Service universel : le PDG d’Orange reproche une communication « erronée » au régulateur

 |  | 435 mots
Stéphane Richard, le PDG de l'opérateur historique.
Stéphane Richard, le PDG de l'opérateur historique. (Crédits : Reuters)
Le PDG d'Orange Stéphane Richard a reproché jeudi à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) une communication "objectivement erronée" concernant les manquements de l'opérateur de télécoms concernant le service universel.

Il est remonté. Le PDG d'Orange Stéphane Richard a reproché jeudi à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) une communication "objectivement erronée" concernant les manquements de l'opérateur de télécoms concernant le service universel. Dans un courrier adressé au président de l'Arcep Sébastien Soriano avec copie à l'Autorité des marchés financiers (AMF), M. Richard souligne que, selon lui, "cette publication et l'interview (accordée par M. Soriano au quotidien Le Figaro, NDLR) qui s'ensuit excèdent les strictes dispositions légales".

"Le message nous apparaît également préjudiciable dès lors qu'il semble préempter l'issue de la procédure de sanction et le nécessaire débat contradictoire" qui pourrait être mené, selon ce texte que l'AFP s'est procuré. Stéphane Richard rappelle par ailleurs que, en tant que groupe coté, l'opérateur se doit de respecter la réglementation boursière avec notamment une information "exacte, précise et sincère". Dès lors, "celle donnée par une autorité administrative indépendante comme l'Arcep se doit de ne pas susciter de doute sur la situation de l'entreprise".

Surévaluation

Or, selon M. Richard, les chiffres évoqués par le président de l'Arcep sont faux: "je me permets de rappeler que le chiffre d'affaires retenu par votre autorité pour la contribution d'Orange au fonds de service universel est bien inférieur au montant qui permettrait d'aboutir à un tel montant de sanction". Le patron de l'opérateur historique juge par ailleurs le chiffre de 9 millions de lignes potentiellement touchées comme surévalué, "le nombre d'accès relevant du service universel n'excède pas deux millions à ce jour". Le PDG d'Orange regrette également la mise en demeure de l'Arcep ainsi que de la communication qui en a été faite par son président, alors que l'opérateur historique était sur le point de publier ses résultats trimestriels, jeudi matin.

Si Stéphane Richard assure que l'opérateur "entend bien évidemment mettre l'ensemble des moyens en œuvre pour assurer le respect de cette mise en demeure", il rappelle également que son groupe a été "le seul opérateur à proposer sa candidature" pour la gestion du service universel. L'Arcep avait annoncé mardi soir, moins de 48 heures avant la publication des résultats trimestriels de l'opérateur, la mise en demeure d'Orange du fait d'une "dégradation progressive de la qualité de service". "Orange doit redresser le tir de toute urgence, dès la fin de l'année. Peu importent les moyens, nous voulons des résultats", avait déclaré M. Soriano au Figaro.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2018 à 14:01 :
Soriano intervient juste avant la publication des comptes trimestriels d'Orange laissant entendre qu'ils sont faux. Est-ce l'expression d'un désir d'évolution de carrière?
a écrit le 26/10/2018 à 10:03 :
En été, j'ai eu souvent des coupures d'internet ADSL de 12h30 à 22h30, mais était-ce Bouy* ou Orange ? Un jour oui, travaux d'amélioration coordonnés, deux, faut voir, répété ça devenait pénible (travailler le matin, prévoir les téléconsultations médicales en matinée). Infrastructure générale ou matériel de dégroupage ? Mystère (le logiciel Qual-IP de l'UFC a mesuré tout ça, toutes les 5minutes, depuis janvier, ils jugeront).
Mr Richard a dit qu'il faudra augmenter les prix de l'ADSL pour que les gens basculent sur la fibre, sinon pourquoi faire autant d'investissements ? Là, le cuivre ne sera plus un soucis, fini, débranché.
a écrit le 26/10/2018 à 8:39 :
J'habite une zone de campagne avec aussi l'obligation de passer par Orange. Le service est pitoyable: les débits ADSL ne permettent même pas, à certaines heures de la journée d'ouvrir sa boite mail. Par contre les tarifs sont les mêmes que vous ayez un débit correct ou non. Rien n'est fait pour améliorer une situation qui se dégrade de mois en mois.
Cela c'est la situation 'normale' s'il n'y a pas d'incidents sur la ligne de transport extérieure: dans le cas contraire c'est la parcours du combattant! difficulté pour joindre Orange, suivi quasi nul des incidents, sous traitance par des entreprises le plus souvent mal informées par Orange sur la description de la panne, délais de réparation sans fin...
Bref un service très mauvais et aucune volonté réelle de l'améliorer.
a écrit le 25/10/2018 à 20:55 :
Habitant d'un village en Moselle et quasi obligé d'en passer par Orange, la qualité de service est pitoyable et va en empirant. Le débit ADSL est pachydermique et interdit la TV par internet, il y a des coupures intempestives toutes les 20 mm.

On nous a promis l'arrivée du câble en 2018, puis 2019... en attendant 2020.
Réponse de le 28/10/2018 à 16:56 :
Le service ADSL ne fait pas partie du service universel qui ne concerne que le service téléphonique vendu isolément sans haut débit. Si l'ADSL d'Orange est si mauvais que cela, il existe des concurrents, mais personnellement je doute qu'ils offrent une meilleure qualité de service.
Réponse de le 28/10/2018 à 16:57 :
Le service ADSL ne fait pas partie du service universel qui ne concerne que le service téléphonique vendu isolément sans haut débit. Si l'ADSL d'Orange est si mauvais que cela, il existe des concurrents, mais personnellement je doute qu'ils offrent une meilleure qualité de service.
a écrit le 25/10/2018 à 20:36 :
Orange se grille tout seul en avouant qu’Orange n’intervient qu’après les pannes et incidents alors qu’orange perçoit des milliards pour entretenir le réseau en préventif. Bravo ne changer rien

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :