Câble sous-marin : Orange s’associe à Google

 |   |  541  mots
Dunant sera construit et installé par un groupe américain, TE Subcom, qui est un des rivaux d’Alcatel Submarine Networks, lequel appartient à Nokia depuis la vente d’Alcatel au géant finlandais il y a deux ans.
Dunant sera construit et installé par un groupe américain, TE Subcom, qui est un des rivaux d’Alcatel Submarine Networks, lequel appartient à Nokia depuis la vente d’Alcatel au géant finlandais il y a deux ans. (Crédits : Eric Gaillard)
L’opérateur historique va participer au projet de câble sous-marin transatlantique Dunant, lequel sera opérationnel en 2020.

Google ne sera donc, pas, comme on aurait pu le penser, seul à déployer ce nouveau câble sous-marin. Vendredi, Orange a indiqué qu'il s'était associé au groupe de Mountain View  dans le cadre du projet Dunant, qui vise à tirer un nouveau câble sous-marin transatlantique. Long de 6.600 kilomètres, ce câble servira à écouler une partie de l'énorme trafic, qui ne cesse d'augmenter, entre les États-Unis et l'Europe. Il aura la particularité d'atterrir directement en France alors que les câbles sous-marins transatlantiques passent généralement souvent par la Grande-Bretagne.

À l'initiative de ce projet, Google souhaitait visiblement disposer d'un accès direct à la Belgique en passant par l'Hexagone. Il faut dire que le géant américain dispose d'une importante activité de data center dans le Plat Pays. D'où l'intérêt, vraisemblablement, pour lui de ne pas s'embêter à passer par la Grande-Bretagne. Orange, de son côté, a des participations dans plusieurs câbles sous-marins. Ce nouveau câble lui donne, lui aussi, une belle opportunité de disposer d'un lien direct avec le pays de l'Oncle Sam.

Google a investi dans 13 câbles sous-marins

Dunant sera in fine opérationnel courant 2020. Son nom est un hommage à Henri Dunant, le fondateur de la Croix-Rouge, a précisé Google dans un communiqué en juillet dernier. Il sera construit et installé par un groupe américain, TE Subcom, qui est l'un des rivaux d'Alcatel Submarine Networks, lequel appartient à Nokia depuis la vente d'Alcatel au géant finlandais il y a deux ans.

Longtemps chasse gardée des grands opérateurs télécoms, les câbles sous-marins intéressent de plus en plus les géants du Net, qui en ont besoin pour écouler l'important trafic émanant de leurs services. Ces dernières années, Google a investi dans pas moins de 13 câbles sous-marins, dont la moitié, environ, rentreront en service à partir de 2019. Pour rappel, les câbles sous-marins sont absolument essentiels au bon fonctionnement de la Toile mondiale, puisqu'ils assurent environ 99% des communications intercontinentales.

430 câbles sous-marins actifs dans le monde

Aujourd'hui, selon le centre de recherche Telegeography, il y aurait environ 430 câbles sous-marins en service dans le monde. Si leur nombre va crescendo, c'est parce que les échanges numériques affichent, depuis des années, une croissance effrénée. Entre la croissance du nombre d'internautes, l'explosion de la vidéo ou la multiplication des terminaux et autres objets connectés, le spécialiste américain des réseaux Cisco juge que le trafic Internet mondial aura triplé en 2020 par rapport à 2015.

Les liaisons entre l'Europe et les Etats-Unis constituent un axe majeur et stratégique. Pourquoi ? Parce qu'énormément de Français utilisent les applications des géants américains du Net (Google, Facebook, Amazon ou Netflix), dont les grands data centers sont basés au pays de l'Oncle Sam. Outre Google, Facebook et Microsoft n'hésitent plus à investir dans ces infrastructures vitales pour leurs propres services. Les deux géants ont ainsi inauguré, l'an dernier, Marea. Ce câble de 6 600 km entre les États-Unis et l'Europe offre une capacité énorme, de 160 térabits par seconde.

Infographie: Les GAFAM et la bataille des câbles sous-marins | Statista Vous trouverez plus d'infographies sur Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2018 à 8:58 :
Autant refiler les clés aux américains..
a écrit le 15/10/2018 à 21:16 :
Quel aveu d’impuissance à proposer une alternative crédible les dirigeants d’orange à la tête d’une société quasi centenaire qui vont finalement faire la petite main pour Google, être leur simple maitrise d’œuvre, comment orange en est arrivé là ?
a écrit le 15/10/2018 à 10:59 :
Hé oui, l'investissement en infrastructures est indispensable mais on se demande bien pourquoi Orange ne fait pas pareil pour l'adsl hein...

Quelle économie de guignols c'est incroyable bon sang !

"Orange accusé de ne plus entretenir son réseau ADSL, rapporte Le Figaro" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1MP0FJ/orange-accuse-de-ne-plus-entretenir-son-reseau-adsl-rapporte-le-figaro.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :