Les chauffeurs Uber en France gagnent 1617 euros net par mois... pour 45 heures par semaine

 |   |  376  mots
(Crédits : Brendan McDermid)
En difficulté après une récente décision de justice qui pourrait bousculer en profondeur son modèle économique et une fronde de certains conducteurs VTC, la plateforme américaine Uber dévoile des chiffres inédits sur les revenus de ses chauffeurs français.

Combien gagne un conducteur Uber? Telle est la question à laquelle le premier opérateur VTC (voiture de transport avec chauffeur) en France (environ 28.000 conducteurs) a décidé de répondre grâce à des données internes que l'AFP a pu consulter dimanche. Une opération de "transparence", "une nouvelle phase de maturité dans la relation aux chauffeurs et une contribution au débat public sur le travail des indépendants", d'après Uber, qui espère lutter contre l'image qui lui colle à la peau de précariser le travail.

1.617 euros par mois pour 45 heures de travail par semaine

Premier constat, basé "sur des données réelles" tirées de l'application, le chiffre d'affaires médian horaire s'élève à 24,81 euros. Ce n'est évidemment pas la somme qui va dans la poche du chauffeur. Son revenu horaire net après versement de la commission due à la plateforme (25%), frais de service, TVA et cotisations sociales, s'affiche à 9,15 euros.

Soit un revenu net mensuel de 1.617 euros, selon Uber. Ce revenu est calculé sur l'hypothèse de 45,3 heures de connexion hebdomadaire à l'application, ce qui est, souligne Uber, le "temps de travail des non-salariés".

A titre de comparaison, l'entreprise rappelle que le revenu médian des non-salariés dans le transport est de 1.430 euros mensuel et de 1.110 euros pour le "transport public particulier", selon l'Insee. Évidemment, tous les chauffeurs ne se connectent pas 45 heures sur Uber, pouvant utiliser d'autres plateformes.

Profil du chauffeur : homme, 39 ans, au volant d'une Peugeot 508

Au travers d'une enquête de Kantar TNS auprès de 1.600 chauffeurs en octobre 2018, Uber tente également d'éclairer le profil de ses chauffeurs, dont certains ont manifesté en janvier pour réclamer des changements de réglementation.

Ainsi, au volant par exemple d'une Peugeot 508 - véhicule le plus utilisé sur Uber -, on retrouvera un conducteur âgé en moyenne de 39 ans et qui sera un peu plus d'une fois sur trois (37%) titulaire d'un bac +2 et plus. Selon l'étude, 89% d'entre eux choisissent Uber pour l'"indépendance" offerte, 81% pour être leur "propre patron".

Le 10 janvier, la cour d'appel de Paris a estimé qu'un plaignant était lié à Uber par un "contrat de travail", ouvrant la voie à une requalification en masse, une décision qui fait l'objet d'un pourvoi en cassation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2019 à 7:46 :
L’article parle de revenu net de tva, de commission et de cotisation sociale. Mais il y a aussi le carburant, la location du véhicule, l’entretien...
a écrit le 28/01/2019 à 11:44 :
j aimerai bien voir le détail du calcul.......
a écrit le 28/01/2019 à 11:32 :
Si ma retraite était aussi somptueuse!
Mais en France, c'est :" Au secours l'Etat Providence! Maman! Bobo!"
a écrit le 28/01/2019 à 11:32 :
Si ma retraite était aussi somptueuse!
Mais en France, c'est :" Au secours l'Etat Providence! Maman! Bobo!"
a écrit le 28/01/2019 à 10:37 :
cela reste 4 fois plus qu'un éleveur
a écrit le 28/01/2019 à 8:35 :
Qui paye l'assurance voiture, le GO, l'entretien du véhicule, le crédit ?
Réponse de le 28/01/2019 à 11:01 :
que c'est à la charge du chauffeur VTC.

Auquel cas j'imagine que cela été déduit avec les "frais de service", sinon c'est une activité non rentable.
a écrit le 28/01/2019 à 8:13 :
Nous marchons sur la tête !! Ils volent le métier de taxi sans respect sans aucun professionnalisme et maintenant ils se plaignent de leurs salaire !!!! Ces chauffeurs ne payent aucune charge et ni impôt, ni tva, ni rien du tout et touchent un certains nombre d'aide. Ils racolent les clients aux aéroports de France en les facturant 250eur la course au lieu de 50eur et se plaignent !!! Ce n'est pas un métier.
Réponse de le 28/01/2019 à 10:26 :
Si ils vivaient sur l'or, vous penseriez vraiment qu'ils se plaindraient ? Les premiers VTC n'était pas à plaindre car ils étaient peu nombreux et ils arrivaient à gagner autant qu'un cadre en faisant 35 heures mais avec le surnombre de chauffeurs, la part du gateau s'est beaucoup réduite et forcément , ils n'arrivent plus à se faire un salaire correcte et si certains gagnent correctement leur vie c'est au détriement de leur vie personnel car ils n'en ont plus....
a écrit le 28/01/2019 à 8:09 :
Bah, conduire des personnes, vous espériez combien ? quels est le salaire d'un(e) infirmier(e) ? vous croyez qu'il est décent par rapport au nombre d'heures travaillées avec le stress en plus ? ceux qui veulent des salaires de dingue n'ont qu'à faire autre chose. Moi je ne les plains pas, conduire une personne d'un point A à un point B, c'est un service à faible valeur ajoutée, c'est comme un livreur de pizza. Pour info, un éboueur gagne mieux, vous vous êtes mal orienté... mais qui voudrait dire qu'il est éboueur ? La honte, c'est ceux qui croient qu'avec un boulot assez facile et super concurrentiel (examen facile), on peut gagner des millions. Redescendez sur terre et arrêtez la TV ou facebook.
Réponse de le 28/01/2019 à 12:38 :
Vous ne pouvez pas dire ça ! Car ....vous avez 100% raisons. ;) Qui dit métier «facile», dit métier à forte concurrence et donc à faible rémunération... C'est la triste réalité. Toutefois, il y a certains métier facile à forte rémunération mais ces derniers ne le crieront jamais sur tout les toits car ils savent qu'ils perdent leur avantage si tout le monde se lançait dans le créneau...
a écrit le 28/01/2019 à 8:05 :
Comme quoi de nombreux géants de la technologie ne réussissent pas grâce à la technologie mais grâce à des méthodes héritée de l'ère pré-internet : optimisation fiscale, exploitation des salariés, délocalisations etc... Mais comme la technologie c'est cool, la presse a longtemps fermé les yeux.
a écrit le 28/01/2019 à 7:56 :
Bonjour

Pouvez vous svp préciser où est compté l'amortissement du véhicule ?
Est-il dans les 25 % de frais, ou bien le chauffeur doit-il encore le prendre en charge avec ses 1617€ / mois ?
a écrit le 28/01/2019 à 7:29 :
C'est une misère ! C'est honteux !
a écrit le 27/01/2019 à 21:37 :
Le patron fondateur d'Uber était un fou paranoïaque de technologie et a commis de nombreuses fautes morales innovantes. Par exemple des refus de vente à des clients suspects détectés électroniquement ou des montages fictifs d'agression de chauffeurs. Il est parti et Uber devient une véritable institution mondiale, durable et responsable, fruit d'une lutte acharnée pour la légalité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :