Affaire Murdoch : BSkyB tente de regagner au prix fort la confiance de ses actionnaires

 |   |  321  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors de l'annonce de ses résultats annuels, le bouquet satellitaire a relevé de 20% son dividende et annoncé un programme de rachat d'actions, afin de rassurer ses actionnaires, déçus de l'échec du rachat du groupe par News Corp.

Si la presse va mal outre-manche, la télévision payante se porte en revanche comme un charme. Le résultat d'exploitation de BSkyB a bondi de 23%, à 1,073 milliard de livres (1,222 milliard d'euros) au cours de l'exercice 2010/2011, excédant les prévisions des analystes. De quoi faire regretter encore un peu plus l'échec du rachat du bouquet satellitaire britannique par News Corp, la firme de Rupert Murdoch. Un revers dû au scandale des écoutes téléphoniques qui font la une des journaux anglo-saxons depuis maintenant trois semaines.

Un milliard de livres redistribuées

Ce scandale  avait provoqué une dégringolade de l'action BSkyB. Après avoir tutoyé un sommet de cinq ans, à 8,50 livres tout début juillet, le cours de Bourse s'est dégonflé de plus de 15% à partir du 4  : près de 2,5 milliards de livres de capitalisations boursière sont ainsi partis en fumée depuis. James Murdoch lui-même, le fils de Rupert et le dirigeant de BSkyB, a été inquiété un temps d'une éviction, bien que le conseil d'administration ait finalement décidé vendredi de le maintenir à la présidence.

Afin de rasséréner les actionnaires après ces semaines mouvementées, ce même conseil d'administration a décidé de les gâter. Le dividende annuel grimpe de 20%, à 23,3 pence par action, ce qui représente environ 250 millions de livres reversés. Mais ce n'est pas tout : le groupe retournera 750 millions de livres à ses actionnaires sous la forme d'un rachat d'actions. Les raisons de cette générosité sont claires pour Alex de Groote, analyste chez Panmure Gordon, interrogé par Bloomberg : "Si l'on est réaliste, il n'y aura pas de nouvelle offre de rachat de BSkyB dans un futur proche donc les actionnaires veulent une compensation pour cela."

Reste que ces deux façons de rémunérer les actionnaires profiteront bien entendu au premier d'entre eux, à savoir News Corp, qui détient 39% de BSkyB.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :