Tinder déjoue les pronostics grâce à sa séduisante offre payante

 |   |  305  mots
Pour Tinder, le nombre d'utilisateurs payant à presque doubler pour atteindre 1,5 million de clients.
Pour Tinder, le nombre d'utilisateurs payant à presque doubler pour atteindre 1,5 million de clients. (Crédits : Reuters/Mike Blake)
Match Group, propriétaire de l'application de rencontre, a enregistré une augmentation de 60% de ses bénéfices en un an. Des résultats boostés par le succès des versions payantes de ses applications.

Le marché de la drague fait des heureux, et pas que du côté des utilisateurs. Match Group, propriétaire de plusieurs applications de rencontre dont Tinder, a enregistré un bénéfice de 56,4 millions de dollars à la fin du troisième trimestre contre 35,3 millions en 2015 à la même époque, soit une augmentation de près de 60% ! Bien au-dessus des estimations des analystes qui tablaient sur 40 millions de dollars, rapporte le Wall Street Journal.

Les revenus du groupe sont boostés par le chiffre d'affaires des activités de "dating", passé de 235,1 millions à 287,5 millions de dollars (+22%), alors que paralèlement les autres activités ont, elles, baissé de 14,5%. Preuve que la stratégie de monétisation des services de ses applications est en train de porter ses fruits.

31% d'utilisateurs payants supplémentaires

Match Group peut remercier les célibataires et leur portefeuille. Ils sont 5,5 millions à avoir souscrit à une offre payante des applications du groupe, un nombre en augmentation de 31% par rapport à 2015. La dynamique est tirée par l'application phare Tinder, dont le nombre d'utilisateurs payant à presque doubler pour atteindre 1,5 million de clients.

Ces résultats prouvent l'efficacité de la stratégie entreprise par Match Group. À l'image des autres applications de rencontre, Tinder a choisi de miser sur les célibataires plus âgés, en leur proposant un service à la carte et en leur facturant leur compte premium deux fois plus cher que pour les jeunes utilisateurs (19,99 dollars contre 9,99 dollars).

Bien que les plus jeunes représentent la grande majorité des utilistaurs, ce sont leurs aînés qui dépensent le plus. Au États-Unis, les 25-45 ans représentent près de 60% du marché des rencontres en ligne - au total les 35-44 ans participent au quart du chiffre d'affaires du marché.

> LIRE AUSSI : de Tinder à Happn, la drague des quadragénaires est ouverte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :