Qwant travaille ses futurs utilisateurs dès l’enfance

 |   |  816  mots
Développé depuis un an par les équipes de Qwant, en lien avec l'Education nationale, Qwant Junior s'impose donc comme le premier moteur de recherche sécurisé et conçu spécialement pour les 6-13 ans.
Développé depuis un an par les équipes de Qwant, en lien avec l'Education nationale, Qwant Junior s'impose donc comme le premier moteur de recherche sécurisé et conçu spécialement pour les 6-13 ans. (Crédits : REUTERS/Mike Blake)
Le moteur de recherche français lance Qwant Junior. En lien avec l’Education nationale, ce moteur de recherches destiné aux enfants et aux professeurs se veut épuré de contenus violents, sexuels et de liens commerciaux.

Faites le test : tapez "attentats Paris" sur le moteur de recherche Qwant (ou sur un service concurrent). Vous tomberez immédiatement sur des images violentes, des corps ensanglantés, mutilés... Une plongée brutale dans l'horreur, y compris pour des adultes.

Puis, faites la même recherche, mais sur Qwant Junior, le nouveau moteur de recherche pour enfants lancé ce vendredi 4 décembre. Si vous cliquez sur l'onglet "Images", les résultats traduisent aussi la réalité des attentats: débris dans les rues, passants en pleurs, forces de l'ordre en action. Mais pas de sang ni de corps déchiquetés en pleine rue.

Eric Léandri, le cofondateur de Qwant, explique

"Il ne s'agit pas de censurer Internet, mais de mettre à l'écart des contenus inadaptés à un public jeune. Cela inclut la violence, la drogue et la pornographie. Ces précautions permettent à l'enfant de surfer sans risques et de rassurer les parents, souvent inquiets de ce que leurs enfants peuvent trouver sur la Toile."

62% des sites populaires chez les enfants n'ont pas de contrôle parental

Développé depuis un an par les équipes de Qwant, en lien avec l'Education nationale, Qwant Junior s'impose donc comme le premier moteur de recherche sécurisé et conçu spécialement pour les 6-13 ans.

Comme son grand frère, la version pour têtes blondes respecte la vie privée, garantit le chiffrement des recherches, n'enregistre pas les données de navigation et ne comporte aucune publicité. De quoi rassurer les parents, à l'heure où 62% des sites consultés par les enfants ne disposent ni de contrôle parental, ni d'un contenu surveillé pour éviter le contenu inapproprié.

Mais comment déterminer si un contenu est approprié aux enfants ou ne l'est pas ? Pour cela, Qwant Junior bannit de son indexation tous les contenus issus de la liste noire de l'Université Toulouse 1, soit 1,6 million de sites. L'algorithme repère aussi des contenus incongrus grâce aux mots-clés et aux associations de mots. Il prend aussi en compte l'actualité.

"En ce moment, on peut tomber sur des images très violentes en tapant "Bataclan", donc nous faisons attention à bien filtrer le contenu, à faire remonter les images de la devanture et de concerts, tout en permettant à l'enfant de s'informer sur le sujet", précise Eric Léandri.

Le futur moteur de recherche des écoles et collèges ?

Grâce à la mobilisation de la Direction du numérique pour l'éducation (DNE), qui a travaillé avec les équipes de Qwant en amont, Qwant Junior se dote aussi d'une dimension pédagogique. Disponible depuis le 1er décembre dans les écoles et collèges, il espère devenir le moteur de recherche par défaut des établissements et un outil pour les professeurs. Un bon calcul alors que le Plan numérique pour l'éducation prévoit d'équiper 100% des enseignants en PC et tablettes à l'horizon 2020.

Afin de continuer à améliorer la pertinence des recherches, les équipes enseignantes peuvent aussi signaler et supprimer elles-mêmes des informations qu'ils jugent inadaptées aux élèves, mais qui seraient parvenues à détourner le filtre des contenus indésirables.

De plus, un onglet "Education" a été ajouté. Il contient uniquement des contenus "à caractère pédagogique", sélectionnés dans une "liste blanche" de plus d'un million de sites.

Enfin, et contrairement aux autres moteurs de recherche, Qwant Junior ne fait pas apparaître les liens pour acheter en ligne. Le premier résultat de la recherche "maths CE2", par exemple, ne sera donc pas l'annonce d'Acadomia comme sur Google, mais un site de cours et d'exercices gratuits.

Marketing éthique et ambition européenne

Sans publicité ni utilisation des données, comment Qwant rentabilise-t-il ce nouveau service ? "On ne se rémunère pas", balaie Eric Léandri. Et pour cause : Qwant Junior est du "marketing éthique".

"On espère juste qu'en étant adoptés par le maximum d'écoles et de collèges, les enfants devenus adultes utiliseront ensuite la version normale de Qwant, sur laquelle on gagne de l'argent grâce à l'onglet Shopping", avance le cofondateur.

Malin. D'autant plus que Qwant Junior, tout comme son grand frère, a de grandes ambitions. Ses créateurs aimeraient l'imposer partout en Europe. Des versions anglaise et allemande sont déjà prêtes, d'autres langues suivront d'ici à 2017.

Alternative de plus en plus crédible à Google malgré une part de marché toujours très faible (seulement 6 millions de recherches par jour environ, soit à peine 1% du marché de la recherche en ligne français), Qwant ne cesse de gagner des aficionados : +300% depuis l'automne dernier.

Si bien que l'entreprise française, qui séduit grâce à son approche éthique et non-invasive de la vie privée, a reçu, fin novembre, le soutien de poids de la Banque européenne d'investissement (BEI), qui va investir 25 millions d'euros pour développer Qwant dans d'autres pays d'Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2015 à 17:20 :
Bravo Qwant, superbe outil dont mes enfants raffolent mais uniquement valable chez les personnes ayant viré le media poubelle polleur d'intelligence : la TV . Trop de pub, de medisances, de presentateurs vedettes inintéressants, de voyeurisme, trop de divertissements bêtes et enfin pas d'esprit critique!!! De plus utiliser Qwant (qui se nourrit de nos recherches) c'est encourager la protection des données !! Pour être un esprit libre il est important de changer sa manière de consommer et qwant en fait pleinement partie!
a écrit le 05/12/2015 à 10:17 :
Pour la recherche de noms de lieux, qwant est mieux fait avec une rubrique spéciale qui s'affiche. De plus, les liens ouvrent sur une autre fenêtre. Avec gogol, fo revenir en arrière.
a écrit le 04/12/2015 à 22:22 :
J'utilise Qwant assez souvent, surtout depuis que Google m'a demandé un jour (changement de législation, politique ?) de lire les conditions d'utilisation, règles de non confidentialité, suis pas patient, ça m'agace.
Pour certaines recherches, quand j'ai comparé les deux (Qwant, Google), on a un nombre de réponses souvent réduit mais étant assez récent, il doit lui falloir du temps pour monter en puissance.
Réponse de le 06/12/2015 à 17:24 :
Perso j'utilise Google uniquement quand ce que j'ai trouvé sur Qwant s'avére incomplet mais c'est plutôt rare!! et effectivement les régles de confidentialité sur Qwant sont bien meilleurs!! Je deteste comme vous qu'on me piste pour revendre mes habitudes de consommation à n'importe qui, sans y avoir préalablement consenti!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :