Christine Ockrent désavouée par le personnel de France 24

 |   |  529  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
A l'issue d'un vote organisé par l'intersyndicale de la chaîne de télévision France 24, l'ensemble du personnel a voté à une large majorité une motion de défiance envers Christine Ockrent, numéro deux de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF), organe qui chapeaute la chaîne, tout en accordant leur confiance au numéro un, Alain de Pouzilhac.

Le désaveu à l'égard de Christine Ockrent est massif. La numéro deux de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF), organe à la tête de France 24, RFI et une partie de TV5 Monde, a essuyé un vote de défiance de la part de l'ensemble du personnel de France 24, à 85% (sur 307 votants). Un désaveu d'autant plus cinglant que le numéro un de l'AEF, Alain de Pouzilhac, également visé par la motion, a été épargné. Le personnel lui a accordé sa confiance à 54%. Deux assemblées générales organisées par l'intersyndicale avaient organisé le vote ce mercredi.

C'est par un "Je reste" que Christine Ockrent a réagi ce jeudi matin sur France Info : "c'est aux tutelles de décider de la marche à suivre". "Ce ne sont pas des assemblées générales qui déterminent la vie de l'entreprise, ni la nomination ou la destitution des dirigeants", a-t-elle déclaré plus tôt sur France Inter.

En début de semaine, les directeurs de France 24, placés sous la double tutelle du ministère de la Culture et de la Communication ainsi que du ministère des Affaires étrangères, avaient eux-même critiqué la compagne de l'ancien ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, pour son implication présumée dans l'affaire d'espionnage informatique interne qui secoue la chaîne.

Malaise

Dans une lettre qui leur était adressée, Christine Ockrent a tenu à se défendre. "Je réaffirme avec force être totalement étrangère à l'affaire d'espionnage interne que les signataires m'imputent clairement", écrit-elle, assurant de son "entière loyauté à l'égard de l'entreprise". Elle affirme n'avoir "jamais soutenu avoir un accès informatique aux documents personnels des dirigeants de l'AEF. En revanche, j'ai toujours affirmé qu'en tant que numéro deux du groupe et mandataire social, j'ai évidemment accès à tous les documents internes de l'entreprise". "Informée par Alain de Pouzilhac le 8 octobre du dépôt par l'AEF d'une plainte pour piratage informatique, je me suis immédiatement et sans réserve associée à cette démarche", poursuit-elle.

Fin novembre, des experts mandatés par la direction de l'AEF ont découvert dans l'ordinateur d'une proche collaboratrice de Christine Ockrent des fichiers provenant des serveurs de l'AEF, ladite collaboratrice ayant été licenciée. "S'il s'avère qu'un ou des membres de la direction aient eu connaissance de ces actes, les aient laissé perdurer ou en aient tiré un quelconque profit personnel, alors ce lien de confiance serait irrémédiablement rompu", ont alors prévenu plusieurs journalistes de la chaîne (quatorze présentateurs et quatorze chroniqueurs, et d'autres membres de la rédaction), dans un communiqué publié mardi.

Devant ce malaise grandissant, le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, a reçu mardi Alain de Pouzilhac et Christine Ockrent, appelant à "l'apaisement". Mercredi, l'Assemblée nationale a décidé la création d'une mission d'information parlementaire sur l'Audiovisuel extérieur de la France dont les travaux et auditions démarreront en janvier. L'occasion également de "se pencher tout particulièrement sur la situation au sein de l'AEF et l'affaire d'espionnage" qui secoue le groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2010 à 7:54 :
avec un vote aussi élevé,pourquoi ne s'appliquer t'elle pas sa démission
un déni de 85% ,beaucoup s'accroche au pouvoir ,malgres un desavoue
Allons REINE OKRENT abdiquée soyer républicaine,montrée l'example
a écrit le 16/12/2010 à 18:29 :
En ce moment, ca doit causer "Pôle emploi" dans le couple .....!!
a écrit le 16/12/2010 à 16:17 :
les relations en France entre journalistes et politiques sont malsaines.
a écrit le 16/12/2010 à 15:11 :
Voilà une donneuse de leçons remise à sa place !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :