Télécoms : ce que les Français attendent des opérateurs

 |   |  692  mots
D'après une étude du cabinet AT Kearney, beaucoup de Français seraient prêts à acheter leurs applis sur la plateforme de leur opérateur, plutôt que sur Google Play ou l'Apple Store.
D'après une étude du cabinet AT Kearney, beaucoup de Français seraient prêts à acheter leurs applis sur la plateforme de leur opérateur, plutôt que sur Google Play ou l'Apple Store. (Crédits : Décideurs en région)
De la télévision payante, des bouquets d’applications... Beaucoup de Français attendent davantage de leurs opérateurs qu’une simple offre de connectivité.

Les Français attendent beaucoup plus des opérateurs télécoms qu'une simple offre de connectivité. De manière générale, ils perçoivent les Orange, Numericable-SFR ou Free comme des acteurs fondamentaux de leur vie digitale au sens large, susceptibles de leur proposer des services de télévision payante, de m-commerce, ou autres applications dédiées à la maison intelligente. C'est ce qu'il ressort d'une étude d'AT Kearney, publiée la semaine dernière. Dans son enquête, le cabinet a sondé quelques 15.000 clients d'opérateurs télécoms aux Etats-Unis et sur le Vieux Continent. Il ressort que les desideratas des consommateurs français sont bien différents de leurs homologues aux Etats-Unis et même sur le Vieux Continent.

En premier lieu, AT Kearney s'est intéressé aux « critères d'achats » pour choisir un opérateur. En France, ils sont, d'après le cabinet, « très clairement de deux ordres principaux : le prix le plus bas possible et le meilleur réseau ». Avec 32% des réponses chacun, ces deux critères « se distinguent nettement, loin devant le service client (14%), la sécurité (10%) ou bien encore l'offre mobile compris (5%) ». On note, sur ce point, une grosse différence avec les consommateurs américains. Pour ces derniers, la priorité est de bénéficier du « meilleur réseau » (pour 44% des sondés), loin devant la préoccupation d'un « prix faible » (22% des répondants).

Plus de services émanant des opérateurs

Côté services, les différences sont également très marquées. Ainsi, selon le cabinet, « les consommateurs français ne sont que 16% à acheter des services de télévision payante ou à la demande. Mais s'ils en sont consommateurs ou devaient l'envisager, 27% d'entre eux passeraient par un opérateur télécom local ». Au contraire des consommateurs américains, qui misent davantage sur des « fournisseurs globaux » comme Netflix, Amazon ou iTunes.

AT Kearney

La tendance est similaire du côté du marché des applications payantes (jeux, musique, services de sécurité ou dédiés à la maison intelligente). Certes, ce marché « est aujourd'hui encore faible dans l'Hexagone », constate AT Kearney, qui précise que seuls 46% des Français envisagent d'en acheter. Pour faire leurs emplettes, ceux-ci misent largement sur les plateformes existantes des géants américains Apple et Google (56%). Mais une grosse part d'entre eux souhaiteraient acheter leurs applis en passant par des opérateurs locaux (26%).

Concurrencer les géants du Net

Comme le résume Hervé Collignon, associé d'AT Kearney en charge des télécoms, « les consommateurs français se distinguent donc fortement de leurs homologues américains ». Pour lui, aux Etats-Unis, on n'attend d'un opérateur qu'une bonne connectivité, et on mise largement sur les « OTT » (« Over The Top », comme les offres de VOD de Netflix ou Hulu) pour tous les contenus et services digitaux annexes. Au contraire des Français, pour qui il apparaît normal que ces services émanent de leurs propres opérateurs télécoms.

Résultat, AT Kearney souligne que deux stratégies pourraient s'avérer gagnantes pour les « telcos » français. La première consiste à devenir un « Data Utility », c'est-à-dire un « fournisseur de connexions » de choix et à bon prix auprès du grand public. C'est peu ou prou la stratégie de Free, le « trublion » low cost de Xavier Niel, qui mise à fond sur le déploiement du haut débit mobile (la 4G), pour ferrer ses clients. La seconde, elle, consiste à se muer en « Digital Navigator » (fournisseur de services). Ici, on retrouve des opérateurs comme Numericable-SFR, qui mise sur la « convergence » entre les médias et les télécoms, via des offres vidéo premium, pour accroître ses profits. Il y a aussi Orange, qui s'ouvre à d'autres secteurs (comme la banque avec Orange Cash) pour étoffer son offre. Ou encore Bouygues Telecom, qui veut être un acteur de premier plan dans l'Internet des objets. L'étude d'AT Kearney conforte, dans tous les cas, l'idée que les opérateurs français ont une carte à jouer en déployant de nouveaux services. Quitte, pourquoi pas, à marcher sur les plates-bandes des géants américains du Net.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2015 à 13:40 :
Bizarre... En France, le consommateur veut le plus bas prix possible et le meilleur réseau, a hauteur de 32+32= 64%, et aux US , le consommateur veut le meilleur réseau et le plus bas prix possible a 44+22=66%... Mais ce serait différent ? On se paie notre tête ou quoi ?
La seule raison de la prépondérance du meilleur réseau aux US est lié a la géographie du pays, qu'il est très difficile de couvrir, ou du moins plus qu'en France, mais sinon, on constate bien que les deux tiers de l’intérêt sont la qualité/couverture et le prix.. le reste, ca s'éparpille en multiples raisons quasi individuelles... Que l'on cesse de baratiner, qu'on fasse marcher les tuyaux a pas cher, et le reste, on s'en occupe...
a écrit le 17/12/2015 à 9:09 :
Et dans les DOM, ils en profitent le maximun puisque ils ont le
monopole, les 3G ou 4G dans beaucoup de quartiers et lieux de
l'île ils sont inexistants, ils proposent des contrats illimités de
plus de 50,00 Euros sans s'inquiéter que leurs live-box, chaque
jour a des problèmes de connextion, dès qu'on appelle le service
technique, il se libère au bout de 20 min (oscar de l'attente), ils
répondent qu'il faut la réénitialiser (of curse) nous n'avons que
ça à faire. Aucun recul, aucune remise en question, nous som-
des pigeons, ils m'ont bloqués le service contact alors qu'il
fonctionnait bien depuis quatre ans, j'envoie ce jour un courrier
à la Direction, je ne veux plus de leur contrat. Pour moi, ils
deviennent insolents parce qu'ils savent que le besoin a été
créé et que nous pourrons plus nous en passer. Le droit à
communiquer reste un droit inaliènable, les médias devraient
s'en préoccuper car bientôt ils vont vous entrainer dans
le gouffre : plus de clients, plus de médias. Moi, j'aime
écrire au stylo et j'ai des jambes pour me déplacer, ils ne me sont
plus indispensables, pour l'instant je dénonce, je m'indigne et
comme cjenny7,ils ne me respectent pas, le boomerang c'est
NON qu'ils aillent voir ailleurs si j'y suis !
a écrit le 16/12/2015 à 13:30 :
Ce que j'attends, c'est qu'ils arrêtent de nous faire croire qu'ils sont les meilleurs car quand on regarde les offres chez nos voisins, les fournisseurs français sont chers!

J'ai vécu à Londres et j'ai regardé en Allemagne.

La fin du roaming, ils ont intérêt à le respecter!

Quand ils arrêteront de nous prendre pour des pigeons, je m'intéresserais à leurs services, pas avant!
a écrit le 16/12/2015 à 13:30 :
Ce que j'attends, c'est qu'ils arrêtent de nous faire croire qu'ils sont les meilleurs car quand on regarde les offres chez nos voisins, les fournisseurs français sont chers!

J'ai vécu à Londres et j'ai regardé en Allemagne.

La fin du roaming, ils ont intérêt à le respecter!

Quand ils arrêteront de nous prendre pour des pigeons, je m'intéresserais à leurs services, pas avant!
a écrit le 16/12/2015 à 13:30 :
Ce que j'attends, c'est qu'ils arrêtent de nous faire croire qu'ils sont les meilleurs car quand on regarde les offres chez nos voisins, les fournisseurs français sont chers!

J'ai vécu à Londres et j'ai regardé en Allemagne.

La fin du roaming, ils ont intérêt à le respecter!

Quand ils arrêteront de nous prendre pour des pigeons, je m'intéresserais à leurs services, pas avant!
a écrit le 16/12/2015 à 9:55 :
Je ne sais pas d’où cet article tire ses sources mais la réalité française c'est que la population est satisfaite du niveau de coût actuel qui tourne autour de 20€ en moyenne en illimité pour un forfait smartphone.

Les clients n’attendent rien d'autre des opérateur que la fourniture du réseau et préfèrent s'appuyer sur des acteurs digitaux de renom pour les services via les apps et c'est normal le développement n'est pas le métier premier des opérateurs qui y réussissent de manière plus ou moins hasardeuse et ne savent pas communiquer sur le sujet.

La réalité c'est que la 3G et la 4G sont amplement suffisantes pour la majorité des utilisateurs qui dorénavant sont intéressés par les applications qui sont édités en grande majorité par des éditeurs tiers. Les opérateurs sont de nouveau dans leur rôle historique de fourniture d'infrastructure et de service de base et c'est ce que l'on attends d'eux.

Nous entrons dans un monde de maturité technologique dans les télécoms qui dorénavant devront se concentrer sur les marches émergents et non plus sur les pays développés dont les infrastructures sont mures et ce n'est pas la 5G qui y changera quoi que ce soit. Les marges ne remonterons pas car les clients n’accepterons pas un changement de tarification pour le même service juste à des fins d'amélioration de la rentabilité du fournisseur d'infrastructure. C'est la raison pour laquelle que nous soyons à 3 ou 4 opérateurs (ou plus) e France cela ne changera plus dorénavant le niveau de prix moyen des forfaits smartphone illimité.

Les années 90 et 2000 sont terminées et les opérateurs doivent faire le deuil de cette période faste et doivent désormais se concentrer sur de nouveaux marchés internationaux en gardant leurs marchés historique en base de financement.
Réponse de le 16/12/2015 à 22:58 :
Les opérateurs doivent surtout se faire a l'idée que , comme le chausseur du quartier, le clampin de base n'a qu'un seul salaire (plutôt pas en croissance...) , toujours que deux pieds a chausser et 365 jours par an :-)
a écrit le 16/12/2015 à 9:39 :
le pb n'est pas de savoir ce que le client veut, mais combien il est pret a payer pour... et 2 euros tout gratuit tout illimite, ca aide pas a proposer grand chose
pour le reste, moi je veux une porsche neuve et j'ai 1000 euros en poche, mais je n'ai pas encore trouve de concessionnaire susceptible de s'interesser a moi comme client
a écrit le 16/12/2015 à 9:07 :
Et les entreprises attendent dès services comme Squareway de Vivaction qui sécurise la voix et la data sur les mobiles ! Bouygues L a bien compris !
Réponse de le 16/12/2015 à 23:01 :
Ca commence a devenir lassant votre réclame permanente sur tous les sujets télécoms... Vivaction est juste un petit opérateur B2B, rien de mieux, ni de moins bien que les autres...ca crevera /fusionnera comme tous les autres wanabee opérateurs B2B du landerneau

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :