Pourquoi la télé française cartonne autant à l'étranger (+18% à l'export)

 |  | 426 mots
L'animation, genre dans lequel les studios français brillent à l'export depuis des années grâce à un savoir-faire reconnu, signe un nouveau record à 77,4 millions d'euros de ventes. Elle est portée par le succès de marques devenues des phénomènes mondiaux, comme les lapins Molang et Simon, Miraculous : les aventures de Ladybug et chat noir (image ci-dessus), ou Les pyjamasques.
L'animation, genre dans lequel les studios français brillent à l'export depuis des années grâce à un savoir-faire reconnu, signe un nouveau record à 77,4 millions d'euros de ventes. Elle est portée par le succès de marques devenues des phénomènes mondiaux, comme les lapins "Molang" et "Simon", "Miraculous : les aventures de Ladybug et chat noir" (image ci-dessus), ou "Les pyjamasques". (Crédits : DR)
L'animation et les documentaires (+44%) explosent les records. Tous types confondus (ventes, préventes et coproduction), le niveau des exportations de programmes audiovisuels a grimpé de 18%, à 325,3 millions d'euros. C'est le troisième meilleur cru après celui record de 2016 (336,3 millions) et celui de 2017 (325,5 millions) qu'il a failli dépasser.

Les exportations de programmes audiovisuels français ont fortement progressé en 2019, réalisant leur troisième meilleur année, selon un bilan annuel publié lundi par TV France International (TVFI) et le Centre national du cinéma (CNC).

Troisième record

Tous types confondus (ventes, préventes et coproduction), le niveau des exportations de programmes audiovisuels a grimpé de 18%, à 325,3 millions d'euros.

C'est le meilleur cru après celui record de 2016 (336,3 millions) et 2017 (325,5 millions), et un rebond notable après un creux observé en 2018 (275,7 millions).

L'animation et les documentaires en locomotives

L'animation, qui signe un nouveau record à 77,4 millions d'euros de ventes, et les documentaires, en forte progression à 44 millions d'euros, du jamais-vu également (soit un bond de 44,1% par rapport à 2018), tirent ce bilan à la hausse.

L'animation, genre dans lequel les studios français brillent à l'export depuis des années grâce à un savoir-faire reconnu, est portée par le succès de marques devenues des phénomènes mondiaux, comme les lapins "Molang" et "Simon", "Miraculous: les aventures de Ladybug et chat noir", ou "Les pyjamasques".

Les documentaires français, quant à eux, intéressent une grande diversité d'acheteurs, selon TVFI (qui promeut les programmes français à l'étranger) et le CNC: diffuseurs publics ou privés, généralistes ou thématiques, et plateformes en sont friands.

Passage à vide pour les fictions françaises (sauf les valeurs sûres)

En revanche, les ventes de fictions françaises (séries, téléfilms) subissent une petite méforme: elles reculent de 6%, à 46,4 millions d'euros, et se retrouvent presque rattrapées par les documentaires. Ce recul, le deuxième de suite après un pic à 63,7 millions d'euros enregistré en 2017, est lié selon TVFI à une concurrence internationale exacerbée et à des effets de cycle.

Ce qui n'empêche pas les séries "premium" ("Le bureau des légendes", "Léna, rêve d'étoile", ou "Philarmonia") de toujours bien se vendre à l'étranger, tant chez les plateformes qu'auprès des diffuseurs traditionnels.

L'internationalisation poursuit son envolée

Quant aux acheteurs, leur profil géographique continue de se diversifier: si l'Allemagne reste en tête, devant la Belgique, les États-Unis et l'Italie, l'Europe de l'Ouest représente désormais un peu moins de la moitié des ventes, contre près de 60% en 2010.

Enfin, les droits mondiaux ou "droits monde" (contrats de cession portant sur plusieurs territoires mondiaux), poursuivent leur envolée, reflétant la part grandissante des plateformes de streaming à l'export. Ils représentent désormais près de 22% des ventes, ce qui en fait la 2e zone d'export, contre près de 16% en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2020 à 7:27 :
Joséphine ange gardien, camping paradis, une famille formidable... de vraies séries subversives et disruptives que même les américains n'ont osé imaginer 😁
a écrit le 08/09/2020 à 5:00 :
C'est vrai, ici, les coreens (les jeunes) s'arrachent ces series. L'animation francaises est au top.
a écrit le 07/09/2020 à 17:23 :
Ben oui moins de pistons dans le cinéma animé, il faut bosser en plus d'être doué, et du coup permettant au véritable talent de s'exprimer cela semble logique, des scénarios moins trustés aussi par la fameuse "grande famille du cinéma".

Je suppose que c'est pareil pour les documentaires, attirant moins l’œil car moins spectaculaires et donc les fans et le grand public, ce sont des passionnés bien souvent qui vont s'y diriger et non ceux à la recherche de renommée.

Une agréable surprise en tout cas, merci pour l'information, en ce qui concerne les séries françaises elles sont bien souvent trop mal jouées avec des scénarios sans aucune trame intéressante, quand on voit les séries anglaises comme "Dr Who", "The End Of The Fucking World" ou "Dirk Gently", il n'est pas difficile de conclure que des choix différents préservant la véritable création ont été faits chez nos voisins et amis anglais et que ces choix là étaient de loin les meilleurs.

Nous nous en sommes encore à Corneille et son "Bon sang ne saurait mentir !"

Tu parles d'une idiotie toi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :