Frégates : le bulldozer Lockheed Martin tente de couler Naval Group en Grèce

 |   |  693  mots
Naval Group avec sa frégate de défense et d'intervention (FDI) affronte Lockheed Martin, qui inonder la Grèce de ses systèmes d'arme (frégates MMSC, F-35, MH-60R, modernisation des F-16...)
Naval Group avec sa frégate de défense et d'intervention (FDI) affronte Lockheed Martin, qui inonder la Grèce de ses systèmes d'arme (frégates MMSC, F-35, MH-60R, modernisation des F-16...) (Crédits : Naval Group)
Les Etats-Unis souhaitent réarmer la Grèce au profit des industriels américains, notamment Lockheed Martin. Washington propose quatre frégates MMSC face à la frégate de défense et d’intervention de Naval Group.

Les Etats-Unis ne lâchent plus la Grèce. Après la rénovation d'une partie de la flotte grecque de F-16 (1,3 milliard de dollars) décidée par Athènes en 2018, Lockheed Martin souhaite maintenant lui vendre quatre frégates américaines Multi-Mission Surface Combatant (MMSC) à partir du design LCS. Elles seront fabriquées par le chantier de Fincantieri aux Etats-Unis Fincantieri Marinette Marine (FMM). Ce qui augure d'une belle bataille navale franco-américaine dans les eaux grecques. Afin de torpiller Naval Group qui entretient depuis longtemps de bonnes relations avec la marine grecque, Lockheed Martin, très fortement soutenu par l'ambassadeur américain sur place, a lancé son offensive début 2019 en transmettant une première proposition non sollicitée pour des frégates proches du design saoudien.

Puis le groupe américain, qui campe à Athènes depuis le début de l'été, a enjoint début août la marine grecque à soumettre un projet FMS (Foreign Military Sales). Athènes y a répondu positivement en soumettant fin août une demande d'informations, première étape d'un projet de FMS. Résultat, les Etats-Unis ont envoyé une proposition chiffrée à hauteur de 2 milliards d'euros pour quatre bâtiments, armements compris, selon la presse grecque. C'est une estimation très incroyable sauf si Lockheed Martin souhaite acheter à perte le marché grec. D'autant que le coût du programme saoudien pour le même nombre de MMSC avait été estimé en mai 2018 à 6 milliards de dollars. Pour sa part, Fincantieri, qui respecte l'accord passé avec Naval Group sur la Grèce, est absent de cette bataille.

Et la France ?

L'option américaine a-t-elle une chance de couler la proposition de Naval Group en Grèce (deux frégates de défense et d'intervention Belh@rra) qui est soutenue par les autorités françaises au plus haut niveau ? Vu de Paris, on estime qu'un choix en faveur des Américains coûterait cher politiquement à Athènes, qui a gagné la bienveillance d'Emmanuel Macron. C'est dans ce contexte que la France a proposé une vente d'Etat à Etat à la Grèce. Le 24 octobre dernier, lors de la cérémonie de découpe de la première tôle de la première frégates de défense et d'intervention (FDI), en présence du chef d'Etat-major de la Marine grecque, l'amiral Tsounis, la ministre des Armées Florence Parly avait rappelé qu'elle avait eu "le plaisir de signer le 10 octobre avec votre ministre, monsieur Nikos Panagiotopoulos, une lettre d'intention visant à préparer l'acquisition par la Grèce de deux frégates FDI. Ces frégates, c'est la promesse d'une interopérabilité entre nos deux marines, qui ont tant en commun".

En dépit d'un optimisme prudent, les Français prennent très au sérieux l'offensive des Américains en Grèce. La direction générale de l'armement (DGA) continue de rencontrer très régulièrement le ministère de la défense grec pour négocier le contrat. Tout comme les équipes de Naval Group, qui sont présentes sur place. Grecs et français négocient actuellement sur les spécifications techniques des frégates de plus de 4.000 tonnes, qui devraient être armées de missiles de croisière MdCN (Scalp Naval). Le ministre de la Défense, Nikos Panagiotopoulos avait toutefois estimé lors de sa visite à Paris le 10 octobre qu'il restait "un long chemin à parcourir" avant qu'un accord soit trouvé sur les "aspects techniques" des navires. Pour les Grecs, cette bataille navale franco-américaine en dehors d'un appel d'offres est du pain béni... pour faire baisser les prix.

Lockheed Martin prêt à vendre des hélicoptères et des F-35

Lockheed Martin veut faire une véritable razzia en Grèce. Via une vente FMS, il prévoit de vendre 7 hélicoptères multi-missions MH-60R complètement équipés et armés pour un coût gloval estimé à 600 millions de dollars. Et l'industriel américain a d'ores et déjà proposé à la Grèce une partie des F-35 destinés à la Turquie. La Grèce au cœur de l'Europe va-t-elle complètement basculer américain ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2019 à 13:58 :
Elle est belle cette europe de vendus...(?)
Comment veut-on fédérer une europe sans armée européene puisque les traités ne prévoient aucune clause d'exclusivité intra-européenne pour les armées.
Chaque pays Européen devrait être armé - à 100% - par au moins des industries militaires européennes, et pas que pour des raisons économiques d'ailleurs...mais de souveraineté.
a écrit le 08/11/2019 à 21:08 :
Ils est claire que les americain devraient faire pression sur le gouvernement greque pour vendre du matériel américain ... Bien sûr îls ferons une offre alléchante et promettre une protection théorique....
Maintenant, îls faut bien comprendre qu'ils n'y a pas de defence militaire commune au niveau europen , donc les USA Ons la partis belle ...
a écrit le 08/11/2019 à 9:38 :
La Grèce, comme la Pologne ou les Pays Bas s'équipe d'armements américains
au mépris de son appartenance à l'Europe
Par contre, la Grèce n'a pas hésité lorsqu'elle était proche de la faillite, à solliciter
un renflouement européen de sa situation financière catastrophique à l'époque.
C'est donc une attitude gagnant-gagnant sur le dos de l'Europe

Hallucinant !!! comme le dit Cyrano
Réponse de le 11/11/2019 à 16:13 :
Pourtant nos commerciaux sont bon comme nos techniciens et opérateurs sav comme la marchandise que nous revendons? le savoir faire et la haute compétences des ingénieurs au niveau des bureaux d'études n'est plus à démontrer c'est étrange effectivement.
.
a écrit le 08/11/2019 à 9:07 :
Tout cela avec l'argent de Bruxelles, l'argent du contribuable Europeen qui subventionne largement la Grece. Hallucinant !!!
a écrit le 07/11/2019 à 23:23 :
Faut arrêter les bêtises c est la boucherie dans la prairie ou quoi? le contrat il est a nous. On compare pas une Ferrari et une citronopipo Gilles Martin ( de Morlaix)
a écrit le 07/11/2019 à 22:44 :
J espére que la France va remporter ce contrat cela permettra à des chômeur de des opérateurs de travailler comme pour la vente en Australie des sous marins. Dédé
a écrit le 07/11/2019 à 20:07 :
La seule réponse possible sera (mais encore faut-il le vouloir ?) de mettre en place un organisme européen d'acquisition des matériels militaires pour le compte des états européens, qui serait chargé de procéder aux appels d'offres, et de privilégier les productions européennes : les chinois font-ils des appels d'offres de matériels étrangers dès lors qu'un producteur national peut fournir ? et les USA ?
Cet organisme aurait d'autant plus de raison d'exister que le financement des pays acheteurs sont assistés par les fonds européens, ...je pense à la Grèce, mais aussi la Pologne, la Belgique, etc par exemple ! Il n'y a qu'à prendre la liste des pays européen ayant choisi le F35 au lieu d'un avion européen pour constater le problème ! Et si on accepte de faire le constat, alors il ne reste plus qu'à s'atteler au problème...
a écrit le 07/11/2019 à 19:49 :
Trump méprise l'Europe, mais pas les Ventes.

OTAN en mort cérébrale : trump a déjà gagné le 3 Nov 2020

Encore 5 années de dégats trump dans le monde entier
a écrit le 07/11/2019 à 19:05 :
Les US veulent convaincre la Grèce des bienfaits du parapluie américain, sachant que la Turquie est un allié de - en- sûr qui écoute avec bienveillance les sirènes de Poutine ou de Xi Jimping.
D'autant que la défense européenne est encore à inventer si toutefois elle voit le jour.
Par ailleurs, la Grèce a bien été essorée par l'UE qui s'est bien engraissé sur son sort et plus particulièrement par les bques allemandes et françaises. Ce serait dc étonnant qu'elle ait des états d'âme vis à vis de L'UE et de la France.
Le dindon de la farce est bien parti pour être N G et le gd gagnant, son associé Fincantieri sous traitant de Lockheed aux US.
a écrit le 07/11/2019 à 16:49 :
quatre frégates armées made in USA pour le prix de deux fabriquées en France avec options d'armement en sus , ça demande réflexion .
Macron va rectifier son offre , question de prestige !
Réponse de le 07/11/2019 à 19:22 :
Frégate c'est un bien grand mot, des corvettes plutôt équivalent au modèle godwind de Navalgroupe... ce qui explique le prix.
Réponse de le 07/11/2019 à 21:10 :
Les LCS de l'US Navy ne dont pas de vraies frégates, plutôt de gros patrouilleurs. Ce ne sont pas des navires haute mer mais des bateaux a faible tirant d'eau destinés au combat et aux patrouilles littorales, comme l'indique leur nom (LCS = Littoral Combat Ship). Leur armement est aussi tres léger. L'US Navy n'est d'ailleurs pas très satisfaite de ses LCS, jugés trop légers et trop limités en endurance, en moyens de detection et armement. Bref, les LCS US ne sont pas de la même classe que les FDI de Naval Group. Normal qu'il coûtent beaucoup moins chers.
a écrit le 07/11/2019 à 16:37 :
Pourquoi la Grèce a besoin de ces navires , le voisin Turc a des prétentions dans les champs gazier à l' ouest de Chypre là la mayonnaise monte . Alors en cas d' accrochage
je ne vois pas le grand blond s' impliquer , la France a dépêché la frégate Auvergne sur place.....Et une deuxième devrait arriver certainement un bon argument .
a écrit le 07/11/2019 à 16:33 :
Au niveau du matériel maritime militaire, les américains n'ont jamais très agressif pour vendre des navires ou même des sous marins de guerre pour une raison simple : Leurs navires ont été calibrés et dimensionnés pour les besoins US et donc c'était souvent des navires hors de prix et surdimensionnés pour 95 % des pays de la planète. Donc, ça m'étonne que les Etats-Unis souhaitent obtenir ce petit marché sachant que le client n'est pas vraiment solvable et qu'il s'agit d'un pays insignifiant dans leur stratégie de domination..
Réponse de le 07/11/2019 à 20:13 :
Je pense que le but est plus de faire un avertissement à la Turquie, ennemi héréditaire de la Grèce, qu'un attrait pour le marché grec !
Ceci dit, c'est par un organisme européen d'achat des matériels qui privilégierait la production européenne que l'europe devrait réagir ! Après tout, les autres pays, que ce soit les US, la chine, etc : c'est bien ce qu'ils font, non ?
a écrit le 07/11/2019 à 15:51 :
Il est vrai que les américains veulent surclasser l'armée turque qui viole régulièrement l'espace aérien et les eaux territoriales grecques et chypriotes et c'est une affaire entre membres de l'OTAN... La Marine Nationale y est pourtant régulièrement présente !
Mais les grecs doivent aussi se rappeler qui les a aidé au pire moment de leur histoire...( indépendance, crise financière...).
Il est temps de mettre le holà et d'exiger des pays de l'UE un minimum en % d'achats d'armement européen sinon les US vont flinguer toute notre filière industrielle.
a écrit le 07/11/2019 à 15:44 :
Cette position du jour confirme jour après jour

"LA FARCE DE «L’EUROPE CONTREPOIDS AUX ÉTATS-UNIS». == Ultra-subventionnée par l’Allemagne et la France via les fonds dits « européens », la Pologne va encore acheter de nouveaux avions de chasse américains."

l' analyse de fond de François Asselineau et l' UPR qui décille les petits yeux d' un monde euro-béat subissant la propagande sans fin du bien-fondé de voir perdurer une appartenance à cette UE moribonde alors que le seul salut est précisément de filer à l' anglaise, par le Frexit..

tant cette actualité convoque en effet cette autre récemment passée,

En termes de « fonds européens », la Pologne est actuellement de loin le premier pays bénéficiaire net : elle reçoit chaque année environ 14 milliards d’euros de plus de l’Union européenne que ce qu’elle lui verse.

La France, quant à elle, est le 2e pays contributeur net après l’Allemagne. Nous recevons environ 9 milliards d’euros de moins de l’UE que nous ne lui versons.

La part française dans le budget européen étant actuellement de l’ordre de 17 % (avant le Brexit, ce sera de l’ordre de 20 % après le Brexit), on peut estimer que les contribuables français versent chaque année à la République de Pologne 17 % de la somme nette reçue par la Pologne (14 milliards).

Soit un versement des contribuables français aux Polonais d’une somme annuelle de l’ordre de 2,4 milliards d’euros (14 x 0,17 = 2,4). Soit 2,7 milliards de dollars par an au cours actuel de l’euro vis-à-vis du dollar.

Or, on vient d’apprendre – ce 12 septembre 2019 – que Washington a donné son accord définitif pour que la Pologne achète, encore une fois, des avions de combat américains F35A plutôt que des avions de combat de fabrication européenne et notamment de fabrication française (Dassault).
Et cela pour la modique somme de 6,5 milliards de dollars…

En bref, les Français se saignent aux quatre veines pour financer la Pologne au nom de la « solidarité européenne », mais la Pologne dépense cet argent aux États-Unis !!

Bien entendu, Macron n’a pas protesté et la France continue à se faire plumer sans rien dire « un pognon de dingue » pour le plus grand bénéfice de l’alliance américano-polonaise !

Quant aux européistes français – LREM, EELV, LR, PS, FI et RN en tête – ils continuent d’assurer aux électeurs que « la construction européenne vise à faire contrepoids aux États-Unis »..!
Réponse de le 07/11/2019 à 18:45 :
Le premier motif de la construction européenne est la paix continentale. On a tendance à l'oublier tellement sa réussite est patente depuis 1945 et tant les sociétés européennes ont oublié ce qu'est la guerre.
L'une des conditions de cette paix est - en sus du respect mutuel et de la non humiliation des peuples - la prospérité économique, que l'Europe vise à achever.

Votre opinion est bien sûr défendable, mais ne perdez pas de vue le vrai fondement de l'Europe, la paix par la collaboration.
Réponse de le 07/11/2019 à 20:42 :
Le second motif à mon sens est la libre circulation des individus et des capitaux ds l'UE si décriée par l'UPR qui permet grâce à une politique fiscale adaptée ( comme le CIR par ex) de booster l'attractivité française en matière d'investissements étrangers depuis plusieurs années permettant de créer ou maintenir environ 30000 emplois par an ds des secteurs industriels à forte VA.
Par ailleurs, autre avantage et non des moindres, la dette française se refinance à tx quasi négatifs. Qu'en serait il si on sortait de l'euro comme vos distingués économistes le préconisent ? La ruine avec l'hyperinflation !!
Après, il est vrai que certains pays jouent de la règle de l'unanimité pour bénéficier du beurre et de l'argent du beurre.
Réponse de le 09/11/2019 à 20:10 :
@Léon C' est précisément l' article 63 du TFUE qui stipule la libre circulation des capitaux et des hommes qui permet d' exiler 100 milliards annuels en tout légalité pour le seul pays France. Ce même article à permit de délocaliser à l' est la quasi totalité de nos emplois industriels post Maastricht.
"Les illusions économiques de l'Union européenne"

Et c' est un préalable à ce qui nous arrive aujourd' hui, plus d' emplois industriels délocalisés mais des mini jobs, des impôts et des taxes..

@Ji Plus de guerres dites-vous en Ue ? Mais la volatilisation/destruction de la Serbie par l' Otan, c' était quoi ?
Et l' exportation de nos guerres en Syrie, Lybie pour accompagner les guerres dans lesquelles nous sommes piégés par notre appartenance à l' OTAN, etc ..?
"L'Europe c'est la guerre ! - François Asselineau"..
A réviser, sans modération..
a écrit le 07/11/2019 à 15:38 :
"Athènes, qui a gagné la bienveillance d'Emmanuel Macron". Phrase bizarre qui en dit long sur l'attitude du gouvernement français. Il n'est pas gagné que la France et la Grèce se fassent confiance. Bienveillance n'est pas confiance, mon petit.
Réponse de le 07/11/2019 à 23:06 :
Je sais pas ce qu en pense Nana et Nikos cela dit cela permettrai d avoir du travail. Dédé
a écrit le 07/11/2019 à 15:36 :
les americains font ils des avances d'argent pour tous ces bons projets, ou comptent ils sur l'argent de l'UE?
les yankees vont ils souscrire au prochain haircut de la grece qui a coute 40 milliards aux francais et autant aux allemands, ou est ce que quand il s'agit de prendre des pertes le bulldozer n'est plus la?
Réponse de le 07/11/2019 à 20:21 :
En même temps, la France (comme l'Allemagne) ont emprunté des milliards d'euros à des taux ridiculement bas sur les marchés financiers... pour les prêter à la Grèce à des taux très largement supérieurs, se procurant une belle marge !!!
Qui plus est, je ne suis pas sur que ce soit les budgets des pays qui ont enregistrés des pertes dues au "Hair Cut" : je crois plutôt que ce sont des prêteurs privés qui ont essuyés les pertes (banques notamment) !!!
a écrit le 07/11/2019 à 15:23 :
C'est marrant comment tout les vendeurs d'armes depuis une dizaine d'années tentent de fourguer leurs engins de mort !!!

Pendant la crise de 2008, la France et l’Allemagne ont forcé la Grèce a acheter leurs armements, lorsqu'on sait ce qui s'est passé par la suite......

Du coup, cela dit aussi a quoi sert l'europe, nourrir les vendeurs d'armes indépendamment de l'économie du pays. Ensuite le FMI et la banque mondiale vont demander l'argent aux citoyens grecques......
Réponse de le 09/11/2019 à 9:19 :
En attendant, les turques ont aussi des engins de morts et gagnent du terrain volé aux grecs, arméniens, kurdes, syriens.
a écrit le 07/11/2019 à 15:03 :
Pologne, Lituanie, et maintenant Grèce, tous ces pays de l'UE sous perfusion de fonds européens se permettent d'acheter américain alors qu'ils sont débiteurs de l'Europe. Un honte de plus pour cette UE qui regarde les trains passer alors que les US triomphent en toisant le vieux continent.
a écrit le 07/11/2019 à 13:54 :
Ça me ferait mal que la Grèce fasse des milliards d'emplettes auprès des américains après avoir été renfloué par l'Europe. Si ça arrive, l'Europe sera belle et bien morte.
a écrit le 07/11/2019 à 13:44 :
"qui est soutenue par les autorités françaises au plus haut niveau"

Par nos milliardaires donc ?! Ils sont pas beaucoup dans l'armement pourtant...

"La Grèce au cœur de l'Europe va-t-elle complètement basculer américain ? "

Si les Grecques refusent la proposition américaine pour conserver l'européenne et bien on pourra pas dire qu'ils sont rancuniers ! Après que nous les ayons copieusement insulté, traités d’alcooliques et de feignants par nos responsables européens eux-mêmes après les avoir totalement paupérisé...
Réponse de le 07/11/2019 à 14:30 :
"qu'ils sont rancuniers"

"qu'ils ne sont pas rancuniers" bien entendu...
Réponse de le 07/11/2019 à 17:21 :
C'est sur que se ne sont pas les américains qui ont versé plus de 600 milliards d'euros dont plus de la moitié a été effacé. Mais rien n'oblige les grecs à être dans l'Europe et ds l'euro, il faut croire qui sont tout de même intéressé à y rester.
Réponse de le 07/11/2019 à 17:36 :
@ multipseudos:

"C'est sur que se ne sont pas les américains qui ont versé plus de 600 milliards d'euros dont plus de la moitié a été effacé."

Bon sang mais de quoi parles tu encore !? -_-

"Mais rien n'oblige les grecs à être dans l'Europe et ds l'euro, il faut croire qui sont tout de même intéressé à y rester. "

Son oligarchie a tout intérêt à y rester et son peuple non, donc en oligarchie et non en démocratie on écoute toujours pas lesi ntérêts des peuples.

CQFD
Réponse de le 08/11/2019 à 17:38 :
@Citoyen blasé
Pourtant c'est bien l'extrême gauche qui était au pouvoir ces dernières années ???
Réponse de le 10/11/2019 à 13:49 :
@ multipseudos:

"Pourtant c'est bien l'extrême gauche qui était au pouvoir ces dernières années ??? "

Hein ? Tsypras le bourgeois extrême gauche !?

Signalé tu ne fais que coller.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :