Bénéfice semestriel moins bon que prévu pour France Télécom

 |   |  419  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
France Télécom a fait état ce jeudi d'un plongeon de 47,8% de son bénéfice net pour le premier semestre. Le groupe a également déclaré avoir engagé un processus en vue d'une éventuelle cession d'Orange Suisse qui pourrait lui rapporter 1,5 milliard d'euros.

Pour France Télécom, le résultat du premier semestre est inférieur aux prévisions des analystes. Son bénéfice net ressort, à 1,9 milliard d'euros en données historiques, et une baisse de 1,3% de son chiffre d'affaires pour la période, à 22,5 milliards en données comparables.

L'évolution du groupe sur un an est liée pour une large part, selon le groupe, à l'effet de la création de la co-entreprise Everything Everywhere au 1er avril 2010 sur le résultat de cession d'actifs du premier semestre 2010 (+1,130 milliard d'euros), souligne le groupe dans un communiqué.

Le résultat brut d'exploitation (Ebitda), en données historiques, s'établit à 7,61 milliards d'euros, ce qui correspond à 33,7% du chiffre d'affaires globalement en ligne avec le consensus des analystes. France Télécom souligne la "bonne dynamique" des services mobiles en France (+6,2%) et en Espagne (+7,3%), et le développement rapide des marchés émergents, en hausse de 7,8%.

Le groupe ajoute avoir "stabilisé ses parts de marché mobile (à 41%)" au deuxième trimestre et pris une part de 22% sur le marché des nouveaux clients ADSL.
Le nombre de clients du groupe s'élève à 217,3 millions au 30 juin 2011, en progression de 7% sur un an à base comparable, tirée par la croissance de 23% des clients des services mobiles en Afrique et au Moyen-Orient.

En termes de perspectives, le groupe confirme son objectif de flux de trésorerie opérationnelle de 9 milliards d'euros pour 2011. Il rappelle également son engagement de distribution d'un dividende de 1,40 euro par action pour les exercices 2011 et 2012.

France Télécom fait un pas vers un désengagement en Suisse, en Autriche et au Portugal

Enfin, France Télécom a annoncé qu'il a, dans le cadre de la revue de son portefeuille d'actifs en Europe, initié un processus en vue d'une éventuelle cession de ses activités grand public en Suisse. "Le conseil d'administration prendra la décision d'un désinvestissement au regard de la qualité des offres reçues", souligne-t-il.

Cette opération pourrait lui rapporter 1,5 milliard d'euros et donner lieu à des retours supplémentaires aux actionnaires du groupe."On n'a pas entamé de discussion à ce stade. Le processus s'initie à partir d'aujourd'hui", a déclaré Gervais Pellissier, le directeur financier, lors d'une conférence téléphonique.

Orange ne compte pas rester non plus à long terme actionnaire dans les sociétés dont il ne détient pas une participation majoritaire, comme en Autriche (35% de One) et au Portugal (20% de Sonaecom), deux actifs qui vaudraient environ 500 millions d'euros au total selon des analystes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :