Renseignement : "pas de surveillance de masse" martèle Bernard Cazeneuve

 |   |  451  mots
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. (Crédits : Reuters)
Le ministre de l'Intérieur essaie de désamorcer les critiques sur le projet de loi sur le renseignement qui sera examiné en séance à l'Assemblée lundi. De la CNIL aux avocats et magistrats en passant par les hébergeurs de données, l'opposition est forte dans la société civile.

Bernard Cazeneuve monte au créneau pour tenter de désamorcer les critiques tous azimuts contre le projet de loi sur le renseignement qui sera examiné en séance à l'Assemblée nationale à partir de lundi, dans le cadre d'une procédure accélérée. Le ministre de l'Intérieur essaie d'expliquer la nécessité de la modernisation des outils à la disposition des agents du renseignement et de minimiser les risques de dérive, dans un entretien au journal Libération paru ce samedi.

"Les mesures proposées ne visent nullement à instaurer une surveillance de masse ; elles cherchent au contraire à cibler les personnes qu'il faut suivre pour mieux protéger les Français" affirme Bernard Cazeneuve. "Parler de surveillance généralisée est un mensonge."

Menace de délocalisation des hébergeurs de données

La Commission nationale informatique et libertés publiques (Cnil) a émis des réserves sur ce texte, de même que des syndicats de magistrats, d'avocats et le président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), qui sera remplacée par une nouvelle commission (CNCTR). Les acteurs du secteur ont aussi exprimé leurs inquiétudes d'une mise à mal de la confiance dans l'économie numérique. Les plus grands hébergeurs de données français menacent même de délocaliser leurs "data centers" : ainsi Octave Kabla d'OVH a indiqué revoir son plan d'investissement de 400 millions d'euros afin d'implanter ses centres de données ailleurs en Europe, hors de France.

"Aujourd'hui, les algorithmes sont massivement utilisés par les géants de l'internet pour des activités à caractère commercial sans susciter la moindre indignation" avance Bernard Cazeneuve.

Sur ce point, les membres de l'ASIC (Association des services Internet communautaires), qui comptent Google, Facebook, Dailmotion etc, ont rappelé récemment qu'il existe "de nombreux garde-fous" sur ces pratiques commerciales, notamment "un contrôle, voire des sanctions, de la part des diverses autorités de protection des données en Europe", comme la CNIL, "une information préalable et un recueil du consentement de la part des internautes" et "la possibilité offerte aux internautes de pouvoir contrôler leurs données - à savoir en supprimer, en modifier le contenu voire les exporter pour les porter vers d'autres services."

Le ministre de l'Intérieur assure que "l'Etat, pour sa part, se fixe à lui-même des règles draconiennes" et que l'utilisation de ces dispositifs "débouchera sur des données ciblées relatives aux seuls individus qui représentent une menace et dont la surveillance est nécessaire à la protection des citoyens". Bernard Cazeneuve affirme que "les données de tiers qui seraient fortuitement captées seront écrasées."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2015 à 15:52 :
Il est évident que toute personne susceptible de déranger le pouvoir fera l'objet d'une surveillance étroite ainsi que les contribuables. Il ne s'agit pas là de défendre les Français mais de les mettre au pas au service de l'oligarchie du moment car il est évident qu'au dessus d'un certain échelon dans le système, il n'y aura plus de contrôle. Les socialistes haïssent la liberté, détruisent la fraternité et sont pour l'égalité chez les autres.
a écrit le 13/04/2015 à 14:03 :
Nos supers cerveaux de l ena ont ils réfléchi que si le FN arrive au pouvoir , il aura en main ou sous le coude de quoi faire exploser le microcosme , sans parler de la vraie arme de dissuasion , Valls en tremble t il .Faudrait lui poser la question ?
a écrit le 13/04/2015 à 11:40 :
Ha bon Monsieur Cazevide, parce que les sites identitaires que vous voulez fermer représentent une menace ?
a écrit le 13/04/2015 à 8:00 :
Il faut comprendre de quoi on parle : les attentats qui ont eu lieu récemment on mis en avant une guerre interne des services de l’État, un manque de collaboration entre services de police, des douanes (oui, les douanes) et le renseignement. Ensuite, il faut reprendre la définition de ce qu'est une République et un État de droit. Les élus de la République sont censés représenter les avis des populations qu'ils représentent, mais très souvent c'est l'avis d'un parti ou un avis personnel qui l'emporte. Et dans un État de droit, c'est la justice qui ordonne et conduit les enquêtes. Hors si les opérationnels ne suivent pas les règles, bien souvent on aboutit à un vice de forme ou de procédure. Enfin, il faudrait sensibiliser les juges anti-terroristes aux évolutions des techniques terroristes pour échapper aux surveillances. En fait, on voit bien que tout cela a été construit depuis longtemps : des juges dans leur tour d'ivoire, une administration qui en a marre de suivre les règles, des politiciens qui veulent surfer sur une vague émotionnelle, des budgets alloués utilisés n'importe comment et donc en réduction, des opérationnels qui ne veulent plus suivre les règles d'une enquête respectant les droits fondamentaux.... la République a vécu, vive la République, l’État de droit a disparu, vive Georges Orwell !!! Et au passage, heureusement que le renseignement a déjoué les attentats, ils sont payés pour soit dit en passant. Ce serait comme encenser les pompiers qui ont éteint un feu, bah oui, ils les équipements adéquats, les formations, des budgets à dépenser, etc. Personne ne dit que c'est facile, c'est comme être maçon, c'est difficile, sauf que le maçon, il se démerde, il fait son métier et il n'a pas besoin de médaille pour cela.
a écrit le 12/04/2015 à 23:11 :
La comparaison avec le suivi des sites commerciaux est purement abjecte, car celui-ci est très encadré et SURTOUT il est possible d'y échapper (il suffit de ne pas les utiliser). Il n'y aura aucun moyen d'échapper au controle de la neo-stasi de Cazeneuve... A coté de lui, Hortefeux, Guéant et Sarkozy étaient des enfants de choeur.
a écrit le 12/04/2015 à 16:04 :
L'intérêts des citoyens pour avoir un minimum de justice et de liberté c'est d'empêcher la main mise des corporations privées sur le renseignement et les données numériques personnelles sur internet. Donc il faut nationaliser les serveurs de données et les placer sous le contrôle des citoyens et des élus de la République censé défendre l'intérêt des citoyens... NON a la privatisation du renseignement... OUI au contrôle citoyen et judiciaire...et oui a la Régulation des Lobbys du numérique.
a écrit le 12/04/2015 à 15:35 :
A lire les réactions de la profession, on a l'impression que nos politiciens chéris, bardés des certitudes acquises à l'Ena, avec leur outil intellectuel en retard de deux guerres, et bien au chaud dans leurs petites planques de la République des camarades, sont encore en train de faire une énorme c...rie. Décidément !
a écrit le 12/04/2015 à 15:31 :
La surveillance de masse des corporations PRIVEES et des LOBBYS de multinationales sans foi ni loi ne peut plus être stoppée car ils ont réussi a s'immiscer partout grâce a l'argent et au privilèges. L'incompétence des politiciens pour préserver la liberté privée et empêcher la surveillance de masse des citoyens uniquement dans l'intérêt d'une poignée d'oligarques de multinationale devient une INSULTE a la démocratie. Tout les pouvoirs alternatifs permettant un équilibre démocratique ont été laminé. L'indépendance des journaliste est une fable, l'hégémonie de 2 parties politiques semble autonomisée et éternelle, les multinationales ne veulent plus répondre aux lois citoyennes et les lobbys commerciaux dictent leurs lois a tout le monde, la justice est réduite a un croupion consultatif. Le système occidental ( a l'instar de la dictature chinoise ) présente tout les signes d'un fonctionnement MAFIEUX ubiquitaire qui n'a plus rien a voir avec la démocratie et le libéralisme. Et ce n'est pas qu'en France que la faillite se rapproche...le LIBERALISME qui avait réussi a faire le succès de l'homme moderne et la force du dynamisme social n'existe plus car il a été remplace par l'oligarchie des lobbys comme une sorte de féodalité, le citoyen n'a plus aucune chance dans cette escroquerie planétaire. La crise économique ne fait que commencer...
a écrit le 12/04/2015 à 13:54 :
LA FRANCE, UNE PRISON À CIEL OUVERT PAR LE PS!
Réponse de le 12/04/2015 à 15:00 :
Ça montre simplement que les terroristes ont gagné ! Ils modifient le fonctionnement des États mécréants idolâtres visés à distance.
Avec l'UMP, ça sera un petit peu pire, ne vous inquiétez pas, une fois le système en place, il faut s'en servir.
a écrit le 12/04/2015 à 13:49 :
Marche a la dictature socaliste!
a écrit le 12/04/2015 à 13:33 :
L'opposition relative à cette loi provient essentiellement de la mise en place de boites noires, protégées par la qualification "secret défense", sur les liaisons de communication au niveau des hébergeurs et des fournisseurs d'accès à internet : les algorithmes secrets installés dans ses boites noires analyseront l'intégralité du trafic internet français (navigation internet, emails, appels vocaux et vidéos, documents partagés, etc.), et extrairont des profils qualifiés de suspect en fonction des paramètres de configuration préalablement définis...et bien sûr ajustables à souhait pour augmenter le niveau de surveillance, ou bien pour adapter la géométrie de la surveillance par exemple vers des profils d'opposants politiques, ou encore de journalistes. N'en déplaise au ministre, il s'agit bel et bien de la mise en place d'une surveillance électronique de masse ! Tout cela pourquoi ? Parce que les services de ce même ministre ont été incapables de maintenir une surveillance adéquate sur des groupes d'algériens terroristes connus et reconnus comme présentant une menace sérieuse pour notre pays !
Réponse de le 12/04/2015 à 13:56 :
LE FRANCE DICTATORIALE VUE PAR LES (FAUX)SOCIALISTES!
a écrit le 12/04/2015 à 12:20 :
Mensonges éhontés: ils vont collecter toutes les données anonymes puis ils nous expliquent qu'ils vont dé-anonymiser spécifiquement les cibles... Si on peut dé-anonymiser une donnée elle n'est pas anonyme par définition. En république les pouvoirs doivent être séparés, il faut passer par une instance juridique systématique et si cela ralentit les procédures, c'est que la France n'investit pas assez dans son appareil judiciaire. Ce qui est déjà connu. Donc embauchés des juristes/juges/magistrats et respectez la séparation des pouvoirs. Si vous transformez nos principes républicains et démocratiques en dictature de terrorisés, alors les terroristes ont gagné! Honte à vous.
a écrit le 12/04/2015 à 12:11 :
Fiez vous à moi ! ayez confiance ! pas d'inquiétudes .
a écrit le 12/04/2015 à 12:10 :
Ben voyons ...seulement de la désinfo de masse ...! .mais...les français M. Caseneuve sont en overdose de vos approximations moralistes....
a écrit le 12/04/2015 à 9:53 :
les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent......le seul vrai contrôle serait un contre pouvoir ( justice....) que se passera-t-il si comme les Allemands on élit un Hitler-bis au pouvoir?

Orwell l'avait imaginé, la Stasi en avait rêvé, Hollande l'a fait !!
a écrit le 12/04/2015 à 9:46 :
"une surveillance de masse ; elles cherchent au contraire à cibler les personnes qu'il faut suivre"
je ne vois pas comment on peut chercher "les personnes" sans "filtrer" TOUT ce qui concerne la population. On peut ne pas tout enregistrer/stocker mais au moins tout écouter/tout lire pour en extraire les mots clés (voir la NSA), sauf si on a déjà une liste des gens à surveiller mais c'est pas le cas.
L'algorithme qui reconnait les dangers doit tout analyser au vol, et pour être efficace recouper des éléments disparates mais concordants, ou convergeant, donc archivés, stockés, sinon sera inefficace. Disparates veut dire qu'il faut archiver pour ensuite recouper.
Réponse de le 12/04/2015 à 11:12 :
La vache saute par dessus la lune, je répète la vache saute par dessus la lune.
a écrit le 12/04/2015 à 7:11 :
Je pense que la France ouvre un débat suffisant et mature répondant aux craintes des opposants à la Loi. On ne peut nier le danger, d'une guerre dans laquelle nous sommes impliqués. On peut le regretter, mais cela ne change rien à l'affaire il faut faire face. Nous vivons dans une culture de la paix depuis des décennies et c'est tant mieux, mais il faut maintenant adapter notre raisonnement car au mieux nous sommes entre dans un conflit de basse intensité et nous devons nous adapter.
Réponse de le 12/04/2015 à 11:14 :
Vous savez que 70 tentatives d'attentats ont été déjouées en 14 ans ? Comme quoi ils ne passent pas leur temps à dormir (parait que les fonctionnaires font des cocottes en papier).
Surveillance généralisée, stockage de tout comme la NSA voudra dire "ZERO ATTENTAT" en France ? Sinon, ça n'en vaut pas la peine.
Le jour où "ne pas bien penser" ou "critiquer l'Etat" sera condamnable, ça aidera beaucoup.
a écrit le 11/04/2015 à 23:52 :
On connait ces belles promesses. Vous n'avez rien à craindre. Quand on a mis en place la videosurveillance urbaine, c'était pour traquer les criminels, prévenir les violences et autres risques réels. Le bilan a été très mitigé. On n'a pas démonté les caméras pour autant. Et comme il fallait rentabiliser le système, on a élargi le champ des sanctions. Désormais, la vidéosurveillance sert à vous pruner si vous êtes mal garé ! Alors les promesses du type les honnêtes citoyens n'ont rien à craindre !
a écrit le 11/04/2015 à 23:46 :
Il a beau marteler, mais c'est faux. C'est bien de surveillance de masse qu'il s'agit, et qui plus est, avec une intervention très réduite du juge. Ce projet fait la part belle à l'administration, qui en gros, n'aura plus de compte à rendre à quiconque. On est en train de légiférer pour construire la NSA française. On sera tous surveillés, tous fichés. Big brother is watching you. Si la droite avait fait la moitié de ça, la gauche aura fait la révolution ! Question terrorisme, qui n'attend pas internet pour élaborer le pire, ça ne changera rien. Et demain, si le parti au pouvoir est moins porté sur la démocratie que les partis modérés, il disposera d'un outil redoutable pour contrôler tous les citoyens.
a écrit le 11/04/2015 à 22:09 :
C'est quand même le travail des ETATS de surveiller ce qui ce passe sur leur territoire, si on laisse les entreprises PRIVEES continuer a faire du renseignement comme actuellement alors là c'est grave pour les libertés, d'ailleurs on s' aperçoit quotidiennement de l'emprise néfaste des corporations privées dans ces affaires. D'ailleurs les Etats devraient remettre de l'ordre dans le renseignement financé PAR et POUR des intérêts des LOBBYS corporatifs.
a écrit le 11/04/2015 à 21:17 :
Hitler aussi a dit qu'il œuvrait pour le bien de son pays....idem pour les présidents de l'ex-rda, tout comme staline, etc etc... comment couler la république, le PS l'a fait. En espérant que la CJUE retoque tout cela dare dare, histoire de remettre ces politiciens dans le droit chemin !
a écrit le 11/04/2015 à 20:09 :
La dictature en quelque sorte confirmée ni plus ni moins !
a écrit le 11/04/2015 à 19:08 :
"ON" le dit......
a écrit le 11/04/2015 à 18:55 :
Ils auraient voulu faire la promotion de Linux avec TOR, ils n'auraient pas fait mieux. Je sens que les réseaux wifi privés vont se développer à donf...
a écrit le 11/04/2015 à 18:47 :
Le ministre qui utilise le fameux : "Un mensonge répété X fois finit par ne plus en être un", passons... Mais là, les "géants" qui s'inquiètent que l'on espionne leurs "pratiques commerciales", ça, ça peut faire reculer car tout le monde connait le fameux adage : "Touche pas au grisbi, sal..."...
a écrit le 11/04/2015 à 18:10 :
Et n'oubliez pas lors des elections de 2017 le nom des députés qui auront voté cette loi totalitaire de surveillance généralisée sans contrôle !
a écrit le 11/04/2015 à 18:01 :
"Aujourd'hui, les algorithmes sont massivement utilisés par les géants de l'internet pour des activités à caractère commercial sans susciter la moindre indignation" avance Bernard Cazeneuve.
Bien-sur que si que ça nous indigne, et c'est à nos gouvernants de réagir et à monsieur Cazeneuve s'il est bien le ministre de l’intérieur de monter un dossier et de commencer à monter des plaintes contre certaine pratique commercial, qui sont intrusif. Bref, avoir du courage !
Réponse de le 11/04/2015 à 18:52 :
L'histoire des pratiques commerciales, je me demande ce qu'elle vient faire précisément, dans l'espionnage général... Ne pas oublier que les plus gros du net sont payés par la NSA pour aider à espionner... C'est ça qui me parait bizarre. Ou il y aurait concurrence frontale..?? Ca m'étonnerait. On dirait plutôt du gros manipulatoire de mer...
Réponse de le 12/04/2015 à 9:50 :
"activités à caractère commercial"
bientôt il va nous affirmer qu'on adore la publicité ? Non, on change de chaine ou va vider sa vessie.
"sans susciter la moindre indignation" qu'en sait-il ? Affirmer ne rend pas les choses vraies.
a écrit le 11/04/2015 à 17:50 :
Peut-être est-il honnête en indiquant pas de surveillance généralisée.
Mais les outils seront là, et, après 2017, il ne sera plus là.......
Réponse de le 11/04/2015 à 20:11 :
ça sera encore pire en 2018...
Réponse de le 12/04/2015 à 11:22 :
"pas de surveillance généralisée" incompatible avec le but à atteindre.
Pour être efficace, il faut TOUT intercepter pour analyse avec le fameux algorithme, sinon, vous risquez d'en rater.
Si vous faites une thèse sur le phénomène du djihadisme, vous allez consulter des sites, voir si c'est facile à trouver sur internet des recettes pour faire des engins explosifs, si vous lisez l'arabe vous allez consulter des sites divers & variés pour alimenter votre thèse à soutenir devant un jury d'ici trois ans. Si c'est l'accumulation d'accès qui fait de vous une personne "louche" à surveiller, il faut bien accumuler informatiquement les traces à rassembler ensuite pour faire un dossier de "suspect" à surveiller. C'est pas un seul mot au téléphone qui suffit. Si vous voulez détecter une équipe, il faut croiser les contacts, etc etc... Et avoir des infos à piocher donc une grosse réserve générale. Si le suspect est plombier et est venu réparer un robinet chez vous, vous serez sur la liste des contacts, sans que vos autres liens ne s'avèrent ensuite "bizarres", mais il faut que ce soit à disposition.
a écrit le 11/04/2015 à 16:52 :
Pas de masse…exact : uniquement les opposants.
Réponse de le 12/04/2015 à 11:24 :
Les opposants, c'est à dire tout le monde. L'Etat est l'ennemi de tout le monde, il doit s'en prémunir. Dangereux les citoyens, surtout s'ils se mettent à réfléchir.
a écrit le 11/04/2015 à 15:46 :
Surveillance arbitraire sur ordre de l'exécutif ou sur initiative de fonctionnaires est digne de pays totalitaire. La France est à gerber sur trop de points maintenant. Attention aux conséquences.....
Réponse de le 11/04/2015 à 17:53 :
N'importe quel fonctionnaire pourra faire surveiller la femme de son voisin et au besoin la dénoncer sans qu'aucune autorité ne puisse y mettre le holà ! Charmant!
a écrit le 11/04/2015 à 14:10 :
Je fais confiance au Ministre pour se doter des moyens nécessaires à la lutte contre le terrorisme. C'est une question d'objectif et pas de moyens, n'en déplaise aux bonnes âmes qui prétendent protéger nos libertés individuelles et qui veulent aussi protéger notre liberté d'expression cible de choix du terrorisme. Il va bien falloir un jour qu'ils choisissent !!! Pour ce qui est des délocalisations, la censure est tellement violente sur les vrais motifs de délocalisation (hystérie fiscale, égalitarisme, découragement pour toute prise de risque, Code du Travail) qu'il est bien plus pratique de mettre en avant d'autres motifs plus "avouables".
Réponse de le 11/04/2015 à 17:45 :
"Je fais confiance au Ministre " Oui bien sur et quand les terrorismes seront vaincus ces lois liberticides seront abolies ^^

A d autres !!!!
Réponse de le 11/04/2015 à 18:01 :
"n'en déplaise aux bonnes âmes qui prétendent protéger nos libertés individuelles et qui veulent aussi protéger notre liberté d'expression cible de choix du terrorisme. Il va bien falloir un jour qu'ils choisissent !!!"

Choisir entre quoi et quoi ? je ne comprends pas...

quand il n'y a plus de liberté individuelles, il ne peu y avoir de liberté d'expression. les deux vont de paire. Une liberté encadrée et limitée, n'est pas une liberté.

Il faut revoir votre copie.
Réponse de le 11/04/2015 à 20:30 :
un objectif sans moyen ça n'existe pas
a écrit le 11/04/2015 à 14:05 :
C'est simple, l'Etat se dote d'un arsenal d'espionnage en masse de la population et "promet" que ça ne visera aucun de nous ! Quelle farce ! Les outils mis en place serviront de toute façon et "le meilleur des mondes" est en route !
Réponse de le 12/04/2015 à 0:40 :
Sans compter les gardes à vues et arrestations arbitraires qui ont eu lieu tout au long des manif pour tous; bref, pendant que Valls fait mine de dénoncer l'Islamo-fachisme et cautionne sous le manteau la demande de 2 200 mosquées supplémentaires sous deux ans, Cazeneuve lui tente de mettre en place des outils d'espionnage que même la Sekuritat ou la Stasi n'auraient pas osé rêvé d'avoir. Bienvenue au prémices d'une nouvelle ère en France, celle de Valls 3, où le régime du nouvel ordre fasciste, celui du national socialisme ré visité par Manuel Valls.
a écrit le 11/04/2015 à 13:51 :
"les données de tiers qui seraient fortuitement captées seront écrasées."
On ne parle donc pas de données "ciblées", puisqu'il admet de fait que des données tierces seront interceptées ! Donc, des interceptions de masse !
Le double langage politicien dans toute sa splendeur !
Lamentable
Réponse de le 12/04/2015 à 9:56 :
"des interceptions de masse" y a pas d'autre moyen, sinon ils risquent de ne pas détecter la voisine qui se met à penser de travers. Si dans une gare, ou métro, vous exploitez les caméras pour chercher une personne recherchée, vous regardez tout le monde, sinon vous risquez de rater la "cible". Pour les télécom, internet, il FAUT bien sûr TOUT analyser pour n'en garder que la "crème".
a écrit le 11/04/2015 à 13:51 :
Du blabla socialiste ! Bienvenue en dictature! La presse est déjà socialiste manque plus que le bras arme pour un dictature totalitaire !😰💣
Réponse de le 11/04/2015 à 15:40 :
pour supprimer les libertés à un peuple, il faut le faire doucement,par étape , en utilisant la peur pour faire admettre aux gens cette suppression de liberté.
et n'oublions jamais que " le socialisme est la salle d'attente du fascisme " !!
Réponse de le 11/04/2015 à 19:52 :
N'oublions pas que TOUS les pays, même officiellement à "droite", voient le fascisme progresser.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :