Le guide de Deliveroo pour déjouer les accusations de salariat déguisé

 |   |  514  mots
Deliveroo, société britannique de livraisons de repas à domicile, embauche près de 1.000 employés à temps plein et recours à 15.000 coursiers auto-entrepreneurs au Royaume-Uni.
Deliveroo, société britannique de livraisons de repas à domicile, embauche près de 1.000 employés à temps plein et recours à 15.000 coursiers auto-entrepreneurs au Royaume-Uni. (Crédits : Reuters)
Deliveroo est régulièrement accusé de salariat déguisé en recourant à des coursiers à vélo avec le statut d'auto-entrepreneur. Pour contourner cette appellation, la société de livraisons de repas distribue en interne un guide à ses employés britanniques avec des éléments de langage à utiliser.

Les coursiers à vélo ne travaillent pas "pour" Deliveroo, mais "avec" Deliveroo. Au sein de la société anglaise de livraisons de repas, l'expression "bulletin de paie" est bannie au profit des "factures" à destination des livreurs ayant le statut auto-entrepreneur. Si le port d'une tenue à l'effigie de Deliveroo est obligatoire, l'entreprise parle "de kit" ou "d'équipement" mais surtout pas "d'uniforme". Et la liste est longue.

Deliveroo distribue en interne un document de six pages alignant les éléments de langage très précis de l'entreprise pour contourner les accusations de salariat déguisé, d'après une enquête du Guardian et du Financial Times. Le document est séparé en deux parties, avec les expressions utilisables et les tournures de phrases interdites.

"Nous avons près de 1.000 employés à temps plein et travaillons avec plus de 15.000 coursiers au Royaume-Uni, assure au Financial Times un porte-parole de Deliveroo. Nous veillons à ce que les employés sachent comment travailler avec nos partenaires, ce qui inclut la formation et les lignes directrices à suivre pour discuter avec les clients, les restaurants et bien sûr les livreurs indépendants."

Imposer le statut d'auto-entrepreneur à ses coursiers permet à Deliveroo de ne pas avoir à payer les congés payés, les arrêts maladie ou encore de ne pas garantir de salaire minimum (de 7,20 livres de l'heure en Grande-Bretagne, soit environ 8 euros). Fondé en 2013, le service de livraison est présent dans 140 villes et 12 pays, dont la France, et permet de recevoir à domicile des plats préparés dans des restaurants.

"Les pratiques d'emploi de Deliveroo sont une charade"

Les conditions de travail chez Deliveroo provoquent la colère de certains de ses coursiers. Une grève a été lancée en août à Londres. Imitant des chauffeurs Uber ayant obtenu la condamnation de l'application VTC, 20 livreurs britanniques ont lancé une action en justice fin mars pour obtenir une requalification de leur contrat en salarié. Le syndicat britannique des travailleurs indépendants (Independent Workers Union of Great Britain, IWGB) est l'interlocuteur entre les coursiers de Camden, un quartier du nord de Londres, et Deliveroo. Il porte l'affaire devant le Central Arbitration Committee de Londres, une instance de régulation rattachée au gouvernement britannique qui se penchera sur l'affaire fin mai, précise le IWGB dans un communiqué.

"Ce document est une preuve supplémentaire [...]. Les pratiques d'emploi de Deliveroo sont une charade, assure au Guardian Jason Moyer-Lee, secrétaire général de IWGB. [L'entreprise] a même jugé nécessaire de créer un tout nouveau vocabulaire pour cacher ce qui est manifestement évident pour tout observateur objectif."

     | Lire Deliveroo: bientôt une convention collective pour les livreurs ?

Le co-fondateur de l'entreprise, William Shu en appelle au gouvernement pour "adopter une législation du XXIe siècle, qui colle avec l'économie du XXIe siècle et ce que les gens du XXIe siècle veulent", explique-t-il dans une interview à BuzzFeed News. S'il dit que l'entreprise "aimerait offrir plus de droits et de sécurité" à ses coursiers, cela se fera au détriment de la "flexibilité" actuelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2017 à 12:54 :
réintroduire la notion de tâcheron digne du XIX eme siècle je ne vois pas enquoi c'est un progrès du XXI eme siècle.
a écrit le 08/04/2017 à 19:21 :
Déjà tant que le RSI n'a pas été liquidé (projet mélanchon) il faut interdire tout nouvel auto entrepreneur.
Sinon le calcul est simple 25€ de l'h tva incluse pour un indépendant, si c'est moins que ça, ça a un nom :esclavage déguisé, rien de moins, on a fait la révolution en 1789, ces tauliers doivent aller en taule pour leur apprendre à respecter notre constitution et notre culture.
Perso j'ai été indépendant et je suis pour, mais ces criminels anglais dénaturent nos valeurs, il faut que ça cesse.
a écrit le 07/04/2017 à 15:08 :
William Shu, s'est trompé de siècle -> il voulait parler du XIXème siècle !
La "modernité" c'est se passer de contrat de travail pour faire travailler les gens

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :