Mobilisation sociale inédite chez Dalloz

 |   |  420  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les salariés des éditions Dalloz (code du travail, code civil,...) grognent. Pour la première fois, ils ont voté la grève mercredi soir, à l'unanimité. Ils dénoncent les conditions du projet de fusion avec les Editions Législatives annoncé au printemps dernier.

"Dalloz voit rouge". Ses salariés aussi. Pour la première fois depuis la création de cette maison d?édition en 1845, ils ont voté la grève à partir de jeudi 20h30. "Cela fait huit mois qu?on pose des questions" sur les conditions du projet de fusion envisagé en mars dernier avec les Editions Législatives (ouvrages professionnels), filiale des Editions Lefebvre Sarrut, groupe auquel appartient également Dalloz, a expliqué à latribune.fr Carole Revert, représentante du comité d'entreprise.

Dans le giron de Vivendi puis Lagardère, la maison Dalloz a été rachetée en 2006 par le groupe ELS (Editions Lefebvre Sarrut). "Tout allait bien jusqu?en avril", raconte de son côté Ginette N?Koua, déléguée syndicale CFDT. "Jusqu?au projet de fusion" au sujet duquel les représentants du personnel et les syndicats semblent manquer de visibilité. De réponses surtout. "On attend toujours des documents mais on n?a rien, ni sur le plan social, ni sur la stratégie".

La direction a beau promettre aucun licenciement, la représentante syndicale redoute les doublons entre les équipes Dalloz (230 personnes dont une centaine à la rédaction) et celles des Editions Législatives (environ 300). "On ne refuse pas la fusion", à condition qu?il s?agisse d?une fusion et non d?une absorption, insiste Ginette N?Koua. "On demande l?arrêt du processus de fusion tel qu?il est engagé et la mise en place d?un comité paritaire", ajoute-t-elle. "On est au pied du mur", renchérit Carole Reverte, représentante du CE. Les salariés actuellement répartis sur trois sites se sont rassemblés jeudi devant les locaux des Editions Dalloz à Paris dans le 14ème arrondissement pendant que se tenait un comité d?entreprise. Dans un message adressé au personnel, Renaud Lefebvre, patron du groupe, déclare "qu?il est urgent d?apporter de nouveaux éléments à l?information-consultation ouverte auprès du CE". L?ensemble des questions soulevées par les représentants du personnel est à l?ordre du jour du comité extraordinaire prévu la semaine prochaine, le 3 décembre.

La maison Dalloz a dégagé entre 4 et 5 millions d?euros de bénéfice net en 2009 pour un chiffre d?affaires de 49 millions d?euros dont 60% issus des ventes en librairie d?ouvrages universitaires (dont les codes). Ses codes civil se vendent à 120.000 exemplaires par an, 50.000 pour le code du travail. En fusionnant Dalloz avec les Editions Législatives, le groupe ELS deviendra le premier éditeur juridique français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :