Batteries qui explosent : Samsung va suspendre la production du Galaxy Note 7

 |   |  421  mots
Les réseaux sociaux mais aussi les médias relaient à l'envi des photos d'appareils carbonisés (ici la vidéo de CNN sur le sujet). L'allemand T-Mobile a également annoncé non seulement qu'il cessait les échanges, mais encore, qu'il ne proposait plus le Note 7 à la vente.
Les réseaux sociaux mais aussi les médias relaient à l'envi des photos d'appareils carbonisés (ici la vidéo de CNN sur le sujet). L'allemand T-Mobile a également annoncé non seulement qu'il cessait les échanges, mais encore, qu'il ne proposait plus le Note 7 à la vente. (Crédits : Via CNN Money (screenshot))
Sans parler des réseaux sociaux, inondés d'images de téléphones carbonisés, la multiplication des opérateurs (T-Mobile, AT&T...) qui refusent de remplacer l'appareil ou même de le vendre aurait convaincu le fabricant sud-coréen de jeter l'éponge, selon l'agence de presse Yonhap.

Samsung Electronics a suspendu la production de son Galaxy Note 7, rapporte lundi l'agence sud-coréenne Yonhap, après le désastreux lancement de cette "phablette" (mi-téléphone, mi-tablette) dont les exemplaires ont dû être rappelés en raison de risques d'explosion.

Le géant sud-coréen, premier fabricant mondial de smartphones s'est refusé à réagir à la dépêche de Yonhap, qui n'identifie pas la source de son information, en l'attribuant simplement à un  responsable d'un fournisseur de Samsung.

Ce dernier a affirmé à Yonhap que la décision de suspendre temporairement la production avait été prise en concertation avec les autorités sud-coréennes, américaines et chinoises de protection des consommateurs.

Nouveaux incidents sur des appareil "réparés"

Quelques semaines après le lancement anticipé du Galaxy Note 7, sa "phablette" (terminal de taille intermédiaire entre le smartphone et la tablette) haut de gamme, Samsung a été contraint début septembre d'ordonner le rappel de 2,5 millions d'appareils dans le monde en raison de risques d'explosion de la batterie.

Les analystes ont estimé le coût de ce rappel entre 1 et deux 2 milliards de dollars.

Autre motivation possible: des images de téléphones carbonisés ont inondé les réseaux sociaux, humiliation suprême pour un groupe qui se targue d'être le champion de l'innovation et de la qualité.

Plusieurs opérateurs arrêtent de distribuer l'appareil

Ce rappel semblait se dérouler convenablement, jusqu'à la semaine dernière quand de nouveaux incidents ont vraisemblablement eu lieu avec les batteries de Note 7 qui avaient pourtant été remplacés.

Dimanche, la compagnie de télécommunications américaine AT&T a annoncé qu'elle ne remplacerait plus les Galaxy Note7, dans l'attente d'investigations complémentaires.

"Sur la base de récentes informations [de nouveaux incidents avec des appareils dont la batterie avait été remplacé, Ndlr], AT&T n'échangera plus à partir de maintenant les appareils pour de nouveaux Note7 dans l'attente de nouvelles informations. Nous encourageons toujours les utilisateurs de Note7 visés par l'opération de rappel à se rendre dans un magasin AT&T pour échanger cet appareil pour un autre smartphone Samsung ou un autre smartphone de leur choix", a indiqué la compagnie dans un communiqué.

L'allemand T-Mobile a également annoncé qu'il cessait les échanges, et qu'il ne proposait plus le Note 7 à la vente.

Malgré cette déconvenue, Samsung Electronics a tablé vendredi sur une hausse de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre supérieure aux attentes des analystes.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2016 à 9:36 :
La quête de la marge bénéficiaire à tout prix est un réel frein à l'innovation, un fournisseur a du leur proposer des batteries encore moins chers, le téléphone lui restant bien cher par contre, mais cette-fois ci cela n'est pas passé.

Quand les dividendes deviennent les fossoyeurs de l'économie réelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :