de profiter des soldes sur des produits sélectionnés, et ce que j'achète maintenant ne le sera pas plus tard. Vraiment regrettable de prendre les consommateurs pour des enfants.
a écrit le 29/11/2019 à 15:28 :
Polémique pour rien du tout: les gens ont du temps à perdre.
Cordialement
a écrit le 29/11/2019 à 14:28 :
Je ne comprends. Les GJ disent qu'ils crevent de faim. Le chomage est au plus bas depuis 10 ans, l'Epargne est au plus haut depuis 7 ans. La consommation black friday (consommation de produit de enieme necessité) est au plus haut. Il y a pas un probleme la?
a écrit le 29/11/2019 à 14:14 :
faudra rappeler a tous ces baveux que du bon vieux temps de l'ideologie pas liberale pour deux sous dont ils sont nostalgiques, la desobeissance menait a la potence, au camp bienveillant, ou a la tcheka qui vous reveillait a 3 heures du matin en disant ' tu es un ennemi du peuple' ( c'est de la novlangue bienveillante de gauche qui se traduit par ' suis nous, on va te coller une balle dans la tete dans une foret autour de moscou')
Pourquoi ils ne manifestent pas contre ce qui se passe en afrique ou au venezuela, les baveux? y a des raisons en particuliers?
qu'on publie leurs moyens de financement, et qu'on fasse du name and shame, ils vont apprecier
Réponse de le 29/11/2019 à 15:18 :
Impressionant de subtilité. Donc un appel à être raisonnable conduit au goulag... TINA, there is no alternative, c'est le modèle néolibérale ou la mort ou le goulag
Vraiment il faudrait voir à vous reposer Churchill et à changer de pseudo, vous insultez l'intelligence en général et la sienne en particulier ;)
a écrit le 29/11/2019 à 13:54 :
Les cadeaux imposés à faire pour noël c'est avant le 24 décembre, or les soldes en France ne commencent que le 1er janvier pile poil après les deux fêtes consuméristes majeurs de l'année. Pas difficile de comprendre le succès de ces promos au sein d'un pouvoir d'achat en constante baisse.
Réponse de le 29/11/2019 à 14:44 :
surtout que les prix des cadeaux ont tendance à augmenter au fur et à mesure que l on s approche de Noel....

ceci étant....... c 'est une sorte de folie furieuse quand même..... mais ça commence par le fait que le volume des cadeaux de Noel "obligatoires"... a augmenté furieusement

je ne voudrais pas revenir à l époque ou c 'était une "orange"..... mais ce déferlement "contraint".... est exaspérant......

et je ne suis pas certains que cela éduquent nos enfants vers une sorte de frugalité.....

personnellement, je n achète que marginalement sur le net, par principe.....mais je dois être de la vieille école.....
Réponse de le 29/11/2019 à 18:25 :
"surtout que les prix des cadeaux ont tendance à augmenter au fur et à mesure que l on s approche de Noel...."

Exactement, des fois en attendant le lendemain de noël on a de belles surprises !

IL faudrait que l'on nous donne les chiffres, pendant des années ils nous soûlaient avec les records de ventes pour noël ça fait quelques années maintenant qu'ils n'en parlent plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :