Informatique quantique : « La France ne peut pas rater cette révolution technologique » Paula Forteza (députée LREM)

 |   |  1346  mots
Selon Paula Forteza, le quantique va poser des questions cruciales de cybersécurité.
Selon Paula Forteza, le quantique va poser des questions cruciales de cybersécurité. (Crédits : Antoine Lamielle)
Début avril, le Premier ministre, Édouard Philippe, a confié une mission sur les technologies quantiques à la députée LREM Paula Forteza, spécialiste du numérique. Son rapport, fruit de quatre mois d’auditions, sortira mi-novembre. En exclusivité, l’élue en dévoile les contours à La Tribune.

LA TRIBUNE - Votre rapport sur l'informatique quantique a-t-il vocation à orienter, comme l'a fait le rapport Villani sur l'IA, la future stratégie de la France en la matière ?

PAULA FORTEZA - Oui, le « rapport Forteza » sera bien la première pierre de la stratégie française sur l'informatique quantique, car il s'agit d'une révolution technologique que notre pays ne peut rater. La France dispose d'une excellente recherche, mais aussi d'acteurs industriels en pointe comme Atos. J'ai travaillé avec Iordanis Kerenidis, chercheur en algorithmique de renommée mondiale, et Jean-Paul Herteman, l'ex-PDG de Safran, pour concilier l'approche de la recherche, celle de l'industrie et celle du politique. Nous avons mené 50 auditions avec tous les acteurs du quantique en France. La Commission européenne et des entreprises internationales comme D-Wave ont aussi été entendues.

Pourquoi le quantique devient-il un enjeu stratégique pour la France ?

Comme l'intelligence artificielle, l'informatique quantique va marquer l'entrée dans une nouvelle ère du numérique. Cette révolution, c'est la démultiplication des capacités de calcul, le fait de pouvoir réaliser, en même temps, un très grand nombre de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2019 à 18:54 :
Si le troisième commentaire est mon troll personnel, virez mon commentaire de suite svp ! C'est le moment de changer de stratégie oui...
a écrit le 07/11/2019 à 16:58 :
Le titre dit, la députée dit, mais dans les faits .....

Ayant été dans les télécoms, incapable de voir la perspective, incapable de savoir miser sur des technos, alors la logique voudrait que l'on se dise, attendons de voir.

La suprématie quantique est la, et au fait de n'avoir aucune vision du développement, si j'ose dire, l'espérance fait vivre !!!!
a écrit le 07/11/2019 à 11:10 :
Arrêtez de nous faire croire que la France est un pays souverain pour avoir l'honneur d''entrer dans une" compétition"!
a écrit le 07/11/2019 à 8:46 :
Nos actionnaires milliardaires ayant préféré investir en masse dans les paradis fiscaux européens n'ont absolument pas voulu générer une filière technologique de pointe, c'est trop cher !

Les mot des LREM, une fois de plus, ne suffiront pas à combler un écart d'avancée technologique entre notre UE en déclin et les autres puissances économiques, à elle seule la petite Corée du Sud est bien mieux préparée à cette compétition.

Le déclin c'est long surtout ers la fin quand nous assistons aux déclarations des serviteurs impuissantes de l'oligarchie ramer de plus en plus fort pour faire croire qu'il y aurait encore un espoir à attendre du consortium européen financier.

Non c'est dumping fiscal et social, point fin !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :