La publicité des journaux en ligne américains progresse... mais moins que l'audience

 |   |  372  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Une étude de l'Association nationale des journaux (NAA) rapporte un bond de 20% de l'audience des sites Internet des journaux américains en septembre 2011 pour des recettes publicitaires en hausse de seulement 8%.

Sur la base d'une étude réalisée par le cabinet Comscore, l'Association nationale des journaux (NAA) aux Etats-Unis a fourni pour la première fois un état des lieux des journaux américains en ligne avec une comparaison sur un an.

En septembre dernier, la NAA indique que les sites Internet des journaux ont vu leur audience progresser de 20% en un an. Un chiffre plus qu'encourageant compte tenu de "l'introduction des formules payantes dans beaucoup de groupes de presse", souligne Caroline Little, la directrice générale de la NAA citée dans le communiqué publié jeudi. Le nombre de pages consultées a également augmenté, de 10% sur un an, et les internautes passent plus de temps sur les pages des sites (+11%).

Ils sont ainsi 110,4 millions d'adultes à se rendre sur ces sites, soit 64% des internautes adultes. Cerise sur le gâteau, une large majorité d'entre eux a un niveau de revenus plutôt élevé (plus de 100.000 dollars par an), 58% sont âgés de 18 à 34 ans et 62% ont des enfants vivant avec eux. Des éléments attractifs pour les annonceurs.

Des recettes encore trop marginales

Mais l'attrait des annonceurs ne permet pas encore d'inverser la vapeur et rapporter plus que les recettes publicitaires issues des versions papier ("print"). En hausse de 8% sur un an, les recettes générées sur Internet ne représentent que 14% du total. Elles pesaient 12% un an plus tôt.

Prenons le cas du groupe de presse du New York Times (le "York Times", le "Boston Globe", le "International Herald Tribune" et une quinzaine d'autres quotidiens). Il a annoncé la semaine dernière les sites internet de ses journaux avaient enregistré au troisième trimestre une progression de 6,2% de leurs recettes publicitaires. Insuffisant toutefois pour compenser la chute de 10,4% des recettes issues du "print". Le "New York Times " teste le modèle payant depuis le mois de mars. Entre juillet et septembre, il a indiqué avoir séduit 43.000 nouveaux abonnés permettant d'afficher 324.000 abonnés au compteur fin septembre.

En revanche, le site reconnaît avoir avoir subi une baisse de 11% du nombre de pages consultées depuis le lancement de la formule payante tout en précisant que ce repli moyen est inférieur aux prévisions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2011 à 20:12 :
La pub est un produit. Si le vendeur est bon, les annonceurs vendront leurs pubs web. Les annonceurs sont de gros naïfs incompétents.
En effet, la majorité des utilisateurs du net ne supportent pas les pubs et recherchent directement la petite croix sur laquelle il faut cliquer pour la faire disparaître. Ceci sans RIEN voir de la pub.
Pour éviter les pubs sur les vidéos, il suffit d'ouvrir 2 fenêtres et d'aller sur l'autre pendant les pubs.
La pub sur Internet : ça ne marche pas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :