Licence mobile 4G : Besson veut mettre les MVNO dans le coup

 |   |  244  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : reuters)
A l'occasion des Assises du numérique jeudi à Paris, le ministre de l'Industrie, Eric Besson, a indiqué que les opérateurs historiques devront laisser une place aux opérateurs virtuels (MVNO) lors de l'attribution des fréquences de téléphonie mobile de quatrième génération (4G).

Le nouveau ministre de l'Industrie, Eric Besson, a cherché à rassurer les opérateurs mobiles virtuels (MVNO), ces opérateurs qui louent aux opérateurs historiques des lots de minutes de communication pour les revendre à leurs propres clients. Réunis au sein de l'association Alternative Mobile, les principaux MVNO ont en effet partagé à La Tribune (édition de ce jeudi) leur crainte d'être "tenus à l'écart" lors de de l'attribution des licences mobiles de quatrième génération (4G). Or, le ministre a ouvert les Assises du numérique ce jeudi à Paris en abordant ce sujet.

Il a insisté pour que la procédure d'attribution, ouverte aux quatre opérateurs de réseaux France Télécom-Orange, Bouygues, SFR et Free (qui prépare son arrivée dans la téléphonie mobile en 2012), "comprenne un critère valorisant l'accueil d'opérateurs mobiles virtuels. "La concurrence reste en effet le meilleur gage de justesse des prix et d'innovation, au service du consommateur de téléphonie mobile", a ajouté le ministre.

En terme de calendrier, Eric Besson a précisé qu'il "lancerait début 2011 l'appel à candidatures pour l'utilisation de ces fréquences" 4G afin de répondre "à trois objectifs essentiels: la couverture des territoires, l'accroissement de la concurrence et la valorisation du patrimoine immatériel de l'Etat".

Actuellement, la dizaine de MVNO qui opèrent en France (Virgin Mobile, NRJ Mobile, Auchan Télécom, Carrefour Interactive,... ) ne représentent que 6% du marché mobile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2010 à 17:59 :
Et si pour une fois on faisait preuve de maturité, en choisissant de ne déployer qu'un seul réseau 4G obligatoirement mutualisé entre tous les opérateurs (une sorte de GIE) ? Ceci permettrait d'éviter la multiplication a l'infini des antennes que l'on ne sait plus ou placer. Ceci permettrait également de disposer des services avec la plus grande bande passante possible par agrégation de tout le spectre disponible, au lieu de les saucissonner en petits paquets. Ceci permettrait enfin d'assurer une couverture homogène du territoire pour le consommateur qui est un peu fatigué de ces batailles stériles de couvertures qui ne sont qu'un très mauvais argument commercial...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :