« Newsweek » arrête son édition papier le 31 décembre et devient tout-numérique

Le célèbre magazine d'actualités américain passera au format tout-numérique en 2013, après 80 ans sous forme papier.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

« Une page se tourne pour Newsweek » reconnaît la rédactrice en chef du célèbre magazine d'actualités américain elle-même, Tina Brown. C'est le titre de la tribune choc qu'elle vient de publier sur le site «The Daily Beast », dont elle est aussi rédactrice en chef, pour annoncer la fin du papier (lire la tribune). L'hebdomadaire, qui fêtera en février prochain ses 80 ans et tire à 1,5 million d'exemplaires, publiera sa dernière édition papier le 31 décembre et fera le grand saut du tout-numérique en 2013. Cette publication sera baptisée « Newsweek Global » et sera une édition mondiale unique, disponible par abonnement sur le Web, sur tablette et liseuse. Lourdement déficitaire depuis plusieurs années, le magazine, qui appartenait depuis 1961 au groupe « Washington Post », avait été vendu pour 1 dollar en 2010 au milliardaire roi de la hi-fi Sidney Harman qui l'avait fusionné avec « The Daily Beast », site créé en 2008 appartenant au magnat Barry Diller (IAC). Ce dernier a pris le contrôle à 100% du groupe cet été.

Chute de 50% de la diffusion en cinq ans
En quatre ans, « The Daily Beast » a connu une croissance explosive de son audience : plus de 15 millions de visiteurs uniques par mois aujourd'hui, en hausse de 70% en un an. « Dans le même temps, notre activité a été de plus en plus affectée par les conditions difficiles de la publicité dans la presse écrite, tandis que Newsweek a accru rapidement son audience sur les contenus en ligne et pour liseuses » fait valoir Tina Brown. Le magazine tirait à plus de 4 millions d'exemplaires dans le monde en 2003, tout en restant derrière « Time » mais sa diffusion a chuté de 51% en cinq ans. La rédactrice en chef, ex-patronne de « Vanity Fair » et du « New Yorker », souligne qu'il y aura plus de 70 millions d'utilisateurs de tablettes aux Etats-Unis d'ici à la fin de l'année et que 39% des Américains choisissent le web pour s'informer. C'est une « transition numérique, nous ne disons pas adieu à Newsweek » assure-t-elle, ajoutant que « cette décision n'a rien à voir avec la qualité de la marque ou du travail des journalistes mais plutôt avec les conditions difficiles de la presse écrite et de sa distribution. » La rédactrice en chef conclut sur une note nostalgique : « sortir du « print » est un moment extrêmement difficile pour nous tous qui aimons le charme du papier et l'esprit de camaraderie unique de l'hebdomadaire durant ses bouclages intenses du vendredi soir. Mais alors que nous approchons du 80e anniversaire de Newsweek nous devons maintenir le journalisme qui est sa raison d'être, en s'engageant dans l'avenir tout-numérique. »
 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.