Google : une croissance à deux chiffres malgré la baisse du prix des publicités

 |   |  322  mots
L'impact négatif du dollar a ainsi été pallié par la hausse des revenus publicitaires.
L'impact négatif du dollar a ainsi été pallié par la hausse des revenus publicitaires. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Au premier trimestre, sur un an, le chiffre d'affaires du groupe a grimpé de 12%. Ses revenus publicitaires, portés par le nombre de personnes toujours plus nombreuses à utiliser ses services, ont augmenté de 11%, en dépit de la baisse de 7% du prix des annonces.

"On craignait des résultats bien plus mauvais et on peut donc parler d'une réaction de soulagement", explique Colin Gillis, analyste chez BGC Financial. Si les résultats de Google publiés vendredi 24 avril ont déçu certains analystes, il affiche toujours une croissance à deux chiffres. Le géant américain a enregistré une hausse de son chiffre d'affaires de 12% à 17,26 milliards de dollars (15,9 milliards d'euros) sur les trois premiers mois de l'année par rapport à la même période en 2014.

Hors impact des taux de change, la croissance du chiffre d'affaires aurait même été de 17% sur un an, a souligné le directeur financier sur le départ, Patrick Pichette, dans le communiqué de résultats, publié vendredi 24 avril.

L'impact négatif du dollar pallié par la hausse des revenus publicitaires

L'impact négatif du dollar a ainsi été pallié par la croissance des revenus publicitaires. Ceux-ci ont crû de 11% au premier trimestre à 15,51 milliards de dollars (14,25 milliards d'euros), porté par le nombre de clics facturés par le groupe pour la consultation de publicités, qui a augmenté de 13%.

Plus généralement, cette progression du revenu publicitaire s'explique notamment par un budget publicitaire des télévisions de plus en plus orienté vers la vidéo en ligne sur des plateformes comme YouTube, analyse le Financial Times. Notamment parce que "le nombre de vidéos visionnées sur la plateforme augmente rapidement", a expliqué Patrick Pichette.

Et la baisse du prix des annonces n'a pas suffi à gréver les revenus publicitaires. Ainsi, le prix des annonces calculé en "coût par clic" a diminué de 7%.  En effet, les utilisateurs sont de plus en plus nombreux à consulter les services de Google sur des smartphones et des tablettes. Et sur ce type de support, les prix facturés aux annonceurs sont moins élevés, explique le Financial Times. Cela pourrait représenter un risque pour les revenus publicitaires de Google à l'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2015 à 0:13 :
"On craignait des résultats bien plus mauvais et on peut donc parler d'une réaction de soulagement"... Ben voyons. Pourquoi ne citez vous pas le consensus? Google a raté le consensus sur les ventes et sur le bénéfice. Données que vous ne citez nulle part. Grotesque.
a écrit le 24/04/2015 à 21:39 :
Sinon, dans la série : smartphoneminitel, vous avez ceci.. : http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/04/24/pour-google-la-publicite-sur-mobile-est-plus-que-jamais-strategique_4622027_3234.html Combien de temps a tenu le minitel..??
a écrit le 24/04/2015 à 20:54 :
Sachant que le plus grand ennemi de Gogole est adblock+ et la bêtise humaine, n'hésitons pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :