Le PDG d'Ashley Madison démissionne

Le site de rencontres extraconjugales affronte les conséquences de la divulgation par des pirates informatiques de millions de noms d'utilisateurs. Au Canada, deux suicides pourraient être liés à cette affaire.
(Crédits : Reuters)

Le PDG de la maison mère du site de rencontres extraconjugales Ahsley Madison, Noël Biderman, a annoncé vendredi sa démission après le piratage et la publication de données de millions d'utilisateurs.

Avid Life Media, la société canadienne de Toronto propriétaire du site, a indiqué que Noël Biderman avait quitté ses fonctions "d'un commun accord" entre les parties.

De la faille de sécurité aux suicides suspects

Un groupe se faisant appeler "The impact team" a publié en deux temps, la semaine dernière, quelque 30 gigaoctets de fichiers contenant des millions de noms, comptes utilisateurs, courriels et adresses ainsi que les historiques de navigation de clients d'Ashley Madison.

Le site avait été piraté en juillet et Avid Life Media avait alors reconnu une faille de sécurité sur ses serveurs.

Deux suicides, dont un au Canada, pourraient être liés à la publication de données d'utilisateurs suite à ce piratage, avait avancé lundi la police canadienne. Un policier texan aurait mis fin à ses jours dans ce contexte, selon les médias.

Dans l'attente d'un nouveau PDG

En annonçant la démission de son patron, Avid Life Media a estimé que "ce changement est dans le meilleur intérêt de la société" tout en permettant "de continuer à fournir du soutien à nos membres et nos employés dévoués".

Dans un communiqué, la société dit tout faire pour "s'ajuster après l'attaque criminelle contre l'entreprise et la vie privée de ses membres".

De hauts responsables de l'entreprise vont assurer l'intérim de Noël Biderman en attendant la nomination d'un nouveau PDG.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 29/08/2015 à 12:08
Signaler
De toute manière, il a fait son beurre et cette société n'a aucun avenir maintenant que l'on sait 1) qu'il y a avait seulement 1500 femmes pour 30 millions d'hommes 2) que les données personnelles n'étaient pas protégées.

à écrit le 29/08/2015 à 7:00
Signaler
Start-up à la madoff qui vendait du vent et c'est le chateau de cartes qui s'effondre. Ils sont décidément incorrigibles...

à écrit le 28/08/2015 à 23:18
Signaler
Il n’y a pas que cela : D’après l’enquête d’une journaliste 11 millions d'hommes parlaient à 2400 femmes En effet le site hacké, revendiquait 37 millions d'utilisateurs. Mais une immense majorité de ses profils féminins étaient inactifs. Une pratiqu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.