Ses ambitions américaines coûtent cher au chinois ZTE

 |   |  274  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Le cours de Bourse du fabricant de "smartphones" a accusé ce jeudi sa plus forte baisse depuis deux ans et demi. Son développement aux Etats-Unis a provoqué une hausse de ses coûts, entraînant une chute inattendue de son bénéfice semestriel.

C'est une première depuis deux ans et demi, dans l'histoire boursière de ZTE : le cours de l'équipementier chinois en télécommunications, qui fabrique également des "smartphones", a dévissé de 14% à Hong Kong, jeudi. La veille, après la clôture des marchés, le sixième fabricant mondial de téléphones mobiles avait publié une chute inattendue - de 12% - de son bénéfice net, au titre du premier semestre, à 768,5 millions de yuans (85 millions d'euros). Un montant inférieur de près d'un tiers à la prévision moyenne des analystes sondés par l'agence Bloomberg.

Cette mauvaise surprise résulte des coûts de développement nécessaires pour financer le développement du groupe à l'étranger et la commercialisation de nouveaux produits. La Chine représente encore un peu plus du tiers de l'activité de ZTE, bien décidé à se faire une place sur le crucial marché américain, qui ne pèse encore que 10% dans son chiffre d'affaires. Le chinois entend inverser la tendance d'ici trois à cinq ans, horizon auquel les Etats-Unis devraient devenir son premier débouché, espère-t-il.

Dans cette optique, au-delà des alliances nouées avec des opérateurs américains de téléphonie comme T-Mobile et AT&T, ZTE lancera au second semestre, sur le marché américain, des téléphones LTE ("long term evolution"), c'est-à-dire dotés du très haut débit mobile. A quoi s'ajouteront début 2012 des "smartphones" fonctionnant avec le système d'exploitation Mango, développé par Microsoft. Auutant d'innovations qui ont provoqué une inflation des coûts de recherche et développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2011 à 12:53 :
ZTE est le lièvre, pas le champion. Il est à vendre pour qui en voudrait. Il n'existe que comme supplétif afin de ramasser les pions que d'autres ne voudraient pas ou servir de sparing-partner. Cela doit être dit pour éviter toute méprise concernant le titre qui n'est lui qu'un véhicule de spéculation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :