BFM TV s'oppose à l'arrivée de LCI sur la TNT gratuite

 |   |  362  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
LCI sera-t-elle bientôt la troisième chaîne d'information gratuite de France ? Officiellement, TF1 soutient n'avoir toujours pas décidé de faire passer en clair sa chaîne d'information, aujourd'hui payante.

Préférant prévenir que guérir, Alain Weill, patron et principal actionnaire de la chaîne concurrente BFM TV, a dit mercredi tout le mal qu'il pensait de ce projet « inacceptable et dangereux ». Selon lui, « ce cataclysme condamnerait BFM TV », car « il n'y a pas de place pour trois chaînes d'information gratuites, ça n'existe nulle part ».

Il estime qu'iTélé supporterait le choc car elle appartient à un grand groupe (Canal Plus), mais pas BFM TV, qui est « la plus fragile et ne s'en sortirait pas », car elle appartient à un groupe « indépendant ». « Nous ne sommes pas diversifiés dans le BTP, nous ne dépendons pas des commandes de l'Etat, nous n'avons pas de relations avec les pouvoirs publics », a souligné Alain Weill (qui détient 20% du capital de « la Tribune »).

Selon lui, si LCI est « en difficulté » et « plus dans la course », c'est parce que TF1 a commis « une erreur » en choisissant de la diffuser en payant sur la TNT. Mais il serait « totalement injuste » que BFM TV en subisse aujourd'hui les conséquences. Et cela alors que BFM TV a enfin dégagé ce premier semestre un excédent brut d'exploitation positif.

En outre, Alain Weill estime un passage en gratuit « impossible » dans le cadre légal actuel. Cela ne deviendrait donc possible qu'avec « une volonté politique très forte d'aider TF1, un soutien affirmé des pouvoirs publics ». Il prévient donc le CSA et le gouvernement qu'il prendrait cela pour « un casus belli, une agression » à laquelle il « s'opposera par tous les moyens ». Et alors il « prendrait le spectateur à témoin, disant que le pluralisme de l'information est en danger ». « C'est toujours la gauche qui fait des choses nouvelles dans l'audiovisuel. La droite a plutôt tendance à vouloir conserver les positions acquises », a-t-il lancé.

Enfin, Alain Weill s'est lancé dans un exercice subtil d'équilibriste, militant pour la création de nouvelles chaînes gratuites sur la TNT, qui, selon lui, pourraient être financées « sans aucun problème » par la publicité. Une position qu'il défend depuis un an et qu'il a maintenue mercredi, mais pas dans le domaine de l'information, car « ce marché est saturé ».
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2011 à 14:07 :
@Economiste: je suis vraiment d'accord avec votre commentaire et ajouterais qu'il est bien dommage que les chaînes d'info en continu ne voient leur valeur ajoutée que dans l'immédiateté de la couverture et non dans l'aide à l'analyse de fond, notamment ailleurs que dans le sport. Aujourd'hui le peu d'analyse passe forcément par l'intervention d'experts "indépendants" qui ne le sont en fait jamais totalement ; il en advient un discours biaisé auquel bientôt personne ne croira plus. Ne serait-il pas possible de voir plus souvent des retours sur le terrain/statistiques après des événements/catastrophes/guerres... et ceci a intervalles réguliers avec interviews de points de vus divers concernés par cette actualité instantanée passée ? Je ne crois pas qu'un tel fonctionnement n'est forcément synonyme de baisse des ressources même s'il nécessite un changement radical d'organisation. La finalité de cette démarche ne peut aboutir que sur un renforcement du libre arbitre et du débat au sein du public et finalement d'une réelle reconnaissance et fidélité plutôt qu'une défiance grandissante envers le travail journalistique.
a écrit le 25/07/2011 à 11:26 :
Alain Weil qui complimente la gauche, on en redemande.

Je réponds à dazibaos, du libéralisme sauvage il en faut face au népotisme des 22 régions socialites.
On reste amis.
a écrit le 21/07/2011 à 6:18 :
Hé alors! M Weill c'est le coté obscure du libéralisme sauvage ... la libre concurrence.
a écrit le 20/07/2011 à 23:57 :
L'arrivée de LCI serait une excellente chose car BFM TV comme iTELE nous injectent de la pub, du foot, et des faits divers en permanence. Ils sont quasi du niveau Murdoch alors qu'ils devraient s'inspirer d'Arte ou d'Euronews dont les journaux sont généralement meilleurs dans les choix d'infos et non constamment coupés de pub. Il y a énormément de nouvelles dans le monde et BFM comme iTELE ne retiennent que la plupart du temps le bas de gamme et ce qui est négatif. La pub ne devrait pas couper les journaux aussi souvent. Les faits divers comme le sport devraient faire l'objet de rubriques à part. On a presque chaque jour un viol, un crime, un pédophile etc. C'est nul ! Mettez vous à la place d'un très jeune qui découvre la télé, il ne peut ni se cultiver ni se former et la télé à un grand rôle à jouer. Alors oui si l'arrivée de LCI peut faire évoluer la qualité de ces 2 chaînes dîtes d'infos et on ne regrettera pas si l'une disparaît, même si c'est dommage pour les bons journalistes qui font leur travail. Il y a vraiment un problème de choix des infos, de qualité de ces chaînes et de dérive de la pub qui coupe tout journal n'importe quand et trop souvent. Les gens intelligents et cultivés passent peu à la télé alors que l'on peut avoir 2 heures un entraîneur de foot parler de ses problèmes avec sa baballe. Vous feriez aussi des économies en supprimant les envoyés spéciaux sur des sujets pour lesquels l'infos n'est pas encore sortie mais qui font pendant des heures voire des jours des supputations sans rien savoir = parler pour ne rien dire. Ou bien les commentaires pour savoir si untel va se présenter à la présidentielle, on s'en fout ! On veut de la vraie info tant en France, qu'en Europe,à l'international, sur tous les sujets (sciences etc) et un bon niveau.
a écrit le 20/07/2011 à 16:19 :
si LCI et BFM sont sur le meme canal a saint just en chaussée pas de probleme de concurence ce canal est régulierement défaillant

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :