Publicis perd les budgets publicité de Procter & Gamble aux Etats-Unis

 |   |  404  mots
Procter&Gamble a décidé de s'adresser à Omnicom pour son budget publicité pour les Etats-Unis.
Procter&Gamble a décidé de s'adresser à Omnicom pour son budget publicité pour les Etats-Unis. (Crédits : Photo Reuters)
Le groupe spécialisé dans la communication et la publicité perd la partie américaine du budget achat d'espace et planning de Procter&Gamble. La perte de ce contrat représentera un manque-à-gagner de 50 à 60 millions d'euros, soit 0,7% du chiffre d'affaires global de Publicis.

Publicis a confirmé mardi 8 décembre la perte de la majorité des budgets de Procter & Gamble , l'un de ses principaux clients, aux Etats-Unis, encaissant un revers supplémentaire au terme d'une année 2015 laborieuse.

Le numéro trois mondial de la publicité n'a pas réussi à conserver les budgets achats d'espace et "planning" du géant des produits d'entretien qui a décidé de les confier à l'américain Omnicom et à Carat, filiale de Dentsu Aegis Network.

0,7% du chiffre d'affaires total

Cette perte, qui vient s'ajouter à celle du budget de Coca-Cola, se traduira par un manque à gagner de l'ordre de 50 à 60 millions d'euros, soit environ 0,6% à 0,7% des revenus globaux du groupe, a précisé une porte-parole de Publicis.

Après avoir perdu 2,18% lors de la clôture mardi, l'action du groupe était encore en baisse de 0,61% à 58,74 euros mercredi  à 11h16.

"Cette nouvelle vient remuer le couteau dans la plaie après ce qu'a vécu le groupe depuis le début de l'année, la croissance décevante du T3 étant le dernier coup en date", soulignent les analystes de Berenberg dans une note.

La société pilotée par Maurice Lévy a été contrainte de revoir à la baisse fin octobre ses prévisions pour l'année après avoir enregistré une croissance de 0,7% au troisième trimestre, en deçà de ses attentes et des performances de ses principaux concurrents.

"Cela va accroître la pression sur leur activité d'achats d'espaces", soulignent les analystes de Liberum, directement à travers la baisse d'activité en provenance de P&G et indirectement en affaiblissant le pouvoir de négociation du français dans la région.

La croissance organique de Publicis en Amérique du Nord devrait en pâtir comme lorsque le groupe avait perdu le contrat GM au profit d'Aegis en 2012, ajoutent-ils.

P&G reste un client majeur

Publicis, via son agence Starcom Mediavest Group, continuera cependant de travailler pour Procter & Gamble dans une quarantaine de pays dont le Canada, la Chine, la Russie et l'Angleterre. "Procter continue à être l'un de nos principaux clients mondiaux", a souligné la porte-parole.

En quête d'un second souffle après l'échec de son projet de mariage avec l'américain Omnicom et des performances opérationnelles en demi-teinte, Publicis a annoncé la semaine dernière une réorganisation en profondeur de ses activités en vue de simplifier et améliorer l'intégration de ses différentes équipes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :