Comment Facebook attise le feu des "Gilets jaunes"

 |   |  1011  mots
La page « Les Gilets Jaunes » (54.000 likes) diffuse des annonces de recrutement de militants et des tutoriels pour se protéger contre le gazage lors des manifestations.
La page « Les Gilets Jaunes » (54.000 likes) diffuse des annonces de recrutement de militants et des tutoriels pour se protéger contre le gazage lors des manifestations. (Crédits : Facebook)
Avant d’envahir les routes, c’est bien sur les réseaux sociaux, et notamment sur Facebook, qu’est né et s'organise le mouvement des Gilets jaunes. A coups de groupes privés et de publications virales, le réseau social entretient la grogne des militants.

« La France en colère !!! », « Fly Rider infos blocage », « Nous Gilets Jaunes »... Depuis plusieurs semaines, des centaines de groupes et de pages pullulent sur Facebook pour tenter d'organiser le mouvement des Gilets jaunes. Utilisé comme un outil de communication et d'organisation pour les rassemblements, le réseau social de Mark Zuckerberg, qui compte en 2018 pas moins de 38 millions d'utilisateurs actifs mensuels en France, est crucial pour entretenir la colère citoyenne. Le 1er décembre dernier, encore près de 136.000 manifestants s'étaient rassemblés, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, engendrant de nombreux troubles à l'ordre public.

Tout est parti d'une simple pétition en ligne contre la hausse des taxes du carburant. Les internautes se sont ensuite emparés du réseau social pour exprimer leur désarroi et leur ras-le-bol à coups d'articles partagés, de vidéos coups de gueule et surtout d'appels aux blocage du pays. De fil en aiguille, des centaines de milliers d'internautes ont rejoint ces groupes, qui sont devenus les réceptacles d'une colère qui échappe aux syndicats et aux partis politiques. Pour Fabrice Epelboin, professeur à Sciences Po et spécialiste des médias sociaux et du web social, Facebook est donc devenu un "outil d'opposition" particulièrement redoutable:

 « Il n'y pas de raison, pour l'heure, de penser que le mouvement va s'atténuer sur Facebook. Il permet d'avoir une forme d'infrastructure sociale. [...] Facebook, c'est pour le peuple, c'est un outil de proximité », nous explique Fabrice Epelboin, rappelant également que « la dynamique du printemps arabe s'était formée de la même façon ».

Contacté par La Tribune, Facebook a affirmé ne pas être en mesure de chiffrer le nombre de groupes et de pages liés aux Gilets jaunes créés depuis le début du mouvement. Parmi les plus notables, on retrouve le groupe « Gilet Jaune » (137.000 membres) ou encore la page « Les Gilets Jaunes » (54.000 likes), qui diffuse des annonces de recrutement de militants ou encore des tutoriels pour se protéger contre le gazage lors des manifestations.

Les administrateurs de groupes sont devenus des porte-paroles

Dans ce mouvement sans chef, les administrateurs de groupes Facebook semblent avoir pris le rôle de porte-paroles, à l'instar de Priscillia Ludosky et d'Eric Drouet, à l'origine du groupe Facebook baptisé « La France en colère !!! », qui enregistre à ce jour plus de 200.000 membres.

« On va passer au stade supérieur, comme ça on va essayer de se faire entendre un peu plus et de réveiller ce gouvernement qui ne fait qu'observer nos faits et gestes », avait affirmé Eric Drouet dans une vidéo diffusée la veille de la manifestation du samedi 1er décembre, nommée « L'Acte 3 » par les internautes.

Depuis le début du mouvement, plusieurs autres personnalités remarquées sur le web sont devenues des têtes d'affiche du mouvement. Certains d'entre eux s'apprêtent à rencontrer le Premier ministre, Edouard Philippe, ce mardi 4 décembre, dont Jacline Mouraud, qui a fait le tour de nombreux médias. Elle s'était fait connaître en se filmant avec son smartphone pour dénoncer la « traque » aux automobilistes en France. Sa vidéo a été visionnée plus de 6, 2 millions de fois sur le réseau social de Mark Zuckerberg.

L'une des particularités des Gilets jaunes est que le mouvement est éparse et non-organisé, y compris sur Facebook. Depuis quelques jours, le mouvement tente toutefois de se structurer et de centraliser les informations avec notamment la création d'une carte via Google Maps. Elle permet de regrouper les détails de chaque manifestations (lieux, dates, horaires, etc.). Un site officiel des Gilets jaunes, qui se proclame comme étant la principale source d'informations relatives au mouvement, a également été lancé ce lundi 3 décembre.

Propagation des fake news

Facebook joue aussi un rôle dans l'entretien de la colère via les informations qui circulent sur la plateforme. Certaines sont réelles, comme certaines photos et vidéos d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, qui sont devenues virales. Mais des fausses informations se joignent au flux. De nombreuses images ont notamment été détournées dans le but de suggérer des violences policières. Une photo de manifestantes tabassées par des CRS avait aussi été publiée au lendemain de la première manifestation, le 17 novembre, et avait été relayée plus de 130.000 fois sur Facebook. Il s'agissait, en fait, de photos de femmes ensanglantées prises en Espagne. Une vidéo, publiée le 30 novembre sur Twitter, montre également des CRS matraquer des enfants, sans que le contexte de la vidéo soit précisé. L'AFP Factuel, le service de fact-checking de l'agence de presse, a par la suite révélé que ces images dataient d'une mobilisation du 29 novembre 2015.

Pourtant, ces fake news, qui parviennent à attiser la colère des manifestants, n'auront pas d'impact sur la crédibilité du mouvement, selon Fabrice Epelboin, .

"Les gilets jaunes pensent que "la caste supérieure" leur ment. On est dans le complotisme généralisé. C'est un dialogue de sourds », affirme-t-il.

Les gilets jaunes avaient également dénoncé un complot de la part de Facebook, qui tenterait, selon eux, de censurer le mouvement sur le réseau social. De nombreuses publications ou événements ont été supprimés, mais l'entreprise américaine assure qu'elle n'a pas cherché à censurer les propos des manifestants.

"Les contenus faisant l'apologie de la violence ne sont pas autorisés sur Facebook. Nous supprimons les contenus qui promeuvent la violence et la haine à l'égard d'autrui ou qui la soutiennent, dès que nous en avons connaissance", nous rappelle un porte-parole de Facebook.

Certains militants indiquent même avoir migré vers Télégram ou encore WhatsApp (une application appartenant à Facebook) pour éviter d'être censurés.

Au lendemain du troisième samedi de mobilisation des gilets jaunes, plusieurs pages Facebook ont d'ores et déjà annoncé « L'Acte 4 » du mouvement. La page de l'événement qui aura lieu le samedi 8 décembre prochain a déjà fait plus de 15.000 intéressés et 2.400 participants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2018 à 11:27 :
Puis-je suggérer une amende lourde infligée à Facebook pour chaque "fake news" et par jour de publication ?
Pour répondre à Chanson qui a dit que Poutine n'est pas à l'origine de certaines pages sur Facebook ?
a écrit le 05/12/2018 à 9:28 :
ce qui t'humilie gentil peuple de France c'est ce que tu crois entendre et non ce qui est dit la contamination de nos esprits par la non pensée exaltée sur l'autel de la connection a construit un dialecte lourd agressif mal embouché basé sur l'accusation et l'insulte . restera-t-il un minimum de sagesse à ce gentil peuple pour qu'il ne laisse pas organiser sa liberté par 300 000 humiliés hystérisés .
N'oublions pas que quand l'unanimité entache une opinion c'est qu'elle est fausse, basée sur un mensonge qui fait plaisir à tous .
a écrit le 05/12/2018 à 4:23 :
Par les temps qui courent, c'est osé..
a écrit le 04/12/2018 à 19:32 :
On comprend que la communication entre individu est un danger pour le pouvoir! Que ce pouvoir veut en limiter l'usage pour la "santé" des individus! Le dit pouvoir veut faire oublier que le peuple est souverain!
a écrit le 04/12/2018 à 13:02 :
Ce qui est incroyable, c'est que c'est la première fois depuis 2-3 ans que l'on n'accuse pas les réseaux sociaux d'être manipulés par Poutine . Celui-ci a pourtant (soi-disant ) influencé, l'élection de Trump, le Brexit, la volonté d'indépendance en Catalogne, les mauvais résultats électoraux de tous pays ... A tel point que Macron veut une loi pour contrôler ce qui est dit sur Facebook ...
Mais alors si Poutine n'est pas responsable, qui l'est ?
Réponse de le 04/12/2018 à 16:00 :
C'est très possible que Poutine manipule Facebook car affaiblir Macron c'est affaiblir un partisan de l'Union européenne que Poutine veut démanteler et Trump affaiblir et ce alors qu'il y a les élection européennes. Il ne faut pas se voiler la face; On voit bien l'Upr de nouveau faire parler d'elle et c'est un pion de Poutine.
a écrit le 04/12/2018 à 12:23 :
Facebook est probablement manipulé puisque c'est toujours intéressant pour des partis politiques ou pays concurrents extérieurs de fragiliser le pouvoir en place avant les élections européennes. Les trolls c'est devenu un classique comme pour le Brexit. Les revendications des gilets jaunes sont la plupart absurdes et intenables. On voit les bandes organisés de casseurs, les bandes de pillards etc. Bref c'est devenu n'importe quoi et çà va coûter bien plus cher que le moratoire sur les taxes.
a écrit le 04/12/2018 à 11:16 :
Les Gilets Jaune sont d' ores et déjà menacés avant les réunions parce non structurés, ils dérangent l' état qui n' a aucun moyen d' entraver leur action et perturber leur développement. A contrario, dès que des représentants permanents seront nommés, le gouvernement aura prise sur eux.
a écrit le 04/12/2018 à 9:06 :
et si pour eviter de faire "buzz" les journalistes arretaient d'en parler a longueur de journee a la radio et a la tele cela calmerait un peu certains debiles qui ne viennent que pour casser
a écrit le 04/12/2018 à 8:38 :
"le réseau social entretient la grogne des militants"

Et qui c'est le 'réseau social", il représente qui ? Ben les militants donc votre phrase, vraie c'est que les militants entretiennent lesm ilitants, logique donc mais c'est plus vendeur et spectaculaire de montrer du doigt un GAFA et en plus de faire croire que les militants se feraient instrumentaliser par facebook.

ET le pire c'est que cette instrumentalisation de l'information, flagrante, que vous nous faites vous devez la faire totalement machinalement vous reposant sur des cours théoriques et pratiques que vous avez appris. C'est vraiment une sale habitude cette dérive du traitement de l'information. C'est grave même.

"Encore un siècle de journalisme et tous les mots pueront." Nietzsche
Réponse de le 04/12/2018 à 9:05 :
"le réseau social entretient la grogne des militants" a priori, si c'était "internet entretient la grogne par des forums sur des sites web" ça serait pareil. Entretient = permet de coaguler les thèmes, fait caisse de résonance.
A contrario, enlevez le, éteignez le service, ça fonctionnerait comment ?
Le téléphone, le fax entretiennent = permettent aux gens de communiquer et regrouper sur un média leurs textes, messages, ...sauf que là c'est de pair à pair. Y a bien des systèmes de conférences, téléphonie à plusieurs mais faut avoir les numéros de téléphones.
Dans la rue, sur une place de village, c'est moins facile de ne pas devenir la cacophonie, sauf si chacun prend la parole à tour de rôle.
Réponse de le 04/12/2018 à 9:27 :
Je ne comprends absolument rien à ce que vous me racontez là...

Pourriez vous m'expliquer autrement svp ? Je ne sais même pas si vous avez bien compris mon commentaire... -_-

Alors à votre avis est-ce que facebook est responsable de la crise des gilets jaunes ? Le mieux c'est de reprendre dès le début hein.

Vous ne buvez jamais d'eau pour ne pas vous mouiller ?
Réponse de le 04/12/2018 à 17:20 :
@ Atlee: Vous ne devriez pas dévoiler tous vos pseudos, c'est ballot... -_-

JE vous ai signalé pour vous aider.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :