Nouvelles chaînes TNT : le choix prudent du Conseil supérieur de l'audiovisuel

 |   |  585  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
TF1, M6, NRJ et NextradioTV ont chacun leur chaîne. L'Equipe, jusque là présent sur le satellite, va lancer sa chaîne de sport gratuite. Seul nouvel entrant, Pascal Houzelot, et TVous, sa chaîne de la diversité. Elle TV, le projet Lagardère, a été recalé. Additionnées, les prévisions de chacun suppose une forte progression du marché de la publicité.

Les jeux sont faits. Le Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA) a sélectionné les six nouvelles chaînes de la télévision numérique terrestre, qui seront lancées en ocotbre. Principal enseignement, le CSA a choisi de ne pas déstabiliser le marché en servant d'abord les opérateurs historiques.

TF1 a eu gain de cause sur HD1, la chaîne de la fiction, M6 sur 6Ter, dédiée à la famille, et NRJ Chérie HD, un canal dédié aux femmes, ce qui correspond peu ou prou aux premiers choix des groupes, même si tous, qui présentaient chacun trois projets, ne avaient pas toujours indiqué clairement leur préférence. NextRadioTV a été sélectionné pour RMC Découverte, une chaîne documentaire. Il s'agit en l'occurrence d'un second choix pour le groupe d'Alain Weill, qui rêvait de décliner sa radio RMC sur le petit écran. A la place, le CSA a préféré le projet de chaîne sport de l'Equipe, déjà présent sur le satellite avec l'Equipe TV, et qui a conclu un partenariat controversé avec le CNOSF. Tous visent entre 1 et 2% de part d'audience avec des budgets compris entre 40 et 60 millions d'euros.

Le CSA a enfin choisi TVous, porté par Pascal Houzelot. Lors de son audition, le créateur de Pink TV a présenté TVous comme la chaîne de la « diversité », sociétale, culturelle... Luc Besson a délaissé son projet Urb.TV pour soutenir TVous, et a proposé de loger la chaîne au sein de sa Cité du cinéma de Saint Denis. Pascal Houzelot, producteur de cinéma et dirigeant de la chaîne Pink TV, détiendra plus de 50% du capital, au côté du fondateur de Free Xavier Niel (à hauteur de 16%), du PDG de PPR François-Henri Pinault, de Jean-Charles Naouri (Casino), du propriétaire des « Inrockuptibles » Matthieu Pigasse, et de l'ancien PDG du groupe Louis Dreyfus, Jacques Veyrat....

Face à la crainte des groupes de télévision historiques - particulièrement relayée par Nicolas de Tavernost, le PDG de M6, pendant les auditions - de voir arriver de nouveaux concurrents, capables de grignoter de nouvelles parts de marché, le CSA a opté pour la prudence. Il a ainsi décidé de limiter l'ouverture du marché à un seul nouvel acteur, TVous. Les ambitions de ce nouveau venu sont modestes, avec 1,8% d'audience pour un objectif de 35 millions d'euros de chiffre d'affaires publicitaire. Les analystes d'Exane, notent M6 et TF1 devraient être rassurés de voir le CSA s'appuyer sur la recommandation du gouvernement qui était de ne pas bouleverser le marché publicitaire français". A terme, Exane note aussi que les budgets programmes des nouvelles chaînes de TF1 et de M6 devraient atteindre les niveaux des chaînes de la TNT actuelle, que sont TMC et W9, aux alentours de 40 à 50 millions d'euros. Des montant auxquels il faut ajouter au moins les 12 millions d'euros de coûts de distribution. 

Des objectifs ambitieux

Toutes les chaînes tiendront-elles leurs promesses? NPA Conseil, spécialisé dans la télévision note qu'à eux tous les "les éditeurs attendent un chiffre d'affaires de 300 à 350 millions d'euros à horizon 2016-2017, soit 9% du marché de la télévision" et 11% de part d'audience. Un objectif jugé ambitieux: cela suppose qu'un point d'audience soit valorisé 29 millions d'euros, contre 25 millions d'euros aujourd'hui. Et ce alors que cette valeur "a perdu un quart de sa valeur ces dernières années", note NPA. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :