Le très fort coup de pression de SFR sur Canal+

 |   |  763  mots
Michel Combes, DG d'Altice et PDG de SFR.
Michel Combes, DG d'Altice et PDG de SFR. (Crédits : Reuters)
L'opérateur au carré rouge multiplie les emplettes dans les médias et les contenus. Du cinéma en passant par le sport et le divertissement, SFR a considérablement étoffé son offre ces derniers mois, se positionnant comme un concurrent de plus en plus sérieux face à la chaîne de Vincent Bolloré.

Impossible, désormais, de douter des ambitions de Patrick Drahi dans les médias et les contenus. Via SFR, société fille de son groupe Altice, le milliardaire multiplie les emplettes dans le cinéma, le sport et le divertissement. Il se positionne aujourd'hui comme un concurrent très sérieux à Canal+, qui essuie par ailleurs des difficultés dans l'Hexagone. Son dernier coup ? Ce mardi, l'opérateur au carré rouge a soufflé à Canal+ l'exclusivité des chaînes Discovery et NBCUniversal (13ème rue, Syfy, E!). Dans le même temps, et en guise de pied de nez à la chaîne de Vincent Bolloré, SFR veut aussi, comme le fait déjà son rival, lancer une offre de télévision par satellite début 2017.

Bref, le groupe Altice (maison-mère de SFR), "devient l'un des grands financeurs des contenus" en France et à l'international, a déclaré jeudi à l'AFP Michel Combes, DG d'Altice et PDG de SFR. Depuis qu'il a fait des médias et des contenus le fer de lance de sa stratégie, le groupe n'hésite pas à faire flamber le chéquier. D'après une source proche du dossier citée par l'agence française, le rachat des chaînes Discovery lui coûte environ 30 millions d'euros par an. C'est à dire deux fois ce que payait Canal+. Aujourd'hui, Altice débourserait quelque 3 milliards d'euros dans les contenus. Essentiellement en France, mais aussi en Israël, au Portugal et aux Etats-Unis, où il est également opérateur de télécommunications.

Convergence entre médias et télécoms

Altice, qui mise sur la convergence entre les médias et les télécoms pour se différencier de ses rivaux Orange, Free et Bouygues Telecom, a commencé à s'attaquer au gagne-pain de Canal+ il y a tout juste un an. En novembre 2015, le groupe a mis la main sur les droits de la Premier League, le très réputé championnat de foot anglais, au nez et à la barbe de la chaîne de Vincent Bolloré. Pour décrocher la timbale, Patrick Drahi a cassé la tirelire, déboursant quelques 300 millions d'euros pour la période 2016-2019. A comparer avec les 62 millions payés jusqu'alors chaque année par Canal+.

Depuis, les achats se sont accélérés. Le mois dernier, SFR a passé un accord d'exclusivité avec la Fédération française d'athlétisme. Celui-ci porte sur tous les droits de l'athlétisme hexagonal (piste, running, équipe de France) et sur la totalité des moyens de diffusion jusqu'aux JO de 2020. Dans la foulée, Altice a signé avec la Fédération anglaise de rugby un partenariat similaire pour permettre à SFR de diffuser certains matchs de l'équipe d'Angleterre pendant quatre ans. Il y a peu, l'opérateur au carré rouge a même affirmé qu'il développerait lui-même des œuvres, via, notamment, un studio maison dédié aux films et aux séries.

Les médias, un aimant à clients

La bagarre entre Canal+ et SFR est aussi une histoire d'hommes. Récemment, l'ancien patron emblématique de la chaîne cryptée, Bertrand Méheut, a été nommé vice-président du conseil d'administration de SFR !

Pour l'opérateur, la stratégie est claire: disposer d'une offre globale dans l'information (via ses médias RMC, BFM, Libération, L'Express...), le sport (via son bouquet SFR Sport, par ailleurs disponible depuis peu en OTT), et le divertissement (avec la production et la diffusion de films et de séries). L'état-major de l'opérateur au carré rouge en est convaincu : les contenus à valeur ajoutée sont une arme pour conserver les clients des télécoms et en conquérir de nouveaux, au-delà de son marché traditionnel. Même si, pour l'heure, SFR essuie une passe difficile, après avoir perdu plus de 2 millions d'abonnés depuis fin 2014, la faute à un réseau dégradé.

Canal+ contraint de casser les prix

Pour Canal+, l'arrivée de cette concurrence, en plus de celle des Netflix et autres services de VOD sur la Toile, est une mauvaise nouvelle. Elle renchérit les prix des droits, tout faisant apparaître une porte de sortie à ses clients - dont beaucoup, ces derniers mois, ont déjà mis les voiles. En réaction, la chaîne de Vincent Bolloré s'est notamment résolu, fin septembre, a casser les prix de son offre CanalSat pour la proposer aux clients d'Orange et de Free grâce à des partenariats. Le bras de fer entre les deux groupes n'en est qu'à ses débuts. Il s'annonce féroce.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2017 à 20:49 :
HAHAHAHA!!! "SFR essuie une passe difficile, après avoir perdu plus de 2 millions d'abonnés depuis fin 2014, la faute à un réseau dégradé." A tel point que maintenant plus personne ne peut recevoir les chaînes Discovery car aucun client SFR ne les reçoit. La faute à un réseau TRèS dégradé.... Incapables d'assurer le service. Discovery va s'en mordre les doigts.
a écrit le 10/12/2016 à 23:25 :
JM Messier le retour ? Pas difficile de constituer rapidement un un 'empire' en payant chaque acquisition au prix fort. Mais c'est un empire éphémère, écrasé par le poids des dettes.
a écrit le 09/12/2016 à 17:16 :
un aimant à client pour un opérateur téléphonique? absolument pas! comme SFR du temps de Messier l'a prouvé, comme Orange, comme tous les autres opérateurs et FAI qui ont tenté en s'apercevant que ça ne rapportait rien!
c'est un détournement d'attention qui rend furieux les clients: on leur parle contenus alors qu'ils parlent contenant! plus de 2 millions de clients partis car mécontents depuis que Drahi est arrivé: plus de plaintes que jamais, qui explosent! des hausses dissimulées imposées, des baisses de débit, une qualité en baisse...
Et Drahi arrive fait des petites économies, licencie et dépense sans compter pour des stupidités dont il prive l'essentiel des clients!
Mais qui, qui va être assez stupide pour prendre plus d'un abonnement téléphonique fixe et jongler entre ses box?! franchement!!! Canal tu peux t'abonner partout et sur tous les supports au moins! et avec un seul abonnement tu avais tout, et les étrangers se pointent, qataris ou Drahi puisque exilé fiscal, et ils foutent le bazar!!!
a écrit le 09/12/2016 à 11:28 :
A quand la faillite d'Altice? Quelle est le montant de sa dette. En proportion gardée, c'est supérieure à celle de l'état. un jour il faudra bien rembourser les banques
Quand on voit que les quataris s'interroge sur les couts de BEIN, Drahi devrait bien se poser la question.
a écrit le 08/12/2016 à 15:50 :
Monsieur Bolloré, Canal + nous rendrait un grand service, en comblant sa coquille vide, par un Rachat auprès de l'Etat, des chaines Publiques de radio et TV, qui seraient ENFIN sous Décodeur. Et Fini, LIBERES de la Taxe Redevance, et de la Taxe Internet + 44% en 2016 pour cette dernière , de cette O.R.T.F : Taxe Internet qui leur profite, dans leur énorme gabegie mise à nue, au grand jour, par La Cour des Comptes.
Réponse de le 08/12/2016 à 17:15 :
Et surtout quelqu'un qui respecte la liberté de la presse et qui n'a jamais reçu un centime de subventions publiques, et qui n'a jamais soumissionné dans des marchés publics.....
Réponse de le 09/12/2016 à 11:25 :
Je ne savais pas que certains n'avaient pas accès a la TV public. Pour moi, il y a en France 20 à 25 chaines gratuites. Que la réception se fase par la TNT, satellite ou Internet, avec ou sans décodeurs, tout le monde peut voir ses chaines.
Parfois on lit n'importe quoi. Et ils ont le droit de vote. Bon le droit de vote c'est normal mais quand on peut voter il est préférable de bien s'informer et de ne pas raconter n'importe quoi. Peut etre passer moins de temps derrière le comptoir d'un bistrot et de moins lire les conneries que transmettre certaines personnes sur les réseaux sociaux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :