De Tinder à Happn, la drague des quadragénaires est ouverte

 |   |  410  mots
La part des 25-34 ans dans le chiffre d'affaires du marché des rencontres en ligne est deux fois supérieure à celle des 18-24 ans.
La part des 25-34 ans dans le chiffre d'affaires du marché des rencontres en ligne est deux fois supérieure à celle des 18-24 ans. (Crédits : Flickr/freestocks.org. CC License by.)
D'abord réservées aux 18-30 ans, les applications de rencontre commencent à ratisser plus large et visent notamment les plus de 40 ans.

L'amour en ligne n'est pas qu'une affaire de jeunes. Ces dernières années, les applications de rencontre se sont multipliées en s'adressant en particulier aux 18-25 ans, du fait de leur usage croissant des services mobiles. Désormais, leur cible s'élargit aux plus de 30 ans, voire au-delà, pour des raisons plus financières que sociétales.

Aux États-Unis, l'application The League permet depuis mai dernier aux plus de 40 ans de s'inscrire. Côté français, Happn réservait initialement les inscriptions aux 18-30 ans. Mais la société parisienne cherche désormais à ratisser chez les 30 ans et plus.

Les plus âgés, moins nombreux mais plus dépensiers

Certes, les jeunes sont friands de ces applications. Aux États-Unis, ils sont la première population d'utilisateurs, avec plus de deux jeunes âgés de 18-24 ans sur dix selon une étude du Pew Research Center menée en 2016. Mais leurs aînés ne sont pas en reste. Respectivement 13% et 11% des 25-34 ans et des 35-44 ans se connectent également à ces services mobiles.

De Tinder à The League en passant par Happn, les nouveaux entremetteurs de l'amour ont misé sur la gratuité pour se créer une communauté. Une fois construite, les services se sont tournés vers un modèle Freemium, mixant version gratuite et options payantes, à l'image de la création de Tinder Plus en 2015. Des offres destinées en particulier aux plus âgés car trentenaires et quadragénaires n'hésitent pas à mettre la main au portefeuille quand il est question d'amour. La part des 25-34 ans dans le chiffre d'affaires du marché des rencontres en ligne est deux fois supérieure à celle des 18-24 ans, selon une étude d'IBISWorld.

Un tiers de revenus supplémentaires en un trimestre

Après son ouverture aux quadragénaire, le chiffre d'affaires de The League a bondi de 10%, explique Amanda Bradford, directrice générale de la société dans les colonnes du Wall Street Journal. L'américain prévoit d'attirer toujours plus de célibataires de cette tranche d'âges. Ces derniers devraient générer près de 36% de revenus supplémentaires pour l'application ce trimestre.

"Les personnes qui vont financer notre développement ont plus de 38 ans", souligne même Amanda Bradford.

De son côté, Tinder fait payer deux fois plus cher ses options premium aux plus de 30 ans. Le Français Happn réfléchirait à une stratégie similaire selon le Wall Street Journal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2016 à 14:51 :
Evidemment, encore et toujours... Ce serait les mêmes messieurs, en bons gentlemen, que nous sommes, qui serions prêts à claquer notre fric dans ces applis..
Je doute que beaucoup de femmes n'aient besoin/envie de dépenser le moindre centime sur ces applis... Ces applis/sites de rencontres constituent sans aucun doute la plus grosse discrimination que j'ai eu l'occasion de voir... Oui, je sais que c'est plus 'normal' et 'rentable de faire payer les mecs mais y'a un moment où ça commence à casser les pieds ^^
Réponse de le 06/11/2017 à 1:44 :
Effectivement.
Et - faire payer davantage les plus âgés, pour le même service, c'est légal, ça ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :