Sans Europe du numérique, "ce sont Amazon, Google, Microsoft qui vont décider" (commissaire européen)

 |   |  282  mots
(Crédits : Reuters)
Le commissaire européen en charge du numérique, Günther Oettinger, a affirmé dimanche à Cannes la nécessité d'un marché numérique unique protecteur contre les géants mondiaux du net que sont Amazon, Google ou Microsoft.

Sans marché numérique unique, "c'est Amazon, Google, Microsoft qui vont décider", a lancé Günther Oettinger lors d'un colloque sur le droit d'auteur organisé dans le cadre du Festival de Cannes. La Commission européenne a présenté début mai un vaste plan d'action pour créer un marché unique du numérique, programme ambitieux dans sa portée mais dont les détails ne seront connus progressivement que d'ici la fin de 2016.

La France, qui apporte sa contribution à l'élaboration de ce projet, se montre très vigilante notamment sur la question de la protection du droit d'auteur.  "La commission ne fait pas partie du problème, elle veut se positionner comme une partie de la solution", a affirmé Günther Oettinger devant des représentants du monde de la culture, producteurs, cinéastes, éditeurs, diffuseurs ou artistes. "Nous avons besoin de notre propre suprématie numérique", a insisté M. Oettinger, évoquant les grands marchés concurrents que sont les États-Unis ou l'Asie.

Concernant le droit d'auteur, que Bruxelles veut aussi réformer, le commissaire a plaidé pour "un seul copyright européen sans que l'on ait besoin de se concerter à 28". "Le droit d'auteur européen n'est plus à la page, il a été créé en 2001, nous étions à l'époque de l'analogique", a-t-il souligné.

A l'issue du colloque, le commissaire a rencontré les cinéastes Michel Hazanavicius et Costa-Gavras pour évoquer avec eux la lutte contre le piratage, autre volet de la réforme. "Ce sera un élément essentiel de nos futures propositions", a-t-il dit à des journalistes à l'issue de cette rencontre, annonçant un "prochaine réunion avec les cinéastes en septembre ou octobre".

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 23:00 :
comme l'europe de l'internet, l'europe de la défense, l'europe du gps, hahaha mais vous n'êtes même pas crédible ! en faite on sert juste de marché pour les multinationales US ! et avec le TAFTA ça sera encore plus d'europe vendue aux intérêts US. Pas étonnant lorsqu'on sait comment et pourquoi le projet de l'UE a été élaboré et soutenue par les USA
Réponse de le 20/05/2015 à 21:54 :
Ils sont payés par qui les commissaires Européen qui empêchent depuis des années les opérateurs Européens de fusionner pour avoir l'envergure nécessaire pour lutter contres les US ? Transférant ainsi de fait les fournisseur Européens dans les mains des MonoNationales US (Cf Alcatel et ces 20 milliard de brevet notamment sur l'optique (technologie inviolable et donc qui intéresse fortement la NSA)... Une petite enquête de Mediapart nous aiderais peut-être à y voir plus clair ?
a écrit le 18/05/2015 à 16:31 :
Un nouveau Maastricht pour les droits d'auteurs facilitera la circulation des oeuvres numérisées. Reste à créer un mopopole de circulation grâce à une cryptologie intelligente.
En fait, cela a déjà été fait aux US et cela ne fonctionne pas si l'on respecte la liberté individuelle. La solution la plus expéditive est bien sûr que chaque consommateur culturel ouvre un compte dans une banque publique d'oeuvres.
a écrit le 18/05/2015 à 15:42 :
Et donc, cela va sans dire que ce marché numérique ne fait pas partie des points en négociation du traité transatlantique ? Je pose la question pour essayer de voir si tout ça est cohérent.
Autre point : harmoniser nos législations sur le numérique n'empechera pas les google et autres Amazon de s'adapter et d'avoir ainsi accès à tout le merché européen. Donc il faut favoriser au plus vite les gors acterus européen. La meilleure défense est l'attaque!
a écrit le 18/05/2015 à 9:59 :
ah on le sent bien le type compétent boudu alerte au génie
a écrit le 18/05/2015 à 9:25 :
Elle défend quoi au juste la ministre ? L'informatique ou le droit d'auteur ? J'ai bien peur que pour une ministre qui ne lit pas, on se souvient de la polémique avec le prix Nobel qu'elle ne connaissait pas, les enjeux à venir soient fichus par avance. De la com... et toujours de la com !
a écrit le 18/05/2015 à 9:10 :
IL EST VRAIS QUE SUR L INFORMATIQUE LA FRANCE ET L EUROPE ET TRES EN RETARD ?UNE GRANDE PARTIE DE L ECONOMIE MONDIALE VAS SE FAIRE SUR LA TOILE DONC IL EST TEMPT QUE NOS ELUES SE REVEILLENT SUR CE SUJET QUI SERAS DE PLUS EN PLUS INPORTANT DANS LES ANNEES A VENIR? // 1// FORMATION DES JEUNES/ /2// RESEAUX DE VENTES DE PRODUIT FRANCAIS// 3// ET SURTOUT PROTECTION ET SURVEILLENCE CONTRE LES ABUS DE TOUTE SORTE? MAIS LA TOILE DOIT RESTE LIBRE D EXPRESSION INTELIGENTES ET GRATUITES???
a écrit le 18/05/2015 à 7:15 :
...le premier poste du budget de la recherche géré par la Commission Européenne est celui de l'informatique (ou des technologies de l'information, pour faire plus dans le vent), on est en droit de se poser des questions quant à la pertinence des décisions de cette même Commission vu qu'il n'y a aucun poids lourd européen dans le domaine!
a écrit le 17/05/2015 à 23:51 :
«des représentants du monde de la culture, producteurs, cinéastes, éditeurs, diffuseurs ou artistes»
Je vomis ces gens qui ne sont qu'une partie INFIME de la VRAIE culture.
Par contre le ministère dit de la "culture" ne bosse que pour eux et les subventionne beaucoup trop.
-
En france, les films récoltent plusieurs centaines de millions d'euros de subventions chaque année.
Hors le problème c'est qu'une majorité sont nuls (En 2014, 90% des films français n'étaient pas rentables et donc payés par les contribuables)
a écrit le 17/05/2015 à 22:08 :
Il se réveille bien tard... et enfonce des portes ouvertes. Un vrai européen :
a écrit le 17/05/2015 à 21:57 :
Ce genre de discours d'un oligarque européen ne tient plus la route, on a déjà tellement entendu pareils sur d'autres gazoduc Nabucco, Communauté Européenne de la Défense, L'Europe aux couleurs de la France, Airbus A400…. même la monnaie unique est un échec. Bruxelles fait donc la politique de la peur pour que les États se regroupent, se solidarisent entre eux, mais c'est une fausse politique, absolument démagogique et vouée à l'échec car la souveraineté des États européens – la crise ukrainienne en était un révélateur de taille – se trouve passablement limitée vis-à-vis des injonctions de Washington. Et dès on sait que Google, Amazon, Microsoft font partie des grands lobbies américains….
a écrit le 17/05/2015 à 20:41 :
Encore faudrait-il que les US l'accepte... Sinon, SI c'est JUSTE la "défense" des intérêts des auteurs qui motive le mouvement, je vous explique pas la "noblesse" de ce lobby dont la bassesse n'a d'égal que son "avenir" pécuniaire... Minitel inside.
a écrit le 17/05/2015 à 20:36 :
Ils viennent seulement de s'apercevoir du manque de champion européen grâce a leur politique ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :