Le canadien D-Wave et ses calculateurs quantiques pas comme les autres

 |   |  568  mots
La cinquième génération de l'ordinateur D-Wave compte 5. 000 qubits supraconducteurs. Mais ces milliers de qubits ne peuvent être comparés aux 72 qubits de Google ou d'IBM : ils sont très éphémères et connectés entre eux différemment. En conséquence, la puissance de calcul de D-Wave n'atteint pas celle des ordinateurs quantiques concurrents... sauf sur certaines applications.
La cinquième génération de l'ordinateur D-Wave compte 5. 000 qubits supraconducteurs. Mais ces milliers de qubits ne peuvent être comparés aux 72 qubits de Google ou d'IBM : ils sont très éphémères et connectés entre eux différemment. En conséquence, la puissance de calcul de D-Wave n'atteint pas celle des ordinateurs quantiques concurrents... sauf sur certaines applications. (Crédits : D-Wave Systems)
Longtemps décrié par les experts, D-Wave est un cas à part dans la course au quantique. Pourtant, l’entreprise canadienne pourrait tirer son épingle du jeu.

C'est le « mouton noir » de l'informatique quantique, dixit le consultant spécialisé Olivier Ezratty. C'est aussi le premier ordinateur quantique à avoir proposé, dès 2011, une offre commerciale. Depuis sa création en 1999, D-Wave et sa technologie baptisée « quantum annealing » divise les spécialistes. En cause : le choix de la startup pour créer son ordinateur quantique serait trop différent de ceux des autres constructeurs. Pendant plusieurs années, certains allaient jusqu'à remettre en cause l'utilisation du terme « quantique ». Un doute depuis levé.

« D-Wave fabrique une machine qui s'appuie sur des phénomènes quantiques, mais qui n'est pas universelle. Elle permet, en théorie, de faire certains calculs quantiques, mais elle ne peut pas exécuter tout ce que peut faire l'informatique quantique », détaille Simon Perdrix, chercheur au Loria (CNRS).

Un record de brevets déposés

Vern Bronwell, le CEO de l'entreprise, préfère se voir comme un pionnier. « Nous avons pris un chemin différent, comme Apple avec ses ordinateurs, et il s'en suit une controverse. Nous sommes l'Apple de l'informatique quantique. » Si le dirigeant exagère le trait, D-Wave rencontre tout de même un...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2019 à 10:28 :
Cela me rappelle souvent dans le texte ce qui se passe au début d'une techno, du coup j'imagine qu'après seul le constat fait le réel !

Attendons un peu, car c'est effectivement stratégiquement dangereux au niveau de la question économique, du coup cela va dépendre de qui sera a la tête du développement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :