StopCovid : le "oui, mais" du Conseil national du numérique au projet d'appli de contact tracing

 |  | 461 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Après la Cnil, le Conseil national du numérique (CNNum) a émis un avis favorable au projet d'application de "tracing social" StopCovid du gouvernement, tout en préconisant la mise en place de garde-fous pour assurer la sécurité et le respect de la vie privée. Prochaine étape : des débats à l'Assemblée nationale et au Sénat en début de semaine prochaine, et un vote des députés.

Comme attendu, le Conseil national du numérique (CNNum) a apporté sa caution au gouvernement. Saisi la semaine dernière par Cédric O, le secrétaire d'Etat au Numérique, pour émettre un avis sur le projet d'application de "tracing social" StopCovid, qui vise à utiliser le Bluetooth de chaque smartphone pour enregistrer l'identifiant de chaque personne avec laquelle on interagit dans nos déplacements, afin d'être prévenu immédiatement si l'une d'entre elle se déclare malade du coronavirus. L'organisme consultatif -ce qui signifie que le gouvernement n'est pas obligé de suivre ses recommandations- a rendu sa copie vendredi 24 avril. Verdict : c'est oui, mais sous conditions. "Le Conseil est favorable au principe de StopCOVID, en tant que brique d'une stratégie plus globale", écrit-il en préambule d'un rapport de 25 pages.

Lire aussi : Tracking : pourquoi le projet d'application StopCovid est si controversé

Renommer l'application "AlerteCovid", une seule appli pour toute la France

Alors que le sujet est brûlant au sein de la société civile, le CNNum émet quinze recommandations pour accompagner son avis. La plus symbolique est de renommer l'application "AlerteCovid" à la place de "StopCovid, pour "ne pas lui faire porter de fausses promesses".

"Les applications de type StopCovid ne sont qu'une partie de la réponse sanitaire dont l'efficacité dépendra sûrement plus des mesures de distanciation sociale et de la mise à disposition de tests", explique le CNNum pour justifier sa proposition.

Le CNNum demande aussi de "favoriser une seule application pour toute la France", alors que plusieurs acteurs (Apple et Google d'un côté, un consortium de six grands groupes français -Orange, Capgemini, Accenture, Dassault Systèmes, Sopra Steria et SIA Partners- de l'autre), se sont positionnés en concurrence pour développer la future application avec l'Etat. Les autres recommandations sont essentiellement éthiques, afin de garantir la sécurité et la protection des données : le CNNum demande ainsi que l'application ait une durée de vie limitée dans le temps et fixée par décret, des procédures clarifiées en cas de réception d'une notification ou de test positif, ou encore la création d'un comité de pilotage comprenant des parlementaires, des chercheurs et des citoyens-experts, "disposant d'un pouvoir d'arrêt de l'application".

Des recommandations que l'Etat ne manquera certainement pas d'intégrer à son projet, qui doit être validé par un vote du Parlement après un débat lundi 27 et mardi 28 avril à l'Assemblée nationale et au Sénat. Suite aux polémiques du monde scientifique et politique, y compris des rangs de LREM, le gouvernement a accepté de soumettre la création de cette application à un vote.

Lire aussi : StopCovid: le gouvernement veut garder la maîtrise du développement face à Google et Apple

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2020 à 16:50 :
Tant que les Lrem et le LR et le sénat LR et PS ne quitte pas la France définitivement : notre santé collective n’ira pas mieux ....
a écrit le 25/04/2020 à 12:40 :
Une appli nationale n'a pas de sens : l'appli devrait être unique et commune avec tous les pays avec les lesquels nous ouvrirons les frontières. De plus, le code l'appli doit être open source et en simple téléchargement sur un site gouvernemental pour que tout un chacun puisse en inspecter le contenu. Enfin, il est hors de question que je greffe un "smart"phone à mes déplacements et je ne suis probablement pas le seul de cette opinion. L'utilisation abusive des "smart"phones, en contribuant à notre effondrement, nuit aux chances de survie de notre espèce. Et là les morts se compteront en centaines de millions, pas en centaines de milliers.
Réponse de le 25/04/2020 à 14:06 :
Open frontières et mondialisation =
192 000 morts , chaque pays doit être indépendant et chaque vaccin aussi , aucune confiance a l’ONU et l’OMS , les Suisses et les Allemands sont à la pointe donc pas de «  vaccin Chinois « 
Non merci on déjà le «  virus »
a écrit le 25/04/2020 à 10:16 :
Ce qui est le plus important aujourd'hui pour les Gafa c'est que les gouvernements ne rendent surtout pas obligatoire le port des gants sinon au revoir l'usage des smartphones. Curieusement on ne parle que des masques ou des applications de traçage alors que l'on doit rester à plus d'un mètre l'un de l'autre mais ça ne choque personne qu'on puisse prendre à pleine main les barres du métro, les paquets dans les supermarché, les bornes interactives de Tgv, de Burger King ou de recharge des Pass Navigo, les guidons des vélos en libre service après avoir bien transpiré, etc. Rendre les gants obligatoires, ou simplement le préconiser, et comme par hasard les Gafa seront sans aucun vent debout avec des tonnes d'articles autogénérés qui sortiront d'un coup sur Facebook et tout le reste du système numérique sur lequel s'est hélas fondée la société actuelle. Aucune préconisation de par le monde sur un besoin de protection pour le seul contact physique qu'on ne peut empêcher, on croit rêver !
a écrit le 25/04/2020 à 8:40 :
"tout en préconisant la mise en place de garde-fous"

A savoir le truc qui n'est jamais fait, bref ils vont encore plus nous surveiller, plus les dragons célestes ont peur et plus les citoyens souffrent.
a écrit le 25/04/2020 à 2:30 :
1) les tests ( avec les tiges )ne sont pas fiables car quelqu’un qui déclaré négatif( peut être positif) .., juste la prise de sang c’est du précis
2) pas de masques qui protègent vraiment ni les soignants et ni les populations
3) 2018 le ministère de santé a été informé de la pénurie ( responsabilité « très grave » dans cette pandémie)
4) M-Jonshon a été soigné « en douceur » par l’oxygène , le sénat a droit à des tests fiables sérologiques ...( ce n’est pas le même soin pour tous )
...alors que tout le corps médical ( l’académie de médecine aussi )sait qu ‘il est facile d’attraper des microbes par l’intubation... en réa ....et de mourir ...
La 2 vague ( a moins de l’injecter par des drones dans l’air que nous respirons )
sera « moins grave « que la première qui était déjà circulante « en novembre » à notre «  insu » ( les populations)dans le monde entier ...( puisque le virus est d’origine naturelle et lié à l’activité des humains sur terre , n’est ce pas ?)
A notre Insu : un «  mot » qui vous plaît ,n’est ce pas ?
Réponse de le 25/04/2020 à 8:46 :
Jamais vu autant de bétises dans un seul commentaires : Bravo !
Réponse de le 25/04/2020 à 11:29 :
un choc pour vous de lire d’autres informations ( réelles et vérifiables) que les mix- politico-correct médi@tic autorisés et anesthésiantes....
a écrit le 24/04/2020 à 22:16 :
Non mais n’importe quoi! On n'a plus le droit de sortir de chez soi sauf pour se dégourdir les jambes, on n'a plus le droit d'aller à la piscine , à la plage , de faire du sport collectif, d'aller au restaurant , dans les bars, d'aller au cinéma etc... Pour sauver qui? Je sais bien que pour l'instant les français soutiennent le confinement mais là on est en train de leur faire comprendre qu'en fait ce n'est pas fini, qu'en fait si on ne fait pas attention il y aura une deuxième vague, qu'en fait on reprend l'école parce que la deuxième vague est le scénario central alors on n'est plus à ça près, qu'en fait on va peut-être nous reconfiner une deuxième fois et qu'en fait ça aussi c'est le scénario central. Mais de fil en aiguille les français vont se rendre compte qu'on les a dupé, qu'en fait le gouvernement sait très bien que la France vit à crédit et qu'elle ne pourra pas tenir longtemps et que pour éviter l'effondrement il faudra remettre les gens au boulot et bien avant qu'un vaccin soit trouvé et que donc ça sera l'hécatombe. Et au final les gens que nous avons voulu sauver et bien nous ne les sauverons pas et en plus nous aurons ruiné le pays.
Et voilà qu' un organisme vassal du gouvernement qui dit "oh ok les gars pour l'application stop covid on veut bien mais attention à la vie privée!".
On n'est plus à ça près.
Réponse de le 25/04/2020 à 8:19 :
Il faudra se souvenir que le confinement strict fut le résultat de s carences de l'état.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :