Rémy Pflimlin remanie en profondeur la direction de France Télévisions

 |   |  471  mots
Rémy Pflimlin
Rémy Pflimlin (Crédits : AFP)
Le président de France Télévisions a supprimé le poste de patron de chaîne et nommé Bruno Patino en super directeur des programmes. Une organisation qui ressemble peu ou prou à celle de l'ancien président du groupe, Patrick de Carolis.

Un pas en avant, deux pas en arrière. Après avoir défait l'entreprise unique de son prédécesseur Patrick de Carolis en redonnant aux chaînes leur indépendance managériale, Rémy Pflimlin revient en arrière. Le président de France Télévisions a officialisé un nouvel organigramme plus resserré. La nomination clé est certainement la promotion de Bruno Patino, qui avait jusqu'à présent la double casquette de patron du numérique et de France 5. Ce dernier devient directeur des programmes et des antennes, un poste qui ressemble peu ou prou à celui qu'occupait Patrice Duhamel du temps de Patrick de Carolis.

Des gages à la tutelle

Egalement promu, Martin Ajdari, jusqu'alors directeur financier, qui devient secrétaire général du groupe, et le numéro deux de Rémy Pflimlin. Surdiplômé (ENA, ESCP et Sciences Po), le nom de cet ancien conseiller technique de Laurent Fabius, lorsque ce dernier était ministre de l'Economie, avait circulé lorsque l'Etat cherchait un patron pour TV5 Monde. Son ancrage à gauche devrait permettre à France Télévisions de donner des gages à la tutelle avec laquelle les relations sont loin d'être au beau fixe. Pour le moment, l'ancien secrétaire général, Yves Rolland, ne quitte pas le groupe, mais devient «conseiller du président».

Patrice Papet conserve la direction des ressources humaines. Une année difficile s'annonce puisqu'un plan de départs volontaires portant sur 500 personnes, mais qui pourrait atteindre 1.000 salariés, selon les syndicats, doit être mené. Thierry Thuillier est promu directeur général délégué à l'information, et participera avec Bruno Patino à la politique éditoriale du groupe. Au cours de l'année écoulée, France Télévisions s'est distingué dans la couverture de l'élection présidentielle, ce qui a permis au groupe de regagner en crédibilité sur le terrain de l'information et de la politique.

Deux têtes tombent

Deux dirigeants font les frais de cette refonte: Jean Réveillon, nommé à la tête de France 2 en avril dernier, venu remplacer Bertrand Mosca tombé malade, et Emmanuelle Guilbart, qui cumulait la direction de France 4 et celle des programmes. Problème: cette dernière, à laquelle Rémy Pflimlin n'a jamais donné de responsabilité hiérarchique clair vis-à-vis des chaînes, a eu de facto du mal à s'imposer face à leurs patrons. Un problème que ne connaître pas Bruno Patino, placé au dessus des des différents canaux du service public. En revanche, François Guilbeau, qui était patron de France 3, conserve la direction du réseau régional, tandis que Claude Esclatine, à la tête de France O, prend en charge le projet de «modernisation de l'entreprise».

Cette réorganisation devrait être effective le 25 février prochain, après la présentation en Comité central d'entreprise le 19 février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :